Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2016 1 25 /07 /juillet /2016 06:00
La fille de la belle-mère de Denis Saverot qui ne boit que du Bordeaux a rendu visite à Robert Parker dans son bourg natal de Monktown Maryland.

« Avant de prendre l’avion, un négociant bordelais nous a prévenus : « Parker a fait trembler pendant plus de trente ans les plus grands châteaux, et de riches propriétaires s’abîmaient en génuflexions comme s’il était le représentant de Dieu sur terre. Mais vous verrez, aux Etats-Unis, le pape des vignobles vit dans un trou paumé. Tout près de la maison de son enfance »

 

D’entrée de jeu ce nous m’interroge * : l’envoyée spéciale du Monde à Monktown Maryland n’est donc pas allé seule jusque dans ce trou paumé du Maryland, a-t-elle été accompagné par sa moitié notre Denis de la RVF ?

 

* Si le nous est ici de modestie il est donc masculin singulier et s’utilise pour un seul locuteur à la place du je pour gommer le côté trop individualiste du je, tout en maintenant un accord sylleptique au singulier. en conséquence prévenu devrait être au singulier. Idem pour le nous de majesté.

 

Je comprends aisément que le grand Bob vaille le déplacement et qu’un journal de référence comme le Monde, que je soutiens financièrement par mon abonnement, ouvre sa tirelire pour que Raphaëlle Bacqué, plutôt branchée politique, aille l’ausculter.

 

Mais il est où ce trou de Monktown Maryland ?

 

 

« Maintenant que l’on traverse les forêts du Maryland et de vastes étendues herbeuses où trônent de grandes laiteries, on comprend mieux. L’autoroute entre Washington et Baltimore est embouteillée, mais Monkton (Maryland), le bourg natal de Robert Parker, à trente minutes de Baltimore, a gardé cette allure de campagne américaine un peu terne. Six mille habitants, une poste, des commerces en bord de route, pas de centre. Une sorte d’opposé esthétique aux beaux villages de Saint-Emilion ou de Châteauneuf-du-Pape, dont Parker aime tant les vins. »

 

Pas de doute ils ont fait le déplacement et Robert Parker leur a donné « rendez-vous pour le déjeuner au Vito’s Café, un restaurant italien posé au bord d’une route, où il a ses habitudes. Il est là, installé tout au fond, près des cuisines. Très grand même assis, massif et bien carré à sa table, le visage barré d’un grand sourire : un genre d’Orson Welles dans Falstaff.

 

Derrière lui, on devine à peine deux béquilles avec lesquelles celui qui arpentait autrefois les vignes se déplace désormais, handicapé par un mal de dos chronique que les années – il court sur ses 70 ans – et l’embonpoint n’ont pas arrangé.

 

Posées sur la nappe blanche, deux bouteilles. L’une de blanc, l’autre de rouge. « Ils font partie de mes préférés », dit négligemment Robert Parker, et les serveurs du restaurant sont venus discrètement examiner les deux élus. »

 

« … Le vin blanc qu’il a apporté vient d’Amérique. « C’est un chardonnay du nord de la Californie, un Aubert », explique-t-il en le faisant servir pendant qu’on apporte du jambon italien. Le rouge, un Saint-Préfert, « un châteauneuf-du-pape racheté par une Parisienne, Isabel Ferrando, une ancienne financière qui s’est reconvertie dans la vigne et fait ce vin superbe ».

 

On le boira en dégustant ces petits crabes à la carapace molle que l’on ramasse à la fin du printemps dans la baie de Chesapeake. Le serveur a eu droit de goûter les breuvages. Aux tables voisines, la plupart des convives déjeunent en buvant des sodas.

 

« Je bois du vin tous les jours. C’est mon plaisir, reconnaît le dégustateur. Même lorsque je dois tester 150 ou 200 vins dans la journée. Jamais je ne m’en suis lassé.»

 

Fort bien me dis-je tout en pensant dans ma petite Ford d’intérieur que les époux n’ont pas fait le déplacement que pour licher deux belles bouteilles choisies par le Robert ?

 

Puisque la cave du Robert est, dit-on, l’une des plus belles des Etats-Unis et qu’il ne la fait que très rarement visiter, notre Raphaëlle Bacqué aurait pu tenter d’obtenir ce privilège au lieu d’interroger au téléphone, son ami Jeffrey Davies, un négociant américain installé à Bordeaux, pour qu’il lui confie : « Je crois qu’il en a deux, protégées comme des abris antiatomiques, contenant près de 40 000 bouteilles… ». Un trésor donc, « Tout juste avoue-t-il conserver « 90 % de vins français, surtout des bordeaux, des vins du Rhône et des alsaces, de grands californiens, des nebbiolo du Piémont, des sangiovese de Toscane, de magnifiques espagnols, des grands vins blancs allemands, des australiens et quelques sud-américains ».

 

Sans être taxé de mauvaise langue je suis en droit de me demander pourquoi l’envoyée spéciale du Monde et son accompagnateur – rappelez-vous le nous initial – a fait ce long déplacement pour rencontrer le grand Bob car, hormis ce que je viens de citer, tout le reste de l’article aurait pu être écrit depuis Paris sur la base de la documentation existante.

 

De même, les 2 photos illustrant l’article sont des photos d’archives, pourquoi ne pas avoir saisi notre cher Parker à la table du Vito’s café avec ses deux bouteilles ? Peut-être que notre Bob ne l’a pas souhaité ? Je ne sais.

 

Ce que je sais en revanche, en tant lecteur abonné du Monde, c’est que je paie pour avoir des nouvelles fraîches, pas du réchauffé : la énième évocation du fameux millésime 1982, du jugement de Paris, sa rencontre avec les époux Rolland, la saga de Valandraud…

 

Que cette histoire constitua la toile de fond du reportage, pourquoi pas, les lecteurs du Monde pour leur plus grande part ne font pas partis du Mondovino, mais tout de même ce déjeuner au Vito’s café aurait dû être l’occasion d’un portrait du Robert Parker en semi-retraite, d’une vraie interview le poussant un peu dans ses retranchements à propos de ceux qui prétendent lui succéder ou du devenir de sa méthode. Bref, faire le job de journaliste.

 

Nos grands médias papier souffrent nous dit-on, leur lectorat payant s’effrite, ils sont en quête d’un nouveau modèle économique pour répondre au défi d’INTERNET, mais ce n’est pas très étonnant au vu de ce cas précis : rien de neuf dans votre papier madame Bacqué !

 

À quoi rime ce déjeuner au Vito’s café de Monktown Maryland ?

 

Simplement à déguster avec Bob deux de ses beaux flacons, tirés de sa fantastique cave, en mangeant des petits crabes à la carapace molle ramassés à la fin du printemps dans la baie de Chesapeake ?

 

Ça fait cher l’emprunte carbone !

 

Mon dernier espoir c’est que le Denis, qui aime tant les déjeuners people, nous ponde un édito flamboyant dans la prochaine RVF où, avec son sens aigu des trémolos, il nous contera par le menu ce déjeuner avec Robert Parker au Vito’s café.

 

J’attends.

 

Je vous donne le lien pour accéder, si vous êtes abonnés, à l’intégralité de l’article de madame Bacqué : ICI 

 

Cet article a aussi été publié dans le numéro papier du samedi 23 Juillet page 20 L’été du Monde, dans la rubrique : ils ont façonné le goût, sous le titre : Robert Parker, palais royal.

 

Là nous avons droit à une photo de Bob, datée du 12 juillet, dans sa fabuleuse cave. Donc madame Bacqué n’a pas tout à fait « fait le voyage pour rien » à Monktown Maryland…

La fille de la belle-mère de Denis Saverot qui ne boit que du Bordeaux a rendu visite à Robert Parker dans son bourg natal de Monktown Maryland.
La fille de la belle-mère de Denis Saverot qui ne boit que du Bordeaux a rendu visite à Robert Parker dans son bourg natal de Monktown Maryland.

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

José Medran 04/08/2016 11:50

Même si l'on ne partage pas les gouts de Parker , on ne peut que tresser des louanges à un homme qui a su rendre le vin important dans des pays sans culture/histoire du vin . Son coup de génie a été de simplifier ce qui apparaissait être un savoir obscur pour "connaisseurs" à travers du système des notes . Il a inventé un langage qui était compréhensible par tous et qui amena au vin des gens qui n'y seraşient jamais venu.
Sans le système qu'il inventa les contre-systèmes ou systèmes alternatifs (le culte du terroir , du vigneron , des vins "nature" ou même des vins anti-Parker) n'auraient pas pu naitre ou recevoir une telle audience .
En fait ce sont ceux qui sont contre Parker qui devraient le remercier d'avoir bâti un piédestal sur lequel ils peuvent s'exprimer et être écoutés par tant .

piko 01/08/2016 23:50

oui vraiment cet article était plutôt du baclé que du bacqué...

pax 25/07/2016 07:17

Une petite explication cher Taulier : millésime 82 pour le jugement de Paris qui date de 1976 ?
Quant à la résidence du grand Bob elle semble faire partie de tradition américaine Warren Buffet , troisième fortune des Etats Unis habite lui, un maison toute simple à Omaha (?) Nebraska. Il n'y a que les flambeurs type Madoff pour épater la galerie jusqu'à tomber de son piédestal .

JACQUES BERTHOMEAU 25/07/2016 07:47

La virgule PAX, la virgule, le millésime 82 c'est le coup de maître de BOB, le jugement de Paris n'a rien à voir, j'ai suivi l'ordre de l'article et non la chronologie

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents