Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2016 7 21 /08 /août /2016 06:00
Vous et votre équipe allez travailler sur le projet d’1 voiture pouvant transporter 4 paysans ou paysannes en sabots, 50 kilos de pommes de terre ou un tonneau, rouler à 60 km/h, ne pas consommer plus de 3 l au 100km.

Le 27 Juillet 1990, la production de la 2CV vit son dernier jour : à 16h30, la 2CV n° 5.114.961 se présente en bout de chaîne, c’est une 2CV Charleston grise, elle sera la dernière 2CV.

 

C’est le 21 juin 1949 que le type A de la 2CV est soumis au Service des Mines. Homologuée le 28 juin, elle sera de nouveau au Salon d’octobre 1949 et mise en fabrication en novembre.

 

Voilà ce qui m’est arrivé : depuis plusieurs jours une idée me trottait dans la tête : « et si pendant ce mois août parisien je chroniquais sur mon premier amour, ma deuche Citroën. »

 

C’était en 1967, je l’avais acheté au curé-doyen de la Mothe-Achard, à crédit : c’est mon père qui m’avait prêté 3000 francs sans intérêts.

 

Elle n’était pas grise mais vert embruns et je crois que c’était le modèle AZAM (AM pour AMéliorée). Elle était produite à Levallois-Perret.

 

Mais ce n’était pas la première que je pilotais, en effet j’avais, bien avant d’avoir mon permis, fait mes premières armes de pilote sur la 2CV de mon père : une antiquité.

 

Mon lourd investissement était motivé par le fait que je m’étais dégoté un emploi au CEG de Pouzauges et qu’il me fallait une auto pour me rendre à la Fac de Droit à Nantes où j’étais inscrit en deuxième année.

 

Donc dans ma petite tête de chroniqueur je ruminais lorsque dimanche 7 août sur le coup de midi je stoppe mon fier destrier au pied d’un distributeur de billets du crédit des agriculteurs. Ayant empoché mon oseille je voltais et là je tombais nez à nez avec ça.

 

Photos.

Vous et votre équipe allez travailler sur le projet d’1 voiture pouvant transporter 4 paysans ou paysannes en sabots, 50 kilos de pommes de terre ou un tonneau, rouler à 60 km/h, ne pas consommer plus de 3 l au 100km.
Vous et votre équipe allez travailler sur le projet d’1 voiture pouvant transporter 4 paysans ou paysannes en sabots, 50 kilos de pommes de terre ou un tonneau, rouler à 60 km/h, ne pas consommer plus de 3 l au 100km.
Vous et votre équipe allez travailler sur le projet d’1 voiture pouvant transporter 4 paysans ou paysannes en sabots, 50 kilos de pommes de terre ou un tonneau, rouler à 60 km/h, ne pas consommer plus de 3 l au 100km.

Comme la première de la deuche ma chronique est enclenchée.

 

Je cherche sur la Toile ce qui s’est écrit et ce que j’ai écrit sur la 2CV.

 

Et là je tombe sur un article LA DEUCHE DE NOTRE JEUNESSE publié le 11 Octobre 2011 mais ce qui m’étonne c’est que sur l’intitulé de Google il est écrit « MERCI, MONSIEUR BERTHOMEAU pour vos articles comme quoi on a tjrs qqe chose à apprendre »

 

Et je retrouve ainsi ma chronique du 26 août 2008 La 2CV : voiture de l'année 48, le terroir profond...

 

Avant de vous livrer ma science quelques détails mécaniques intéressants, contenus dans l’article, sur la fameuse 2CV :

 

  • C’est l’une des rares voiture française qui a eu un châssis à 4 routes indépendantes jusqu’à son extinction en 1990 ;

  • Le moteur qui équipait les premières 2cv avec un peu plus de 400 cm3 n’était pas plus gros que celui d’une moto ;

  • Et il était à refroidissement à air évidemment et bien sûr il y avait un trou pour la manivelle ;

  • La caisse était boulonnée au châssis par 18 boulons et le moteur tenait par quatre boulons de 17 démontables avec la manivelle ;

  • Les essuie-glaces étaient couplé au compteur à câble, c'est-à-dire qu’à l’arrêt plus d’essuie-glace. Les phares étaient réglables de l'intérieur ;

  • Il n'y avait pas de filtre à huile à changer et le filtre à air était nettoyable ;

  • Il fallait compter aussi sur la pédale d'accélérateur qui se déboitait de temps en temps ;

  • Côté équipement on pouvait compter sur des banquette enveloppantes avec leurs fameux ressorts interchangeables à souhait ;

  • Le démarrage se faisait par un câble qui tirait sur un démarreur asthmatique en 6 volts ;

  • Pas de jauge, seule une baguette textile extérieure donnait approximativement le reste d’essence.
Vous et votre équipe allez travailler sur le projet d’1 voiture pouvant transporter 4 paysans ou paysannes en sabots, 50 kilos de pommes de terre ou un tonneau, rouler à 60 km/h, ne pas consommer plus de 3 l au 100km.

« André Citroën, génial ingénieur, en 1934, va se ruiner en concevant et en lançant une voiture révolutionnaire : la Traction avant devenue par la suite, comme le sera la DS 19, une voiture culte. Les usines Citroën, dont l’emblématique quai de Javel, vont donc être reprises par l’entreprise à qui André Citroën doit le plus d’argent : Michelin. Les hommes de Michelin arrivent donc au quai de Javel, Pierre Michelin en tête flanqué de son ami Pierre-Jules Boulanger. André Citroën meurt en juillet 1935. PJB, c’est ainsi que Boulanger, qui a vécu quelques années aux USA, aime se faire appeler, va diriger le bureau d’études où sont conçus les nouveaux modèles. C’est un autodidacte qui a la confiance du patriarche Edouard Michelin.

 

PJB possède une grande maison à Lempdes, un village proche de Clermont-Ferrand berceau des « bibendums », là sont fabriqués les fameux pneus Michelin : le cœur de l’empire de la famille Michelin. De sa fenêtre il voit passer, sur des vieilles charrettes, tirées par des bœufs ou des chevaux, des paysans, accompagnés de leurs femmes et de leurs filles, qui s’en vont au marché vendre leurs produits. Les garçons sont restés à la ferme pour travailler. Et le voilà qui pense que « si la femme pouvait venir seule au marché dans une voiture, le paysan pourrait consacrer ce temps gagné à travailler à la ferme… »

 

De retour à Paris PJB convoque, à son bureau du 48, rue du Théâtre, son adjoint Brogly et il lui dicte un surprenant cahier des charges : « vous et votre équipe allez travailler sur le projet d’une voiture pouvant transporter quatre paysans ou paysannes en sabots, cinquante kilos de pommes de terre ou un tonneau, rouler à 60 km/h, ne pas consommer plus de 3 l au 100km, être suffisamment confortable pour transporter un panier d’œufs dans un champ labouré sans en casser un seul. De plus elle devra être assez légère pour être conduite par une femme venant de passer son permis de conduire. Enfin ce devra être une voiture pas chère : 5000 F alors que la Traction 7 CV dépasse las 18000F… »

 

Légende sans doute car chez Citroën on sait très bien, qu’étant donné la situation économique, si l’on veut multiplier les possesseurs d’automobiles il faut fabriquer une voiture bon marché. Pour l’obtenir il faut selon leurs enquêtes :

 

1° créer un type de voiture qui soit un véritable outil de travail.

 

2° le fabriquer par quantité vingt fois plus fortes que les productions actuelles les plus élevées. »

 

Cette petite voiture économique sera cachée chez Citroën sous le nom de code « TPV » : très petite voiture. La folle histoire de celle que l’on appellera familièrement la deudeuche commence officiellement en 1939. L’ingénieur qui va être le père de la 2CV est André Lefèvre qui est un esprit novateur. De son passage dans l’aéronautique, chez André Voisin, il retiendra le dépouillement des tableaux de bord des premiers avions : le volant et le levier de la vitesse de la 2CV s’en inspireront ainsi que la capote, les sièges et la carrosserie en duralumin. Voiture spartiate, une vraie faucheuse de marguerites. Le premier prototype avec son phare unique a vraiment une sale gueule et il peine à tenir la route. La voiture définitive dispose de tout ce que le bureau d’étude a pu inventer pour simplifier et alléger la voiture. C’est ingénieux, intelligent et laid. 250 voitures sont produites fin août lorsque la guerre est déclarée. Elles seront stockées partiellement montées à Javel et Levallois avant d’être transférées à la Ferté-Vidame où elles rouilleront pendant dix ans avant d’être détruites, sauf quelques-unes sauvées par des employés.

 

 

La suite de l’histoire avec des photos ICI 

 

Les grandes dates de la 2 CV ICI 

 

Ainsi, en 1984, Françoise Castro, l'épouse de Laurent Fabius, arrive-t-elle à Matignon au volant de sa 2 CV Charleston, pour la passation des pouvoirs de son mari avec Pierre Mauroy. Une manière pour le jeune premier ministre de François Mitterrand de favoriser le succès de cette petite voiture française, symbole de la jeunesse et de la décontraction. Et surtout de faire oublier les images de lui au volant d'une luxueuse voiture de course italienne.

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

pax 21/08/2016 11:43

Par cheux nous, dans la vallée de la Bruche existe une importante association d'amis de la deudeuche avec des " concentrations " régulières et surtout un savoir faire hors paire de restaurateur.
La 2 CV se caractérisait également par ses assises : banquette unique avant et arrière et support sur caoutchoucs élastiques " repris " par la suite par Renault pour sa non moins révolutionnaire 4L .
A cette occasion ,raconte t'on, Citroën s'est plaint d'un vol d'innovation . Pour toute réponse Renault exhiba un brevet concernant ce système, déposé en 1933 !

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents