Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 06:00
Alerte rouge sur le vert : 1 enfant/3 ne connaît ni poireau, ni courgette, ni artichaut… souvenons-nous de Montreuil-les-Pêches et le petit gris de Bagnolet…

« Une enquête de l'Association santé environnement France (ASEF) réalisée en classe, auprès d'un panel de 910 élèves ayant entre 8 et 12 ans au cours du premier trimestre 2013 (les questionnaires étaient entièrement anonymes), publiée jeudi 23 mai révèle la méconnaissance d'une majorité d'enfants au sujet de nombreux fruits et légumes ainsi que l'origine des aliments transformés comme les frites ou les nuggets. Une ignorance qui favorise les mauvaises pratiques alimentaires à l'origine du surpoids d'un écolier sur cinq.

 

Si les jeunes reconnaissent facilement les poires, les pastèques et les carottes, en revanche ils sont 87 % à ne pas savoir ce qu'est une betterave. Un écolier sur trois ne sait pas non plus identifier un poireau, une courgette, une figue ou un artichaut.

 

Un quart d'entre eux ignorent que les frites sont faites à partir des pommes de terre. Quant aux chips, jambon et nuggets, ils sont environ 40 % à ne pas savoir d'où ils viennent et près de la moitié d'entre eux ne savent pas l'origine du steak haché ou du jambon de leur assiette. Quant aux pâtes, ils sont seulement un tiers à savoir comment elles sont faites. »

 

Il y a du pain sur la planche pour mes amies de Veni Verdi

 

Moi qui suis né à là pic d’un potager plein d’arbres fruitiers je ne suis pas surpris, pour autant je n’ai pas l’intention de baisser les bras et de me lamenter.

 

Aux parents de se bouger le cul, de l’extirper de devant leur télé pleine de pub de prêt-à-manger avec bandeau déroulant incorporé « manger 5 fruits et légumes par jour » pour montrer à leur progéniture sur les marchés, dans les jardins partagés, à la campagne ou sur le bord des villes.

 

Attention l’ignorance touche aussi bien les petits rats des villes que ceux des champs.

 

Comme votre serviteur habite dans le Petit Paris, celui enfermé dans la trace des anciennes fortifications, l’enfilade des boulevards des maréchaux, tout au bord de ce qu’était le mur des Fermiers généraux, le tracé actuel des lignes 2 et 6 du métro, je vais aller visiter les communes de l’anneau qui entoure Paris.

 

Cap au nord !

 

Bagnolet et Montreuil qui se disputent la paternité des pêchers en espaliers.

 

C’est pourtant sur le plateau de Malassis où Bagnolet culmine à 115 mètres qu’un « certain Edme Girardot, au XVIIIe siècle, y mit au point la technique du « palissage à la loque » - la loque désignant l’embrasse de tissu qui retient la branche ou le bourgeon, sans les meurtrir, contre le mur blanc réfléchissant le soleil et sa chaleur. Outre ses chansons et ses pêchers, la ville est connue aussi pour le « petit gris de Bagnolet », principale variété de haricots verts de la région parisienne, et pour la recette, probablement née dans les cuisines du château du Régent, des « œufs à la Bagnolet » : des œufs pochés que l’on recouvre de jambon cuit haché très fin et d’une sauce piquante. »

 

 

« Variété originaire de France citée à la fin du XIXème siècle. Plant de 35 à 40 centimètres de hauteur. Fleurs lilas. Cosses droites, longues, bien vertes. Grain droit, long, arrondi aux deux bouts, presque aussi épais que large, d'un violet noirâtre, marqué de panachures teinte nankin. Un litre pèse 755 grammes et 10 grammes contiennent 24 grains. Cette variété était une des plus répandues aux environs de Paris pour la production des haricots verts. »

 

 

Dans les années 60, aux Malassis, les dernières cultures florales cèdent la place au projet ministériel des « 4000 logements pour la région parisienne », préfabriqués selon le procédé Camus (dont 883 pour Bagnolet).

 

Le haut de la commune de Montreuil, « le plateau de la Boissière, prolongement de celui de Romainville, s’abaisse en pente douce vers le sud, était fait pour les vergers. Montreuil-aux-pêches, ou –les-Pêches, le territoire porte bien son surnom : jusqu’à la Première Guerre mondiale, un gros tiers en est couvert par les espaliers taillés « à la Montreuil », c’est-à-dire en éventail, le long de quelques six cents kilomètres de murs. Et en 2006, Maurice Kriegel-Valrimont, interrogé sur la Résistance, peut raconter : « J’ai épousé une fille de Montreuil-les-Pêches, ça fait soixante-huit ans »… En 1934, cette réalité était donc encore suffisamment forte pour rester, en 2006, attachée aux souvenirs de leurs débuts. »

 

Dans une chronique du 24 mars 2010 Tintin au pays des Soviets : la pérestroïka du développement buvable à Montreuil dans le neuf trois, je notais déjà :

 

Le bâtiment de la mairie, qui date de 1935, a la gueule de l’emploi : lourd, imposant, très néostalinien. Sur le flanc gauche, là où se trouve l’entrée de la mairie une statue du sculpteur Gilbert représente l’agriculture sous sa forme jardinière là où se trouve l’entrée de la mairie une statue représente l’agriculture sous sa forme jardinière liée sans doute à la tradition agricole et horticole de Montreuil symbolisée par les fameux « Murs à pêches ».

 

 

Ceux-ci, hauts de 2,70 mètres, épais de 80 cm et surmonté d’un chaperon de tuiles ou de plâtre étaient orientés nord-sud afin que l’une de ses faces soit en permanence exposé au soleil. Aux flancs de ces murs des pêchers étaient greffés sur des «francs», arbres sauvages et résistants. Sur des terres pauvres chaque pêcher produisait de 200 à 500 pêches par saison. Biodiversité extraordinaire : jusqu’à 400 variétés « répondant aux doux noms de la « Grosse Mignonne », « la Belle Impériale », « la Galande », « le Téton de Vénus »... » Au XIXe les pêches méridionales concurrençant la production locale ont envoyé les « murs à pêches » dans le rayon du Conservatoire des traditions populaires « 8,5 ha sur 38 ont été classés. »

 

Les murs à pêches

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents