Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 06:00
Le con est un gros-plein-de-satisfaction : «Il vaut mieux être saoul que con, ça dure moins longtemps» presque du Coluche

L’image m’est parvenue via Face de Bouc via Olivier Dauga winemaker globe-trotter.

 

Affiché au restaurant le Voltaire à Chicago.

 

Vous vous doutez bien que mon ego surdimensionné a gravi plusieurs points sur l’échelle de mon incommensurable orgueil.

 

Mais attention cette saillie je n’en suis pas l’auteur, je m’étais contenté de l’utiliser en titre de l’une de mes chroniques de stakhanoviste du blog.

 

«Il vaut mieux être saoul que con, ça dure moins longtemps» à intégrer dans le Manuel du petit dégustateur borné

 

J’écrivais donc le 16 mars 2009

 

« Sauf, bien sûr, à être beurré comme un Petit Lu, à toute heure du jour et de la nuit, ce qui, vous le savez, n’est pas notre philosophie de la vie à l’ABV (la défunte Amicale du Bien Vivre), cette citation que certains attribuent à un journaliste belge, va comme un gant à une large part de ceux, les politiques, dont le regretté Coluche disait que « si on leur vendait le Sahara, dans cinq ans il faudrait qu’ils achètent du sable ailleurs. » Cependant, afin de ne pas nous dédouaner de notre propre connerie, je me réfère à « L’autopsie de la connerie » de Denis Faïk, une chronique très complète et très savante publiée le 30 janvier 2009.

 

Chicago, pensez-donc, bien plus que mon cher Hubert de Boüard de Laforest je contribue à la grandeur de notre vieux pays fourbu.

 

Je continuais ainsi :

 

« Quand on a défini un con, alors on a l’illusion d’être soi-même prémuni. La « cible » donne le sentiment que nous sommes en face d’elle, donc hors du champ de la connerie… »

 

Afin de bien cerner le champ de la connerie, de ne pas s'en exclure car, comme le fait justement remarquer Frédéric Dard «Traiter son prochain de con n'est pas un outrage, c'est un diagnostic » je vous livre quelques extraits de cette chronique.

 

« Un con, en effet, ne tire aucune conclusion de son échec et continue. Il persévère dans son comportement, de même que l’attitude dogmatique fixe l’individu dans une croyance constante qui le met complètement à l’écart des faits […]

 

La connerie est une insistance établie que rien ne peut déstabiliser […]

 

Un con a tendance à généraliser : il élargit son ego au reste du monde, pensant alors que chacun doit penser et agir comme lui.[…]

 

L’ego, trop fort, finit dans la psychorigidité. (note du Taulier : c'est étrange ça me fait penser à quelqu'un) Têtu, il ne bouge pas d’un iota. Mais parfois le nombril est trop petit, alors un con, loin d’être enraciné, flotte aux quatre vents, il change sans cesse d’avis, prêt à suivre les propos du premier beau parleur venu. C’est alors sans doute dans les extrêmes que l’on trouve le plus de cons. […]

 

S’il fallait une devise à la connerie, celle-ci lui irait à ravir : Un point c’est tout. Un point c’est tout désigne que tout l’Être est dans le jugement énoncé et qu’il est alors impossible de rajouter quelque chose. ‘Un point c’est tout’ signifie en d’autres termes : « Taisez-vous ! » j’ai « métaphysiquement » raison. Or cela va de pair le plus souvent avec une certitude suffisante, arrogante, dédaigneuse, méprisante.

 

Le con est un gros-plein-de-satisfaction : « Avez-vous réfléchi quelque fois (…) à toute la sérénité des imbéciles ? La bêtise est quelque chose d’inébranlable, rien ne l’attaque sans se briser contre elle. Elle est de la nature du granit, dure est résistante. » (Flaubert, Lettre à Parain, 6 octobre 1850).»

 

Ensuite je m’en prenait aux fameux dégustateurs formateurs qui n’aiment rien tant que les « défauts » pour virer des vins qui, selon eux, ne sont pas typiques, ne possèdent pas le fameux air de famille.

 

Si ça vous dit allez donc lire ICI 

 

Mars 2009 : preuve que mon combat pour ceux qui font des vins différents ne date pas de la mode des vins nus !

 

« Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Ça a toujours été comme ça, depuis que je suis môme. »

Coluche

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

pax 20/06/2016 06:42

Tout doux Taulier, tout doux ! Non loin de Chicago ,de l'autre coté du lac Michigan : le Canada; avec son proverbe : "Le nom des fous est écrit partout " bien connu ( mais dont la suite, comme souvent est omis par les malveillants : " Le nom des fins est écrit sans fin ! ") Wouarf wouarf Wouarf ! (Tu connais à l'avance l'option que retiendront tes fidèles lecteurs)
Blague à part traiter quelqu'un de con doit ce faire avec circonspection ( on est toujours le con de quelqu'un et celui qu'on traite de con fait partie d'un groupe qui ne le prend pas pour tel ) et parcimonie : il y a tant de nécessiteux. Sujet donc subtil qui n'est pas à la portée de tous les cons et qui doit, comme l'illustre ta chronique être traité avec humour.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents