Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2016 3 16 /11 /novembre /2016 06:00
L’arrivée du  beaujolais nouveau le troisième jeudi de novembre est-il encore une fête populaire ?

La réponse est non, parole de vieux con !

 

Je vais vous épargner d’égrener les souvenirs des grands anciens : Fallet, Carmet, Brassens and Co…

L’arrivée du  beaujolais nouveau le troisième jeudi de novembre est-il encore une fête populaire ?

Regretter tout de même un chouïa les grosses fiestas dans les cafés enfumés avec petit tonneau et parigots. Nous refaisions le monde et on ne peut pas dire que ce soit une grande réussite.

 

Je pourrais vanner la GD qui, après l’avoir surexploité, bousillé, le vend aujourd’hui presqu’avec des pincettes.

 

Me lamenter  de ne plus pouvoir charrier Borloo car il est retiré des autos ?

L’arrivée du  beaujolais nouveau le troisième jeudi de novembre est-il encore une fête populaire ?

Pleurer la disparition des dégustations du sieur Dupont dans les anciens locaux de la rédaction du Point, à Montparnasse…

 

M’exhiber nu comme en 2012. Oui, oui, vous pouvez aller voir ICI  

 

Acheter quelques arpents de vigne en Beaujolais pour me lancer dans le naturisme pour faire de la concurrence aux Perraud et à Lilian Bauchet avant de fomenter la Révolution chère à Nossiter.

 

Non, je vais me contenter de pondre une chronique de vieux con qui aimerait faire à nouveau la fête.

 

Résumons la situation :

 

Ivre de son succès international le Nouveau Bojolo s’est cassé durement la gueule et la fête populaire avec lui. Nous ne buvions pas que du bon mais c’était joyeux, bon enfant, sans façon.

 

Je ne dis pas que c’est complètement cuit, il y a encore quelques îlots de résistance dans certains bars à vins ou chez certains cavistes, et bien sûr au chemin des Vignes à Issy-les-Moulineaux chez le camarade résistant Yves Legrand, mais ailleurs ça sent la tribu, le cercle d’initiés, place aux dégustateurs qui, pour une fois, ne nous feront pas chier à nous demander, avec l’air supérieur : « tu reconnais le cépage ?» puisque le Bojolo c’est que du Gamay.

 

Y’a maintenant une forme de course à l’échalote : faut se taper un max de dégustations dans le tout Paris du wine qui compte, pour pouvoir briller en société. « T’as pas dégusté le sitôt bu sitôt pissé de Bérurier c’est du super glou… une tuerie… je te dis pas… t’es vraiment à la ramasse avec ton Bojolo Lisse moi les roustons des frères Couston… Et ne me dis pas que le gaz part de Yamatochi Yamamoto ramassé en tongs est à tomber, je le trouve surfait, trop glouton...»

 

Ça me gonfle un peu vu que, même bien fait, naturliche, le Bojolo Nouvo reste tout de même un vin fait vite fait bien fait sur le gaz pour désoiffer les gosiers pas pour faire une Master Class animé par Butane&Degaz ou consorts.

 

Faut se lâcher camarades !

 

Enlevez les cale-pieds !

 

Desserrez les freins !

 

Buvez !

 

Murgez-vous gentiment entre camarades car, par les temps qui courent, si maussades, si déprimants, ça ne peut que vous faire du bien au cœur et à l’âme.

 

Je ne vous demande même pas de chanter mais seulement de vous laisser-aller à faire la fête.

 

Ne me prenez pas pour un rabat-joie que je ne suis pas, je ne demande qu’à être contredit en ce mercredi.

 

Soyez sans crainte, j’irai sur le terrain, comme disent les politiques qui n’y mettent jamais les pieds, sauf le temps d’une élection dans des visites guidées, voir ce mercredi de Bojolo Nouvo est un jour de fête.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

pax 16/11/2016 09:40

Pour le moins surpris par la photo d'un Taulier grivois nous avons rendu la fin de notre commentaire incompréhensible.Voila ce qu'on aurait du lire :
Un vignerons qui travaillait déjà de manière raisonnée alors que cela n'existait pas encore aux yeux du grand public auquel on ne vendait que du Duboeuf à tire-larigot.Nous faisions bombance tout au long du voyage ( oeufs en meurette etc.etc.) avant de remonter vers....
Taulier svp prière de noter certaine page de chronique d'un avertissement comme pour les programmes télé ou la diffusion de film. En 2012 on ne se connaissait pas encore et la mention " pour public averti " n'aurait pas été de trop. Attention, des lecteurs bégueules peuvent t'envoyer te rhabiller !

JACQUES BERTHOMEAU 16/11/2016 09:49

j'avais indiqué NU où est la grivoiserie cher PAX la nudité protégée n'a rien de choquant...

pax 16/11/2016 07:47

Et oui le sens de la fête se perd. Au temps de ma splendeur professionnelle je descendait la veille chercher le Beaujolais nouveau chez un viticulteur dont l'adresse m'avait été recommandée par Michel COUVREUR * de Bouze-lès-Beaunes. Un vignerons qui travaillait déjà de manière raisonnée alors que cela n'existait pas encore aux yeux du grand public auprès duquel Nous faisons bombance ( oeufs en meurette
etc. etc.)avant de "remonter" vers Strasbourg ou nous arrivions vers cinq heure pour ouvrir la fête à laquelle nous avions convié clients, entrepreneurs partenaires et amis avant de nous mettre , sur le tard,aux fourneaux avec les happy few. Nous n'avions besoin ni de bains douches ni de disc-jockey aux talents inversement proportionnels à leur gloire planétaire.
* Michel Couvreur qui dans ses jeunes années avait gagné plusieurs plusieurs courses mondiale au "1er beaujolais nouveau" sur l'un ou l'autre continents ,Concorde aidant.

pax 16/11/2016 10:48

Voyons voyons, j'ai oublié de ponctuer wouarf wouarf ou Lol ou encore hihihi

Jungmann 16/11/2016 06:16

(Jacques, 3ème jeudi de novembre !)

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents