Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2016 7 19 /06 /juin /2016 06:00
Gervaise dit à Coupeau «Nous boirons la monnaie ensemble» en France dès qu’on parle d’alcoolisme Zola n’est pas loin «l’alambic laissait couler sa sueur d’alcool.»

L’alcoolisme est né en 1849, le terme médical s’entend.

 

« Toutes les société qui ont élaborés des boissons enivrantes ont cherché à transcender la réalité quotidienne de l’ivresse. Mais celle-ci a été soumise à des normes sociales qui ont prescrit les comportements des buveurs, leur participation ou leur exclusion ainsi que les moments où les beuveries pouvaient être réalisées. »

 

Samedi matin sur France Inter le procès de l’alcoolisation outrancière des supporters de foot a été instruite d’une manière unilatérale, à la Française, et par la journaliste relayant les propos d’un des vice-présidents de l’ANPAA.

 

En France tout fini par le lamento sur le détricotage de la fameuse loi Évin, comme si la pression publicitaire, en l’occurrence ici celle des géants de la bière, constituait le moteur unique et principal de l’alcoolisation des supporters.

 

C’est d’une stupidité crasse qui met sous le boisseau les racines profondes des comportements de hordes de certains supporters qualifiés de hooligans…

 

Lisons un sage : Montaigne, Essais, livre II, chap.II

 

« Platon défend aux enfants de boire vin avant dix-huit ans et avant quarante se s’enyvrer ; mais à ceux qui ont passé les quarante, il ordonne de s’y plaire et mesler largement en leurs convives l’influence de Dyonisos, ce bon dieu qui redonne aux hommes la gayeté, et la jeunesse aux veillards, qui adoucit et amollit les passions de l’âme comme le fer s’amollit par le feu. Et en ces loix trouve telles assemblées à boire (pourvu qu’il y aie un chef de bande à contenir et à les régler) utiles, l’yvresse estant une bonne épreuve et certaine de la nature de chacun. »

 

« Les boissons alcoolisées réunissent des propriétés symboliques qui appartiennent à deux registres différents : celui des liquides et celui de l’ivresse. C’est justement la conjonction de ces deux ordres qui confère aux breuvages enivrants leur singularité et leur permanence à travers les âges. Comprendre ces qualités revient à explorer ce double rapport qui unit l’alcool aux fluides vitaux et à la déraison passagère d’autre part. »

 

En parlant des bienfaits du vin, Abou-Moutahhar al-Azdî, le Pétrone arabe de la fin du Xe siècle, signale que cette boisson « à soi seule rassemble quatre humeurs de l’homme : fluide comme la lymphe, rouge comme le sang, astringente comme la bile, chargée de lie comme l’atrabile », et qu’auprès d’elle, tous les autres liquides qui s’offrent pour étancher la soif sont bien pauvres.

 

L’association du vin et du sang a toujours été présente dans l’imaginaire populaire. Elle remonte à l’Antiquité. Aristophane voyait dans ce liquide le substitut sacrificiel du verrat : « Ô roi, quand vous boirez du vin, dit Androcyde à Alexandre, souvenez-vous que vous buvez le sang de la terre ! La ciguë est un poison pour l’homme, le vin est un poison pour la cigüe. »

 

Plus étonnant est l’association des boissons fermentées avec le sperme. Dionysos est un dieu fécondant, non seulement pour la création du vin mais aussi parce qu’il est associé à la semence masculine. Mais comme toujours les médecins pointaient leur tarin : au début du XVIIe siècle, le médecin espagnol Juan Sorapan, cite, parmi les inconvénients du vin, son influence pernicieuse sur la qualité du sperme qu’il rend plus liquide. Pour dégoûter le buveur du vin, il faut lui faire boire du sang de sangsue dilué dans la boisson ou bien une tête de bouc noir avec poils et sang, bouillie et réduite en poudre. »

 

Pendant très longtemps partout où les breuvages alcoolisés étaient recherchés pour l’ivresse il existait un usage médicinal et hygiénique où, à faible dose, ils étaient appliqués aux corps souffrants. E vin, notamment n’était pas considéré comme nocif, comme le montre André Bernand à propos de l’Antiquité.

 

Reste la relation entre les liquides et l’argent : on parle de liquidités, d’argent liquide…

 

En France, une tractation d’argent est arrosée.

 

Jules César rapporte que les Nerviens et les Suèves, peuples germaniques, interdisaient l’importation du vin chez eux ; les trafiquants en faisaient une monnaie d’échange pour acheter les esclaves.

 

 

 

Au XXe siècle, en France, les dockers havrais payés en jetons les échangeaient contre des boissons ; dans la fameuse maison de Nanterre, les vieillards étaient punis ou récompensés en bouteilles de vin, et le trafic des gobettes entre la Maison et l’extérieur tient lieu de transaction commerciale. Gervaise dit à Coupeau : « Nous boirons la monnaie ensemble. » Et Zola commente : « Il ne pleuvait pas chez le père Colombe, et si la paie fondait dans le fil-e-quatre, on se la mettait dans le torse au moins, on la buvait limpide et luisante comme du bel ordre liquide. »

 

En France lorsqu’on évoque l’alcoolisme Zola n’est jamais loin, l’assommoir du père Colombe, situé à l’angle de la rue des Poissonniers et du boulevard Rochechouart. Tout au fond trône l’alambic, avec ses récipients de de forme étrange et les enroulements sans fin de tuyaux :

 

« Il gardait une mine sombre ; pas une fumée ne s’échappait ; à peine entendait-on un souffle intérieur, un ronflement souterrain ; c’était comme une besogne de nuit faite en plein jour, par un travailleur morne, puissant et muet […] L’alambic laissait couler sa sueur d’alcool. »

 

 

Source : Boissons, ivresses et transitions Carmen Bernard in Désirs d’ivresse éditions autrement

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

peyronnet 19/06/2016 11:37

L'excellente lettre économique V&S news du 17 juin révèle que dans un rapport publié le 13 juin dernier et intitulé "Les politiques de lutte contre les consommations nocives d'alcool", la Cour des comptes, constatant « une absence de consensus, une action publique qui peine à agir sur les comportements, des politiques mal coordonnées, reposant sur des bases mal établies », préconise notamment de « relever les droits d’accises sur l’ensemble des boissons alcoolisées, de préparer la mise en place d’un prix minimum de l’unité d’alcool pur contenu dans chaque boisson compatible avec le droit européen, d'appliquer à tous les supports numériques (internet et réseaux sociaux) les restrictions de publicité en faveur des boissons alcooliques, conformément à l’arrêt de la Cour de cassation du 3 juillet 2013 ». Souhaitons que les pouvoirs publics traitent ce travail de 262 pages avec leur désinvolture habituelle. Comme chacun le sait, il est courant de poser sur les recommandations de la vénérable institution un derrière distrait. On peut cependant compter sur le zèle des psychopathes anti-alcool pour s’emparer de ces travaux et les faire mousser.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents