Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 octobre 2016 5 07 /10 /octobre /2016 10:05
Que les naturistes qui achètent et lisent En Magnum pour lire Bettane lèvent le doigt, moi je n’en connais pas !

Que lis-je au hasard d’un tweet d’Alice Feiring ?

 

Dans le numéro 04 d’En Magnum, l’équipe Bettane+Desseauve a pris une position fine et mesurée sur la viticulture bio et biodynamique. Nous avons ouvert le débat, mais c’était sans compter avec les gardiens du temple bio, furieux de se sentir dépossédés d’une philosophie dont ils pensent être les exclusifs détenteurs. Et, du coup, follement agressifs. Voici la réponse de Michel Bettane.

 

« La violence et l’ineptie des réactions de certains fanatiques du vin « nature » sur leurs blogs à la lecture du numéro 04 de En Magnum tiennent sans doute à ce que nous les avons pris à contre-pied. Elles montrent aussi combien ces donneurs de leçons, et de leçons de démocratie en particulier, sont eux-mêmes peu démocrates. Il faut convenir que ce doit être assez énervant pour eux, qui se définissent comme propriétaires exclusifs d’un concept et d’un combat, d’apprendre qu’alors que beaucoup étaient en culottes courtes, un journaliste accompagnait le travail dans les vignes et dans les cuviers des meilleurs vignerons français. Ceux-là même qui sont devenus leurs idoles. Et même souvent avant que ces idoles ne converti sent leurs vignes à des pratiques biologiques. Plus irritant encore, le fait que ce journaliste les ait soutenus à de nombreuses reprises pendant leur conversion. »

 

Je ne ferai aucun commentaire, mes maîtres m’ont appris dès mon jeune âge, ce temps des culottes courtes évoqué par celui par qui tout est arrivé de beau et de bon dans notre grand vignoble François, qu’on ne conteste pas le verbe de Dieu le père, qu’on s’incline, qu’on ploie le genou, qu’on se signe, qu’on se bat la coulpe, qu’on souscrit aux indulgences plénières, qu’on se couvre la tête  de cendres, qu’on se fait laver les pieds le jeudi saint, qu’on agite l’encens, qu’on défile dans les vignes pour implorer le ciel lors des Rogations, qu’on entame le Rosaire, qu’on se doit de faire le chemin de croix avec un arrêt à chaque station, qu’on manie avec légèreté le goupillon, qu’on sert la messe en versant avec soin les burettes dans le ciboire, qu’on se garde du péché d’orgueil, qu’on passe au confessionnal  pour confier ses péchés véniels ou mortels au curé…

 

Amen !

 

Comme l'a dit Juppé hier au soir à propos de Sarko : y'a le feu au lac en face...

 

Ça fait beaucoup de qu’on me direz-vous ?

 

Oui ça me rappelle les bios du même nom !

 

Lire l'ensemble du prêche ICI 

Partager cet article
Repost0

commentaires

pax 07/10/2016 10:15

J'aimerions bien mais j'peu point. ( On ne le trouve pas dans la plus part des kiosques du Grand Est)
J'allions point r'tourner dans la Grand'ville, à chaque fois pour le chercher à la gare !
Autant d'ça d'économisé. Na !

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents

  • Hubert de Boüard à la barre !
    Philippe Castéja (à g.) et Hubert de Boüard, à l’ouverture du procès, le lundi 20 septembre 2021 à Bordeaux. © Crédit photo : Guillaume Bonnaud / SUD OUEST En raison de l’actualité judiciaire d’Hubert, Ciné Papy du mercredi est repoussé à demain jeudi. Hubert...
  • Parlons peu mais parlons vin, et de quel vin : La Romanée-Conti où Aubert de Vilaine passe la main…
    Le reproche récurrent que me font certains, chroniquer rarement sur le vin, est justifié, en défense ma réponse est simple : j’ai le sentiment d’avoir fait le tour de la question et que perdurer ce serait tourner en rond. Bien sûr, je pourrais à la manière...
  • L’ÉCHALIER
    Henry Pierre Troussicot L’échalier, petite barrière fixe, dans une haie, entre deux champs, permettant d’aller de l’un à l’autre. Combien de gars de ferme ont fait sauter les échaliers aux filles en les empoignant par la taille, pour aller danser ou autres...
  • Un dimanche ordinaire au Bourg-Pailler…
    Le dimanche au Bourg-Pailler c’était les habits du dimanche pour aller à la grand-messe de 10 heures. Au Bourg-Pailler, la tante Valentine, était le maître des horloges, elle rappelait tout le monde à l’ordre avec une injonction ritournelle « ça monte...
  • Je m’insurge l’âne bâté n’est pas stupide…
    Rien ne vaut l’expérience, les grands auteurs cités plus bas, n’ont jamais mené de leur vie un âne bâté, moi si pendant 8 jours dans les Cévennes sur le sentier Stevenson, c’était une ânesse, et je peux affirmer qu’elle était bien plus intelligente, plus...