Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 08:00
CHAP.17 extrait sec «les Français ne veulent ni d'un ludion narcissique aux Ray-Ban d'aviateur, ni d'un Félix Faure en scooter en butte, à minuit, au démon de midi».

Cette semaine j’ai revu URGA un film de Nikita Michalkow que j’avais beaucoup aimé lors de sa sortie sur les écrans en 1991. Les paysages de la steppe de la Mongolie intérieure, en territoire chinois, m’avaient fasciné et j’avais formé le projet de m’y rendre. La vie en a décidé autrement. Histoire simple de Gombo, éleveur, qui vit selon la tradition dans sa yourte, avec sa femme, Pagma, ses enfants, Bourma et Bouin, et Babouchka, la grand-mère. L’oncle, Bajartou, figure de légende, apparaît parfois sur son cheval. Gombo rêve d’une vie ancestrale, et, selon la coutume, plante son «urga » devant sa yourte pour annoncer qu’il fait l’amour.

 

Faire l’amour !

                  

Je pense à elle, elle qui refuse d’être heureuse…

 

La loi chinoise impose la limitation des naissances et Pagma, qui vient juste d’accoucher d’un 3e enfant, se refuse à son mari, mais ne voulant pas priver son époux de leurs rapports amoureux, elle l’envoie en ville acheter des préservatifs. Auparavant était survenu, Serguei, un Russe, tombé en panne avec son camion. Une amitié inattendue naît entre les deux hommes. Suivant Serguei, Gombo va s’enivrer des plaisirs de la vie urbaine. Il vient au secours de Serguei, arrêté par la police chinoise, parce qu’il est suspecté de subversion après être monté sur scène pour chanter une valse torse nue. De retour chez lui, Gombo se désintéresse rapidement de la télévision qu’il a ramenée pour faire plaisir à Pagma.

 

Têtu il veut un 4e enfant car Gengis Khan était le 4e de sa lignée…

 

Lion d’Or de Venise en 1991, Urga est un film bouleversant par sa justesse et son intelligence.

 

Et si un jour elle comprenait  que son bonheur passait par moi je pourrais enfin croire à l’amour.

 

Retour au marigot fangeux de nos politiques, ça pue de plus en plus pour le plus grand plaisir de la fille du borgne, ils pataugent, s’enfoncent dans le cloaque, c’est à gerber, comment les supporter.

 

Ce fut une semaine de l’exécrable Patrick Buisson, le mentor répudié qui déballe tout dans son pamphlet « La Cause du Peuple » qui est déjà un succès de librairie... au bout de 24 heures. Sorti jeudi, l'ouvrage de l'ex-conseiller de Nicolas Sarkozy s'est déjà vendu à 75.000 exemplaires, selon son éditeur.

 

Ces ventes surpassent largement celles du lancement de « Tout pour la France », le livre de Nicolas Sarkozy paru fin août (32.000 exemplaires écoulés en trois jours), pourtant lui-même considéré comme un succès.

 

Juste retour des choses, lorsqu’on dîne avec le diable, pendant des années et des années, avec une petite cuillère, fut-elle en argent, il ne faut pas s’étonner qu’après l’avoir répudié pour haute trahison, celui-ci se venge. Bien sûr il se venge au moment où ça fait le plus mal, il attend, la vengeance on le sait est un plat qui se mange froid, il frappe là où ça fait mal, tirant de leur long compagnonnage, de leur extrême proximité, cette capacité à fendre l’armure, à jeter aux chiens les petitesses de celui qu’il a fait Roi. Et Dieu sait que le petit agité n’est pas avare de phrases qu’il veut assassines, il est toujours si content de lui, sur ses talonnettes il plastronne, vilipende, insulte « casse-toi pauvre con ! », casse ses jouets, exhibe sa nouvelle épouse, l’hyperprésident disait-on, rien qu’un pauvre ludion sans convictions. Alors que Buisson dise la vérité ou non, peu importe, ce qui compte c’est qu’il fut tout au long d’un quinquennat le conseiller écouté du Prince vulgaire, que leur couple fascinait les médias, et que leur concubinage notoire a laissé des traces, que dis-je des trainées de boue.

 

« Dans ma vie j’en ai connu des trahisons, mais comme celle-là, jamais »!  Nicolas Sarkozy n’avait encore pas tout vu, tout lu, lorsqu’il s’affligeait ainsi à la télévision, le 21 septembre 2014, de la félonie de son conseiller privilégié, son inspirateur premier, on avait même dit son âme damnée, Patrick Buisson, lequel avait enregistré leurs conversations et échanges à son insu. Brutalement remercié pour ce manquement élémentaire aux relations de confiance, l’indélicat est allé beaucoup plus loin que cette fourberie qu’il maquille grossièrement des exigences de l’historien. Il a fait de son livre à prétention d’essai (1) un brûlot dévastateur contre ce maître qu’il a servi, et qui l’a grassement enrichi, tout en affirmant aujourd’hui qu’il « n’a jamais été dupe du personnage, qui n’était pas son genre ». A se demander quand même comment un homme qui a une si haute idée de lui-même, et de son intelligence, a pu pendant près de dix ans perdre ainsi son temps auprès d’un leader politique, qu’on a pu critiquer, et qu’on critique encore, mais qu'il passe, lui, au karcher de son encre noire afin qu’il n’en reste rien. Jugez en…

 

Buisson, Trierweiler... : ces« ex » à la vengeance médiocre

 

Lire ICI 

 

« Je vais te dire ce qui nous différencie des autres, c’est que toi (Buisson) et moi (Sarkozy), on est des mauvais garçons » lance ainsi Nicolas Sarkozy à son conseiller à deux mois de son élection en 2007. Pour Buisson, Nicolas Sarkozy était « un trader de la politique, un court-termiste qui avait le goût des allers-retours spéculatif ».

 

« Chirac aura été le plus détestable de tous les présidents de la Ve. Franchement, je n'ai jamais vu un type aussi corrompu. Un jour, il a voulu me faire signer un contrat avec l'Arabie saoudite. Je me demande encore comment il a osé me mettre ça sous le nez. Il en a tant fait qu'il était fatal que ça lui pète à la gueule. J'ai rarement rencontré quelqu'un d'aussi méchant et avide. »

 

Fillon, lorsque le Premier ministre inaugure une mosquée à Argenteuil le 28 juin 2010, le chef de l'Etat n’hésite pas à le taxer de « pauvre type, minable. » Et de lâcher : « Tant qu'il y est, il n'a qu'à venir mercredi au Conseil des ministres en babouches et avec un tapis de prière ! »

 

François Baroin, son probable Premier ministre s’il venait à gagner la présidentielle de 2017, en prend également pour son grade :

 

« Je l'ai acheté à la baisse. Trop cher, je te le concède, pour un second rôle », aurait déclaré l'ancien président, toujours d’après les extraits du livre.

 

Xavier Bertrand : « Dix ans à essayer de placer des assurances en Picardie, dix ans à taper aux portes et à se prendre des râteaux, ça a de quoi vous rendre méchant pour le restant de vos jours. C'est d'ailleurs pour ça que je l'avais choisi. »

 

Son pote Christian Estrosi n'est pas épargné : « Cet abruti d'Estrosi qui a une noisette dans la tête. »

 

Sur l'art constituer un gouvernement

 

En juin 2007 : « Je sais bien que je suis le Tom Cruise du pauvre, mais, enfin Gérard Larcher, ministre, ce n'est pas possible : il est trop laid ! Tandis qu'avec Rachida et Rama, on va leur en mettre plein la vue. »

 

Sur lui-même

 

En mars 2007 : « Ils s'en moquent, les Français, que je sois sympathique ! Ils veulent que je fasse le job. Est-ce qu'on demande à Rocco Siffredi d'avoir des sentiments ? »

 

Sur Carla Bruni

 

« Crois-tu que notre histoire à Carla et à moi aura un impact favorable sur le moral des Français ? »

 

Mais ce n'est pas tout. En plus de critiquer son entourage, le livre révèle que Nicolas Sarkozy se serait rapproché de Jean-Marie Le Pen avant l'élection présidentielle de 2007. Voyant la victoire se profiler face à la socialiste Ségolène Royal, il aurait dit à son expert en analyse de l'opinion :

 

« Appelle Le Pen. Demande-lui ce qu'il veut. Faut-il que je le reçoive ? S'il faut le recevoir maintenant, tu sais, je le recevrai. Je ne suis pas comme les autres. Je sais prendre mes responsabilités, moi. »

 

Comme les jugements sont assez pertinents pourquoi douter de la véracité des écrits de Buisson ? C’est un  féroce Buisson, comme savait le faire l’extrême-droite d’avant-guerre, sûr de son intelligence, de sa supériorité sur les médiocres, ne négligeant pas ses intérêts, il vise la mise à mort de son ancien poulain qui l’a jeté comme une pomme pourrie.

 

Et le vibrion, jamais en reste de se faire mousser, confirme, hors son mentor, qu’il est méchant, une teigne, un  sale mec :

 

Le 4 janvier 2015, Sarko interrogé le soir lors d’un dîner, après avoir été reçu à l’Elysée dans l’après-midi : « Alors, comment l’avez-vous trouvé ?

 

-          De près, immonde, a-t-il répondu. Ses cheveux sont mal teints, il a l’air d’un ministre chinois. La graisse dégouline sous sa chemise, et, en dessous, il  a des petites jambes d’enfant. »

 

De la part d’un géant juché sur de misérables talonnettes c’est révélateur de sa morgue, de son mépris, de sa vision de lui-même qui mérite l’exécration d’une large tranche de la population.

 

Mais il n’y a pas que Buisson qui veut lui faire la peau, le roquet de Meaux, n’est pas en reste :

 

Jean-François Copé, accuse Nicolas Sarkozy, mis en cause dans plusieurs affaires dont Bygmalion, d'être candidat pour échapper à la justice, dans Le Monde daté de vendredi. « J'ai compris qu'il y avait un alignement d'intérêts entre des écuries différentes. J'apparaissais pour chacun d'eux comme le coupable idéal, l'alibi parfait», déplore le député-maire de Meaux, cité dans un long article que lui consacre le quotidien.

 

Nombre de candidats à la primaire, accusés de l'avoir poussé hors de la présidence de l'UMP en 2014, en prennent pour leur grade, comme Nathalie Kosciusko-Morizet – « Elle a besoin d'exorciser sa défaite à Paris » –, Alain Juppé – « Il prend deux fois la parole pour que je quitte mes fonctions, il ne voit pas que si je pars, c'est Sarkozy qui arrive. »

 

Il affirme avoir dévoilé ce qu'il savait sur cette affaire à Nicolas Sarkozy en mai 2014, quelques jours après que le responsable opérationnel de Bygmalion, Franck Attal, lui eut révélé la fraude : « J'explique ce que je sais et, là, j'ai un mur de silence. J'ai compris rétrospectivement pourquoi », a-t-il déclaré. Jean-François Copé accuse par ailleurs Nicolas Sarkozy de vouloir échapper à la justice en se présentant à l'élection présidentielle.

 

« Sa mise en examen n'est pas que technique, elle porte sur une vingtaine de millions d'euros, qui en réalité sont un détournement ! C'est une fuite éperdue en avant. [...] Il voudrait que vous l'élisiez pour ne pas aller au tribunal ! » a-t-il assuré au quotidien.

 

L'attaque la plus virulente est cependant réservée à l'ancien Premier ministre, François Fillon : « Fillon passe après, [lors du bureau politique] la main sur le cœur : Mon éthique, mon sens de la responsabilité, tu dois partir... Dix jours après, il va bouffer avec Jouyet pour finir Sarkozy. Assez bête pour penser que Jouyet a la moindre prise sur le parquet. Il est d'une naïveté invraisemblable ! »

 

En face, le désamour entre le Président et son ex-protégé se traduit par des sobriquets bien puérils :

 

Selon Le Canard Enchaîné du 28 septembre 2016, Emmanuel Macron s’en serait violemment pris à François Hollande lors d’un déjeuner de presse organisé la semaine dernière. Il aurait déclaré : « Moi, je ne vais pas attendre de savoir si tarte molle y va ». Une petite remarque sympathique qui fera plaisir à François Hollande, lui que Martine Aubry avait traité de "mou", il y a quelques années. Cette phrase rapportée par le Canard a été démentie par l’entourage d’Emmanuel Macron qui affirme que l’ancien ministre ne parlait pas du président de la République.

 

C’est de bonne guerre, même si vole bas ! En privé, François Hollande appellerait l’ancien ministre, Emmanuel « Macaron ». Selon le président, son ancien ministre serait sucré à l’extérieur mais mou à l’intérieur. Des échanges d’amabilités qui risquent d’encore un peu plus d'envenimer une relation qui n’est pas au beau fixe depuis quelques mois.

 

Même Juppé se lâche il répond avec humour à son adversaire François Fillon qui le compare à une «tisane» il lui suggère de faire « attention à l’excès de vodka », fine allusion aux positions pro-russes de l’ex-cocker triste de la Sarthe réfugié dans le douillet 7e arrondissement de Paris.

 

Il s'est déclaré «violemment modéré» mardi dernier dans l'hebdomadaire La Vie. «Je sais que pour certains, je ne vais pas assez loin, qu'il faut faire des chocs. La mode est aux chocs, choc fiscal, choc social… Mais à force de faire des chocs sur la France, on risque bien de casser la mécanique»

 

Buisson au 20h de France 2: une diabolique opération de com' contre Sarkozy

 

« Quelle étrange fascination pour un personnage qui ne mériterait que l’indifférence… Depuis quarante-huit heures, Patrick Buisson est l’homme autour duquel la vie publique s’organise… On ne parle que de lui, on ne débat que de lui… Ce mercredi soir, il était posé en majesté au journal de 20h de France 2, dénonçant Nicolas Sarkozy, ses reniements et ses trahisons. Ce jeudi, il sera de nouveau convié par un grand média, Europe 1, pour répéter encore et encore, que Nicolas Sarkozy est un reniement et une trahison…

 

Patrick Buisson, qui est tout autant communicant qu’idéologue, a bien choisi son moment pour sortir son pamphlet anti-Sarkozy. Fin septembre, soit en un temps où il pouvait anticiper que Nicolas Sarkozy serait candidat déclaré à la Primaire et où le momentum de la Primaire commencerait à s’enclencher. Fin septembre, c’était la date idéale pour lancer un missile contre l’ancien président en campagne, au moment où les électorats potentiels de la Primaire ne sont pas encore cristallisés de manière plus ou moins définitive, mais en phase d’observation et d’évaluation des forces en présence. Détruire Sarkozy avant qu’il n’ait pu construire les fondations de sa victoire de manière irréversible.

 

Patrick Buisson connaît bien la sphère politico-médiatique. Il en sait les us et coutumes, les appétences et les révérences. Il a donc attendu patiemment les circonstances propices au lancement de sa torpille sur le croiseur Sarkozy, le moment où l’actualité politique lui assurerait une couverture médiatique massive, deux ans après sa disparition totale des radars audiovisuels. »

La suite ICI 

 

Affaire Bygmalion: cet intrigant Copé qui trahit Sarkozy

 

 Un grand sentiment de malaise. Il faut voir et revoir les quelques minutes où apparaît Jean-François Copé dans le reportage de l’émission Envoyé spécial consacrée à l’incroyable affaire Bygmalion, accablant récit d’un dérapage politique, moral et financier, engendré par la mégalomanie d’un candidat en campagne, soit Nicolas Sarkozy en 2012.

 

Il faut visionner et revisionner ce grand moment de télévision où, l’espace d’un instant, apparaît la vérité d’un homme, d’un système, d’une époque, et révèle finalement la maladie profonde du système sarkozy.

 

La suite ICI 

 

FOG - Sarkozy, candidat des grands médias

 

Alors que Nicolas Sarkozy subit toutes sortes d'avanies, du livre de Patrick Buisson à la relance de l'affaire libyenne, le « système » a décidé qu'il devait gagner les primaires de la droite et du centre. D'où la campagne, plus ou moins ouverte, de la plupart des grands médias ou des groupes de presse parisiens en faveur de l'ancien président.

 

Qu'ils me pardonnent de briser l'omerta, mais à lire, voir ou entendre ces grands médias, on ne peut qu'être étonné par leur bourrage de crâne obsessionnel ou par leur tendance enfantine à camoufler certains sondages dès lors qu'ils sont défavorables à leur champion.

 

Ne sommes-nous pas devenus une république bananière ? La question n'est pas nouvelle, mais elle mérite plus que jamais d'être posée. Depuis des années, la France vit sous le signe du mélange des genres et son jacobinisme naturel n'arrange rien : tout est régenté depuis Paris par ce « microcosme » que fustigeait Raymond Barre et où trempent, dans le même marigot consanguin, la politique, la banque, la presse et le monde des affaires.

 

La France vit ainsi sous un régime qui n'est pas sans évoquer celui que les communistes appelaient jadis, pour l'exalter, le « centralisme démocratique ». Ses méthodes sont certes plus sophistiquées, mais il ne laisse guère de place au pluralisme. Les voix discordantes sont priées de se taire : tous derrière Sarkozy, tel est le mot d'ordre donné aux soldats du « microcosme ».

 

Après ça, il ne faut pas s'étonner si le FN ou le Front de gauche, hérauts du dissensus, ont le vent en poupe. Le populisme ne se nourrit pas seulement des peurs ou du sentiment de déclassement de classes moyennes en voie de prolétarisation. Il est aussi alimenté par notre déficit démocratique, qui provoque en chacun de nous, à intervalles réguliers, une sensation d'étouffement sous une chape de plomb. Pitié ! De l'air !

 

Au XIXe siècle, le prophétique Tocqueville (1) nous avait mis en garde contre la mauvaise pente de la démocratie qui nous mènerait peu à peu vers une sorte de « tyrannie douce ». Eh bien, nous y voilà ! La logique de cette dégringolade mentale est de réduire les électeurs à l'état de « moutonnaille », comme disait Rabelais, avec pensée unique, plat unique, son de cloche unique... et candidat unique.

 

Le « microcosme » a souffert sous Hollande, qui, contrairement à ce que disent les prétendus frondeurs, s'en est toujours tenu à distance. C'est pourquoi sa mouvance rêve aujourd'hui de Restauration, Sarkozy étant son Louis XVIII, le charisme et la niaque en plus, bien entendu. Sous sa présidence, l'« établissement » concubinait avec l'Élysée, il se sentait écouté et associé. Il était, pour ainsi dire, partie prenante. Il est donc normal qu'il ait une vive nostalgie de cette époque.

 

Si les médias nous servent du Sarkozy matin, midi et soir, c'est certes parce que l'ancien président est depuis longtemps passé maître dans l'art de lancer à tout vent des débats de toutes sortes, sur le burkini, l'identité ou les Gaulois. C'est un indéniable talent. Mais pourquoi faut-il que nos chers confrères minimisent ou sous-estiment systématiquement les campagnes des autres candidats des primaires ?

 

Comme par hasard, les rivaux de Sarkozy ne vaudraient pas un clou. Rares sont les grands médias qui leur donnent leurs chances. Oyez les rumeurs qu'ils distillent depuis la rentrée. Alain Juppé serait ennuyeux ; François Fillon, fade ; Bruno Le Maire, léger ; Nathalie Kosciusko-Morizet, superficielle. Même quand ils sont intéressants, leurs livres-programmes ne sont recensés qu'avec dédain ou mépris.

 

Plutôt que d'encenser leur héros à tout bout de champ, les grands médias préfèrent - technique plus maligne - dénigrer les adversaires de Sarkozy, sans regarder de près ni de loin leurs propositions supposées barbantes. Un pilonnage insidieux et de tous les instants.

 

La primaire de novembre est-elle déjà jouée ? Sans doute pas. Le temps est loin où la presse faisait la loi, quand le dramaturge Maurice Donnay disait qu'il suffirait d'une campagne de presse bien menée pour qu'au bout de deux mois les Français crussent en Dieu. Les électeurs ne se laissent plus manipuler si facilement, comme on a pu l'observer pendant la campagne de 1995, quand tous les grands médias français, y compris Le Monde, soutenaient la candidature de Balladur à la présidence avec la subtilité d'un rouleau compresseur. On connaît la suite.

 

Les temps ont changé. Que les grands médias américains fassent campagne pour Hillary Clinton et dénoncent sans cesse Donald Trump, ce n'est pas forcément un atout pour la première ni un handicap pour le second, qui se targue avec ostentation de l'animosité de la presse à son égard. Quand les médias sont présumés suspects par l'opinion, leur hostilité peut se retourner contre eux et devenir une force pour ceux qu'ils cherchent à détruire. C'est vrai en France comme aux États-Unis.

 

Quant aux affaires ou aux scandales, on peut toujours leur survivre. Nicolas Sarkozy n'en a-t-il pas été jusqu'à présent la preuve vivante ?

 

  1. voir De la démocratie en Amérique.

 

Pour m’extraire du cloaque je lis :

 

- Vous avez une idée mesquine de la liberté, crie le Journaliste.

 

Derrière son bureau, le ministre de l’Intérieur répond :

 

- Tu es sectaire. Tu ne mérites pas la liberté.

 

Le détenu s’exalte :

 

- Sectaire d’une grande secte, pas de petits copinages comme vous.

 

Le ministre insiste en lissant le pan de sa veste :

 

- Le copinage est une coïncidence d’intérêts, une socialisation, c’est de la politique. La secte, c’est le fanatisme, l’intransigeance, le dédain insolent des autres.

 

Le prisonnier tape du poing sur la table :

 

- La secte est une vertu et une fonction sociale. La secte à un fond géométrique, d’une géométrie spéciale, bien articulée. La secte fait avancer les idées, les passions, elle ébranle et accélère le temps. Vous râlez contre les sectes. Que sont donc les jésuites, les augustins qui vous donnent des ordres et vous inspirent, et loin desquels vous avez l’impression de perdre toute autorité, tout pouvoir, toute volonté ? Notre secte est animée d’impulsions cosmiques, pas de théologies écœurantes. Les planètes d’autres systèmes traiteraient le nôtre de sectaire parce qu’il tourne autour du Soleil. Ce système est une secte comme la nôtre. La nature est sectaire, elle aime la géométrie invariable et permanente. Je suis sectaire ! Soyons tous sectaires ! La discipline et la géométrie nous sauveront ! »

 

Ramón Sender dans O.P. [Ordre Public] années 20 dans la plus grande prison pour hommes de Madrid, la Moncloa.

 

Allez, pour sourire un peu :

 

Fabrice Luchini est-il un conseiller occulte de François Hollande ? En tout cas, ces deux-là sont amis. Selon l'hebdomadaire people Closer, le président de la République a passé le week-end dernier dans le Loir-et-Cher à Chambon-sur-Cisse, dans la maison de celui qui incarna Beaumarchais à l'écran.

 

«Pour justifier un tel déplacement, le chef de l'Etat a décidé d'ajouter à son agenda une visite inopinée au maire de Blois», croit savoir le magazine.

 

L'histoire ne dit pas si Julie Gayet accompagnait le chef de l'Etat. François Hollande a, en tout état de cause, passé un moment avec l'acteur déjanté amateur de Céline et des fables de la Fontaine. Selon l'hebdomadaire le comédien est aussi un proche de Brigitte Macron, la femme d'Emmanuel Macron, l'ancien ministre de l'économie de Manuel Valls.

 

Dans son livre paru en début d'année, Luchini racontait sa rencontre avec Hollande : « Il est parfait. Pas une question bidon. Pas un compliment étrange. » Et celle avec Macron : « Il est bien séduisant Macron. Il rit. Il jubile. Il travaille. Son épouse veille sur lui. Il est puissant et concentré. Il est exceptionnel, ce Macron. » 

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Roman
commenter cet article

commentaires

pax 02/10/2016 11:59

Chacun a le chroniqueur qu'il peut:Saint Louis et Joinville, Le Moyen Age et Commines , Mazarin et le Cardinal de Retz,Louis XIV et Saint Simon ; tous gens de bonne compagnie. Ici, ce sont les bas fonds et ses " mauvais garçons" plaisantent ils entre eux. Euphémisme oui !, en fait de mauvais garçons ils n'ont des Pieds Nickelés que la bêtise. Des délinquants en cols blanc plutôt, très proches des mafieux.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents