Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 06:00
Renverser la table ou changer le couvert sous les pavés du cochon tout n’est pas bon : le débat de Lyon sur les vins à poils ferment de la Révolution !
Renverser la table ou changer le couvert sous les pavés du cochon tout n’est pas bon : le débat de Lyon sur les vins à poils ferment de la Révolution !

Au bon vieux temps du rideau de fer, des affrontements entre les bonzes du PCF et la myriade des groupuscules gauchistes, le slogan valise « la rupture avec le capitalisme » constituait le marqueur ADN des encartés.

 

Samedi dernier, au premier étage du Palais de la BOURSE de Lyon reconverti en lieu de salon, nous avons gentiment débattu sur la capacité des vignerons produisant des vins nature à changer la donne de l’ensemble de l’agriculture française.

 

Vaste programme aurait dit le Grand Charles !

 

La salle était bien garnie, très attentive, trop à mon gré.

 

Je m’explique.

 

Avant d’accepter l’invitation d’Antonin l’organisateur du salon Sous les Pavés la vigne à Lyon j’ai dû surmonter mon allergie aux estrades du haut  desquelles ceux qui savent dispensent leurs savantes analyses aux ignorants. D'ailleurs il y a une constante : les places des premiers rangs sont les moins occupées, preuve d'une forme de réserve à être proche des sachants.

 

Comme je l’ai déjà écrit je préfère  le débat en cercle ou demi-cercle à la même hauteur avec la capacité de vraiment échanger avec l’ensemble des participants.

 

À Lyon nous étions donc juchés. L’assistance jeune était bien sûr composée de convaincus, on ne vient pas à un salon de vins nus, et à un débat de surcroît, si on n’a pas déjà contracté le virus naturiste.

 

Ce fut bon enfant et je ne suis pas apte à juger du ressenti des auditeurs. Ce que j’ai tenté d’expliquer c’est que le modèle agricole dit productiviste, élevage et productions végétales, ne s’infléchirait que sous la pression des consommateurs. Demander aux producteurs d’être vertueux en notre lieu et place est trop facile. Nous devons faire des choix et les assumer dans notre quotidien.

 

Ce matin en commençant cette chronique j’ai découvert cette dépêche AFP :

 

Alimentation: les Français voudraient consommer plus "durable"

 

(AFP) - Les Français, inquiets de la qualité des produits alimentaires -en particulier sur la présence pesticides- souhaitent consommer plus "durable" mais craignent une augmentation des prix, selon un sondage Ipsos pour la fondation Daniel et Nina Carasso rendu public lundi.

 

Au cours des deux dernières années, une majorité de Français affirment avoir de plus en plus adopté des comportements dits "durables", c'est-à-dire qui permettent de réduire l'impact social et environnemental de leur alimentation.

 

Ainsi 71% disent consommer des produits bons pour la santé, 70% privilégient les produits régionaux ou issus de circuits courts, 67% essaient de réduire la quantité de nourriture qu'ils jettent et 62% passent plus de temps à cuisiner eux-mêmes.

 

Près d'une personne interrogée sur deux déclare consommer de plus en plus de produits ayant un faible impact sur l'environnement (47%), ou garantissant un juste revenu au producteur (44%).

 

Réponses paradoxales car les Français continuent majoritairement de se décider en fonction du goût et du plaisir pour leurs achats alimentaires (56%) et du prix (55%).

 

Le prix constitue ainsi le frein de loin le plus important à l'achat de produits issus d'une agriculture responsable (83% des personnes).

 

Une grosse majorité se disent prêts à aller beaucoup plus loin dans un grand nombre de domaines, en particulier dans le "consommer local", réponse à la crise de confiance dans les produits alimentaires.

 

75% se déclarent prêts à consommer au maximum des aliments produits à côté de chez eux, 68% à boycotter des marques montrées du doigt par des associations auxquelles ils font confiance et 68% à acheter plus souvent des fruits et légumes présentant des défauts ou abimés, afin de réduire le gaspillage alimentaire.

 

53% seraient prêts à réduire leur consommation de viande à une ou deux fois par semaine (contre 29% de non, et 18% qui le font déjà).

 

A la suite de différents scandales alimentaires, les Français sont une majorité (57%) à s'inquiéter de la qualité des produits alimentaires qu'ils consomment, contre 43% qui se disent confiants.

 

La principale préoccupation des consommateurs porte sur les pesticides, cités par 43% des répondants. La hausse des prix arrive en deuxième position (27%) devant l'utilisation des arômes artificiels et édulcorants (26%) et l'épuisement et la dégradation des ressources naturelles (26%).

 

Le sondage a été réalisé par internet auprès de 1.022 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus entre le 30 septembre et le 4 octobre.

 

Daniel Carosso est fondateur de Danone en France. La fondation se dit "indépendante du groupe agro-alimentaire".

 

Comme vous pouvez le constater entre les bonnes intentions et la réalité des choix il y a encore un large fossé à combler.

 

Pour enfoncer mon petit clou je vais me contenter de rebondir sur l’interrogation d’un jeune homme du premier rang :

 

« Qu’est-il possible de faire pour que ça change ? »

 

Et pour ce faire je vais m’appuyer, non sur la production de vin mais sur celle du cochon en vous branchant sur un débat qui s’est déroulé aux  22EMES CONTROVERSES EUROPEENNES DE MARCIAC, les vendredi 29 et samedi 30 juillet 2016, dans le cadre du festival Jazz In Marciac (Gers)

 

Avec quoi nous faut-il rompre pour réinventer l’avenir ?

 

Faut-il rompre avec l’élevage industriel ?

 

Avec Danielle Even, éleveuse et présidente de la Chambre d’agriculture des Côtes d’Armor, et Jocelyne Porcher, sociologue Inra, auteure de nombreux ouvrages "Vivre avec les animaux" et « Une vie de cochon » (Ed. La Découverte) et "Cochons d'or" (Quae).

 

Sujet polémique par excellence, la rupture avec l’élevage industriel cristallise entre deux conceptions du monde. Danielle Even, productrice de porcs dans les Côtes d’Armor et présidente de la Chambre d’agriculture du département, témoigne des évolutions en cours dans la production porcine classique. Jocelyne Porcher, ancienne éleveuse devenue sociologue (INRA), réclame une rupture radicale et un retour à l’élevage en lieu et place des productions animales actuelles.

 

  • Yann Kerveno, journaliste. Danielle Even, pouvez-vous nous raconter rapidement l’histoire de votre exploitation ?

 

  • Danielle Even. Je suis installée en production porcine avec mon mari et deux salariés. Nous avons un élevage de trois cents truies. Parler d’histoire familiale, c’est une chose à laquelle nous tenons particulièrement, parce que l’histoire de la famille, notamment celle de mon mari, explique aussi pourquoi nous faisons les choses. Mon mari est fils d’agriculteurs d’une petite commune des Côtes d’Armor. Il vient d’une famille de sept enfants, dont quatre souhaitaient être agriculteurs. Dans les années 80, pour avoir la possibilité de s’installer en agriculture, il y avait cette option de devenir éleveur de porcs. Ce qu’il a choisi de faire. Dans une exploitation somme toute classique, en Bretagne, avec très peu de terres. Mes beaux-parents avaient une petite exploitation laitière de trente hectares, qui a été reprise par mon jeune beau-frère. Avant je travaillais dans le social, mais il y a 15 ans maintenant, j’ai rejoint mon mari sur l’exploitation.

 

  • Y. Kerveno. Jocelyne Porcher, une question un peu personnelle également. Qu’est-ce qui vous a conduit à travailler sur ces thématiques, et notamment celle de la souffrance au travail dans les élevages ?

 

  • Jocelyne Porcher. En fait, j’ai été éleveuse de brebis, puis j’ai repris une formation agricole en Bretagne. J’ai été amenée à travailler en porcherie industrielle. Comme j’avais été éleveuse de brebis, dans ce que j’appelle l’élevage, je me suis trouvée plongée dans un système que j’appelle production animale - et non pas élevage,  même pas élevage industriel-, dont le but est de produire de la matière animale. Et non pas d’élever les animaux. Voilà, le cœur de mon sujet est de différencier l’élevage et les productions animales. Et je pense que ce dont parle ma voisine relève de la production animale et non pas de l’élevage.

 

  • Y. Kerveno. On le voit vous parlez deux langues presque différentes. Nous allons donc essayer, sinon de vous faire vous rejoindre, au moins de pouvoir discuter. Danielle, quelle rupture peut-on opérer aujourd’hui dans la production porcine et pourquoi ?

 

 

C’est très instructif et ça met en perspective l’extrême difficulté d’opérer une rupture rapide avec le modèle hyper-productif aussi bien dans les productions animales très intégrées hors-sol ou lourdement  dépendantes d’intrants ou les grandes cultures.

 

Pour la vigne et le vin, si l’on veut bien tenir compte d’une réalité qui dérange : l’hyper-dépendance de la masse des vins produits au marché domestique et à un système de distribution qui privilégie les volumes et pèse lourdement sur les prix, le virage est entamé et la tendance est de plus en plus lourde pour qu’il débouche sur une viticulture propre, plus respectueuse de son environnement.

 

Restera ensuite la boîte noire du chai, du mode de fabrication du vin, et là les vins nature constituent le « petit caillou dans les grosses grolles des gros faiseurs opportunistes. »

 

Vive les emmerdeurs !

Renverser la table ou changer le couvert sous les pavés du cochon tout n’est pas bon : le débat de Lyon sur les vins à poils ferment de la Révolution !

Partager cet article

Repost0

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents