Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 06:00
Mode d’emploi pour virer 1 directeur de l’INAO : toute ressemblance avec des personnes existants ou ayant existé est volontaire

Nos amis du LeRouge&leBlanc dans leur épais dossier « Appellations, la qualité en danger », où je suis abondamment cité (ça va déplaire à mes amis de la LPV), ce sont gentiment pris les pieds dans la hiérarchie de l’INAO, en rappelant le vidage d’Alain Berger en 1995, ils lui ont accolé le titre de Président alors qu’il n’était que directeur ; et feu René Renou est lui affublé du titre de « dynamique directeur »

 

Pas grave, sauf à faire remarquer qu’à l’INAO le directeur porte la serviette du Président.

 

Une colle à deux balles : qui est Président, qui est directeur de l’INAO en ce moment ?

 

Retour sur images.

 

Le sieur Berger Alain avait à propos d’uen dégustation comparative de vins français d’AOC et de vins étrangers destinés à étayer un article de Que Choisir avait déclaré « On peut trouver sur le marché des produits scandaleux auréolés de l’AOC. »

 

Scandale !

 

Du rififi dans la vieille maison de l’avenue des Champs Elysées.

 

Le Président de l’époque, l’inamovible Jean Pinchon, était bien emmerdé car Alain Berger était son poulain, il l’avait fait nommer directeur après que celui-ci eut fait un séjour de conseiller-technique au cabinet d’Henri Nallet (où il fit le bonheur de Chablis) dont j’étais le directeur adjoint.

 

Alain Berger connaissait bien la maison car, le même Pinchon, l’avait déjà recruté avant sa nommination au cabinet, en provenance de l’INRA, pour mettre un peu de réflexion économique dans la boutique.

 

Le Ministre de l’époque était l’Aveyronnais, Jean Puech qui se tamponnait le coquillard des histoires de vin. Son directeur de cabinet était Pierre-Olivier Dregge IGREF de service plus porté sur le blé que le cep.

 

Bref, moi je coulais des jours paisibles de PDG de la SIDO sise avenue Victor Hugo tout près de la boucherie maintenant gérée par Yves-Marie Le Bourdonnec. Un soir, Jean Pinchon débarquait dans mon bureau pour m’exposer ses états d’âme : il lui fallait exfiltrer Alain Berger en douceur pour calmer la vieille garde des professionnels menée par Hubert Bouteiller le bordelais du château Lanessan.

 

Le madré normand me proposa d’emblée de candidater. Ma réponse, qu’il connaissait, fut simple comme un refus. Qu’irais-je faire dans cette galère ! Sous-entendu, vraiment pas envie de me farcir les vieilles barbes de l’INAO.

 

Pinchon, il était venu tester sa manœuvre, m’exposait alors son jeu de chaises musicales.

 

Point 1 : le cabinet du Ministre cherche à caser l’un de ses conseillers techniques (j’ai oublié son nom) à l’ONILAIT.

 

Point 2 : le titulaire du poste à l’ONILAIT, Jean-Daniel Bénard, plutôt bien vu des professionnels, ne pouvait être débarqué, alors pourquoi pas le proposer à l’INAO puisque les produits laitiers faisaient partie de la maison depuis la réforme des AOC conduite par ma pomme.

 

Point 3 : on recase Alain Berger au FIOM Fond d’Intervention et d’organisation des marchés des produits de la pêche Maritime et de la Conchyliculture dont le directeur Michel Laneret, serait expédié à l'Office national interprofessionnel des fruits, des légumes et de l'horticulture (Oniflhor) pour remplacer Guy Geoffroy qui serait, selon la formule consacrée, appelé à de nouvelles fonctions ( je ne me souviens plus lesquelles).

 

Dans le jeu des chaises musicales il y a toujours quelqu’un qui se retrouve le cul par terre, ce fut ce brave Geoffroy.

 

Ainsi va la République et je puis vous assurer qu’aucun des intéressés ne fut ravi de ce tourniquet lié aux humeurs des gardiens du Temple. Manœuvre sans intérêt car, comme je l’ai souligné, le directeur de l’INAO n’est qu’un exécutant supérieur qui n’a que peu de prise sur les orientations de la maison. Les Tauliers sont les membres influents du Comité National.

 

Suivez mon regard, et je ne crains pas de me faire sonner les cloches…

 

Libé avait titré :

LES AOC PERDENT LEUR TUTEUR. ALAIN BERGER QUITTE LA DIRECTION DE L'INSTITUT DES APPELLATIONS D'ORIGINE.

 

Par Vincent Noce

 

— 13 février 1996 à 01:22

 

« Thierry Desseauve, rédacteur en chef de la Revue du vin de France, se demande si «le gouvernement n'a pas cherché à se débarrasser d'un importun qui a lutté sans relâche, et souvent contre les caciques du vignoble, pour revitaliser un système d'appellation largement dévoyé». Il espère que l'Inao ne va pas préférer «un statu quo dramatique à une évolution peut-être douloureuse mais indispensable».

 

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents