Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2016 5 20 /05 /mai /2016 06:00
« L’excès de vin, tel est le péril le plus grave de la bonne chère… notamment pour les femmes. » qui font gogaille

« L’histoire de la bonne chère rencontre obligatoirement celle du péché de Gula, l’un des 7 péchés capitaux codifiés au cours du Moyen Âge et réaffirmés par le concile de Trente… manger  et boire au-delà de ses besoins physiologiques ; manger gloutonnement, avec avidité, et salement, se goinfrer… »

 

« La goinfrerie et la gloutonnerie, le détournement hédoniste de l’alimentation, et l’ivresse sont les trois principales expressions d’une bonne chère condamnée par les ecclésiastiques. »

 

« Les catéchismes du Grand Siècle condamnent fermement les excès de boire et de manger comme pouvant conduire à des actes d’impureté dans les actions – gestes obscènes, attitudes bouffonnes, sexualité hors mariage ou ayant d’autres buts que la procréation – et dans les paroles – chansons à boire, paroles paillardes, propos blasphématoires. »

 

Celui de Meaux, publié sous l’égide de Bossuet, mentionne l’ivrognerie comme la plus dangereuse gourmandise car elle « nous fait perdre la raison & nous change en bête furieuse », son « plus grand danger » est de « nous porte (r) à la luxure. »

 

« L’excès de vin, tel est le péril le plus grave de la bonne chère… notamment pour les femmes. »

 

« À la fin du règne de Louis XIV, Edme Jeaurat produit une série consacrée à la vue, l’ouïe, le toucher, le goût et l’odorat évoquant les dangers des sens. Pour le goût il convoque le vin :

 

« Le vin a des charmes funestes. Une belle qui laisse suspendre à l’attrait et à la force de cette liqueur, est  capable des dernières faiblesses. Erigone trompée par Baccus, caché sous la figure d’une grappe de raisin, en est la preuve. » Outre ce texte accompagnant la gravure, les effets désinhibiteurs du vin sur le comportement de la jeune femme sont clairement indiqués, par son absence de retenue, le mouvement du corps, repris par celui de la mante, la gorge offerte, le motif érotique du pied levé enfin, et par le regard confiant de Cupidon, petit amour armé de son arc. En revanche, la tempérance, une des quatre vertus cardinales, continue à être représentée par une femme versant de l’eau dans une coupe de vin. »

 

* Gogaille « faire bonne chère avec bruit et réjouissance » il pourrait être une déformation de godailler, verbe formé à partir de godale, de l’anglais good ale, et désignant, à la fin du Moyen Âge, une bière d’orge parfois agrémentée d’épices et de miel.

 

Source : Florent Quellier Festins, ripailles et bonne chère au Grand Siècle Belin 

« L’excès de vin, tel est le péril le plus grave de la bonne chère… notamment pour les femmes. » qui font gogaille

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents