Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2016 2 26 /07 /juillet /2016 06:00
Non messieurs les « dégustateurs patentés » vous ne pouvez juger du niveau global d’une appellation !

Arrêtez de nous faire prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages, messieurs !

 

Y’a peu de dames.

 

Quel part volumique de la production d’une appellation dégustez-vous lorsque vous vous rendez à l’invitation de son interprofession ?

 

Je n’ai pas de % mais je défie quiconque d’entre vous de me démontrer que celui-ci est représentatif du gros de la troupe.

 

Vous ne dégustez que ce qu’on vous propose, une minorité de vins, et je suppose que les interprofessions ne mettent pas en avant la sauce.

 

Alors, comment donc l’un de vos confères, qui gigote dans tous les sens pour se faire reconnaître, quitte à affirmer sur Face de Bouc qu’il est tricard dans certaines appellations pour cause de critique non-conforme à la ligne de communication de leur maison (tout le monde rigole), qui cherche à corps perdu des piges pour exercer son don pour le « journalisme libre » (ça l’empêche pas de dîner dans les châteaux de Bordeaux), peut-il écrire ceci :

 

« À Sancerre, comme dans toutes les appellations françaises, il y a les viticulteurs consciencieux et les autres. Certains réalisent des vins de très grands niveaux, ils sont connus et majoritaires, et d’autres profitent d’une demande élevée pour afficher des prix encore plus élevés. Or, déguster des sancerres c’est aussi s’apercevoir que les vins ne sont pas toujours au niveau qualitatif exigé par de tels prix. Et cette vérité n’est pas toujours bonne à dire. Dès lors, s’attaquer à la sacro-sainte appellation, c’est aussi, un peu, s’attaquer à la poule aux œufs d’or. »

 

C’est clair comme du jus de boudin et surtout ça n’est étayé sur aucun chiffre, aucun pourcentage permettant de juger de la représentativité de l’échantillon que ce grand homme en devenir a dégusté.

 

Que cette part soit ultra-minoritaire c’est consubstantiel au métier de «dégustateur qui fait payer l’accès ses prestations» : notes et commentaires. Il ne va se commettre à déguster des jus qu’achètera madame Michu chez Lidl.

 

Il est donc normal qu’on lui dise camembert lorsqu’il vient du haut de sa haute expertise nous délivrer des bons et des mauvais points sur la qualité générale des sancerres ou des vins de l’IGP Val de Loire.

 

Le monde des amateurs de vin est fort étroit, élitiste, et je comprends parfaitement que la compétition fasse rage pour tenter de gagner leurs faveurs, leur faire ouvrir leur porte-monnaie.

 

Ce que je conteste c’est, qu’au nom d’un accès privilégié à la dégustation, certains s’érigent en journaliste défenseur des consommateurs alors qu’ils ne s’en donnent pas les moyens ou qu’ils ne soient en capacité de se les donner.

 

À chacun son job, et je préfère la relation du journaliste du Berry-Républicain de l’affaire des arrachages des vignes IGP, imprégnée de l’esprit du lieu, modeste, factuelle, à l’analyse d’un soi-disant spécialiste qui ne voit pas plus loin que le bout de son verre.

 

L’entame était pourtant alléchante : « Comme Xavier de Maistre en son temps, tout porte à croire que certains ont surtout voyagé dans leur chambre et n’ont pas eu plus de soucis du monde réel qu’un enfant dans un bac à sable. Le monde pour certains de la presse vinique se résume aux dépêches de l’AFP. Ainsi, de l’affaire des plants arrachés à Sancerre, une grande majorité de médias viniques reprennent les écrits de l’agence française sans se soucier d’un quelconque intérêt du réel.

 

Réduisant les frais de piges et l’activité journalistique à son degré le plus faible, il aurait été intéressant de mener un peu l’enquête. Car finalement, derrière ce vandalisme primaire il se cache des choses bien plus complexes. »

 

La complexité du réel : oui je plussoie mais j’avoue que cet esprit supérieur n’a guère éclairé ma lanterne. Sans doute suis-je imperméable à la pertinence de sa pensée.

 

Rester dans le flou, l’ambiguïté, la généralité, sur la base d’une affirmation péremptoire non étayée, ce n’est pas du journalisme mais simplement l’expression d’un point-de-vue, qui peut avoir une certaine valeur mais qui ne peut se prévaloir d’un travail exhaustif d’enquête et de mise en perspective.

 

Bon prince je comprends tout à fait la prudence de ce dégustateur patenté qui fait payer par abonnement ses prestations : il ne va pas risquer de se faire mettre à l’index du côté de sancerre en levant trop haut le voile qui, selon lui, cache plus ou moins bien la réalité.

 

Retournez à vos chères notes, épargnez-nous vos postures de sachant, contentez-vous de votre biseness, vous n’êtes et vous ne serez jamais un vrai journaliste mais bien sûr libre à vous d’exprimer votre point de vue sur le Mondovino mais ce ne sera qu’un point de vue parmi d’autres. Rien de plus, rien de moins.

 

« Sans la liberté de blâmer, il n'est pas d'éloge flatteur. »

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Rocky 26/07/2016 11:33

Je ne sais pas si ce garçon est journaliste, mais il ferait bien de s'informer sur le fonctionnement de l'AFP, Il n'en a visiblement aucune idée ....

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents