Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mai 2016 4 12 /05 /mai /2016 06:00
Vendredi je rêvais désespérément à mon rosé chéri de Saint-Drézéry pour fêter le soleil avec une amie...
Vendredi je rêvais désespérément à mon rosé chéri de Saint-Drézéry pour fêter le soleil avec une amie...

Jeudi le soleil nous est tombé dessus, non pas comme la vérole sur le bas-clergé mais tel les feux de l’amour sur des corps attendant désespérément de quitter leur teinte blanc d’aspirine.

 

Les qui étaient restés à Paris se sont rués sur nos rares prairies, nos quais, pour s’offrir au dieu soleil. Et quand ça fait chaud ça fait soif !

 

Morne plaine pour les petits canons de vins nus, c’est le règne de la boutanche de notre petite GD proliférante et de la bière bien sûr.

 

Mais le lendemain du jeudi de l’Ascension c’était pont et « Tel est pris qui croyait prendre » je débarquais dans le quartier proche du bassin de la Villette pour l’arrosage des plants sous serre de l’association Veni Verdi par une amie.

 

Tâche accomplie par mon amie il faisait soif.

 

Les vertes prairies des Buttes-Chaumont nous tendaient les bras.

 

Mais allions-nous trouver un rosé bien frais pour étancher notre soif, à mi-pente, face à un soleil apaisé dans un ciel au bleu tendre ?

 

Comme la honte ne se boit pas je ne vous le dirai pas même si Émilie me charrie avec ma manie de vanner ce qui n’est qu’un prénom devenue une vieille marque.

 

Ce fut donc un Bandol Domaine de l’Olivette 2014 à 13€60à la bonne température. Le caviste nous la déboucha et l’enveloppa. Nous trouvâmes des «verres» au Franprix d’à côté.

 

Le moment était rare et je le savourais à sa juste valeur mais je rêvais désespérément à mon rosé chéri de Saint-Drézéry.

 

Oui, juré, craché, c’était décidé : j’allais installer une glaciaire sur le porte-bagages de mon fidèle destrier pour avoir en permanence au frais mon rosé favori.

 

Mais qu’est-ce donc que ce breuvage rare, quasi introuvable dans mon village de Paris ?

Un rosé dans un flacon austère, loin des fanfreluches légères des rosés pâles, chez la Catherine on ne fait dans les chichis on fait du vin.

 

Et demain ce Rosé de table, introuvable sauf chez un privilégié comme moi, sera vinifié dans un chai qui ferait blêmir un des nombreux néo-châtelains bordelais.

 

Pour l’occasion, Catherine, qui a un sens inné de la communication, pose devant son chai en ne manquant en affichant la couleur.

Vendredi je rêvais désespérément à mon rosé chéri de Saint-Drézéry pour fêter le soleil avec une amie...

Voilà puisque je n’ai pas de secrets pour vous, que vous savez tout sur tout, le Rosé de Table de Catherine Bernard sise à Saint-Drézéry c’est ceci :

 

« Un vin rosé de pur Carignan par Smith Michel

 

D’abord une surprise toute visuelle : à en juger par son flacon de verre plutôt foncé, je m’attends à un rosé soutenu, de ceux qui vont manifestement à l’encontre de la mode venue de Provence et des tables chicos du golfe de Saint-Tropez où une autre fille, Régine Sumeire, dès les années 80, lançait son « Pétale de rose » aujourd’hui copié du nord au Midi.

 

« Mais voilà que dans le verre, le vin n’est point foncé. Il est aussi pâle que la carapace d’une crevette de Rosas mariée à une langoustine de printemps pêchée bien au large du port du Guilvinec. C’est un Vin de France millésimé 2012 issu d’un pressurage direct et doté d’un nez inattendu jouant sur la finesse. Très vineux en bouche au point que dans le noir on pourrait le prendre pour un rouge, il se propage avec tendresse et persistance offrant au passage quelques belles notes de coing, de grenade et de groseille. Pour moi, c’est un apéritif idéal à servir pas trop frappé sur de mini tartines de tapenades bien fournies en thym, mais c’est aussi un vin de poisson que l’on ouvrira sur une daurade toute nue cuite quelques minutes au four en fonction de son poids, poisson sur lequel, une fois dans l’assiette, on verserait quelques larmichettes d’une huile « picholinesque » à souhait, sans oublier quelques éclats de gros sel. »

 

 

 

 

Vendredi je rêvais désespérément à mon rosé chéri de Saint-Drézéry pour fêter le soleil avec une amie...
Vendredi je rêvais désespérément à mon rosé chéri de Saint-Drézéry pour fêter le soleil avec une amie...
Vendredi je rêvais désespérément à mon rosé chéri de Saint-Drézéry pour fêter le soleil avec une amie...
Partager cet article
Repost0

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents

  • Parlons peu mais parlons vin, et de quel vin : La Romanée-Conti où Aubert de Vilaine passe la main…
    Le reproche récurrent que me font certains, chroniquer rarement sur le vin, est justifié, en défense ma réponse est simple : j’ai le sentiment d’avoir fait le tour de la question et que perdurer ce serait tourner en rond. Bien sûr, je pourrais à la manière...
  • L’ÉCHALIER
    Henry Pierre Troussicot L’échalier, petite barrière fixe, dans une haie, entre deux champs, permettant d’aller de l’un à l’autre. Combien de gars de ferme ont fait sauter les échaliers aux filles en les empoignant par la taille, pour aller danser ou autres...
  • Un dimanche ordinaire au Bourg-Pailler…
    Le dimanche au Bourg-Pailler c’était les habits du dimanche pour aller à la grand-messe de 10 heures. Au Bourg-Pailler, la tante Valentine, était le maître des horloges, elle rappelait tout le monde à l’ordre avec une injonction ritournelle « ça monte...
  • Je m’insurge l’âne bâté n’est pas stupide…
    Rien ne vaut l’expérience, les grands auteurs cités plus bas, n’ont jamais mené de leur vie un âne bâté, moi si pendant 8 jours dans les Cévennes sur le sentier Stevenson, c’était une ânesse, et je peux affirmer qu’elle était bien plus intelligente, plus...
  • Des chocolats pour le directeur, et un ascenseur pour... Par Slawomir Mrozek
    Une couverture illustrée par un dessin de CHAVAL. « Des chocolats pour le directeur, comme son titre l'indique, est un petit cadeau à déguster : cet ensemble de courtes nouvelles, composées pour la plupart dans les années 1960, paraît à l'occasion des...