Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2016 5 22 /04 /avril /2016 06:00
Gare aux morilles ! « Faut pas confondre copulation et ramassage de champignons… »

Lorsque mercredi après-midi je me suis dit que, après un passage à Terroir d’avenir, puisque c’était la saison des Morilles, je me devais de plancher sur cet étrange champignon, un titre a jailli dans ma cervelle éruptive, en hommage à la chanson du Georges de Sète : gare aux morilles !

 

 

Je l’ai inscrit sur mon petit carnet. Me restait plus qu’à trouver le bon lieu pour déguster des morilles de compétition.

 

Mon GPS, sans hésitation, m’indiquait TABLE.

 

Illico, allo Bruno, t’en as, oui, alors j’y va !

 

Direction la rive droite en sautant la Seine sur le pont d’Austerlitz !

 

Table d’hôte, deux couples m’y rejoignent, l’un en face et l’autre à ma droite, normal nul ne peut être plus à gauche que moi.

 

Bruno décréta : que la fête commence !

 

Je ne fis, connaissant la maison, aucune objection.

 

Au cœur du dîner, lorsque le plat de morilles, ne pas confondre avec celui de lentilles cher à Esaü, fut déposé sous mon nez je fus envié par la tablée. J’adorai ! Je suis ainsi fait, j’adore les privilèges.

 

Les morilles étaient auvergnates, loin des clichés éculés sur cette belle région pleine de Puy, étaient généreuses, girondes, elles exhalaient des fragrances puissantes. Je chavirai. Me laissait aller à des pensées sauvages, tel un Giscard priapique face à Lady Di. Extase ! Épectase ! Je jouissais sans entrave.

 

Je carburais aux Bigotes pour expier mes pensées impies.

 

 

Bref, frais comme un gardon, jeudi matin je me colletais à ma tâche quotidienne : m’épandre, vous écrire. Ce que je fis comme vous le constaterez ci-dessous.

 

Mais je ne sais ce qui me pris j’interrogeai l’ogre GOOGLE : Gare aux morilles !

 

Surprise totale !

 

La vidéo ci-dessous vous étonnera tout comme moi.

 

Bonne dégustation.

 

 

Survivant de l’économie de cueillette le champignon sauvage est un produit de saison. Bien sûr il n’est pas possible de fixer des dates d’apparition immuables et générales pour les diverses espèces de champignons, mais il est possible de donner un calendrier de la cueillette des champignons.

 

Le premier qui pointe son nez vers la mi-avril, parfois avant, c’est la morille.

 

La morille champignon de printemps, juste avant les Mousserons de la Saint-Georges, est une star, drôle de star que ce mystérieux champignon tapi dans des lieux improbables, inattendus, peut atteindre le prix du caviar ou flirter avec celui des GCC.

 

Alors, tel notre Hubert de Laforest, chaussons nos bottes blanches, pour nous promener dans les bois Pendant que le loup n'y est pas, Si le loup y était, Il nous mangerait…

 

Mais attention mes petits loups, les petites louves aussi, la morille contient des substances toxiques qui sont thermolabiles, c’est-à-dire qui disparaissent à la cuisson. Faites-donc bien cuire vos morilles pendant au moins 15 minutes avant de les consommer !

 

 

Rassurerez-vous je ne suis pas mycologue et je ne vais pas vous la jouer connaisseur donneur de conseil. Comme mes potes de la LPV, J π en tête, je ne suis qu’un amateur qui n’a jamais mis les pieds dans les lieux secrets où, lorsque les premiers bourgeons pointent leur nez sur les frênes ou noisetiers, que la fleuraison des prunelliers sauvages s’épanouit, nos belles morilles pointent, elles, leur étrange chapeau pointu. Le point culminant de la poussée des morilles étant la floraison de la jacinthe des bois.

 

En effet, « comme presque tout champignon, la morille présente un pied et un chapeau, tous deux creux. Le pied est généralement blanc ou beige, lisse mais pas forcément cylindrique. Les gros spécimens on en effet besoin d’un enracinement important pour soutenir le poids de leur chapeau, d’où un pied large à la base et qui s’affine vers le chapeau. Ce dernier est arrondi ou pointu et présente des alvéoles/circonvolutions creuses mais peu profondes renfermant les spores. Elle présente donc une morphologie typique et vraiment particulière. La taille moyenne de la morille est de 10 cm mais des « spécimens » bien plus impressionnants et inratables sont ramassés chaque année. »

 

Comme je n’y connais queue de chique c’est bien sur une citation. Dans la même veine je ne vous infligerai pas la liste les noms latins des différentes « sortes » de morilles. Pour votre culture mycologique c’est ICI

 

 

Mais je ne résiste pas au plaisir d’évoquer la morille élevée, la blonde et la ronde, et bien sûr la délicieuse… selon un spécialiste de la cueillette « les premières à sortir sont généralement des petites grises pointues, suivies par des noires, un peu plus grandes. La saison se termine souvent avec les morilles jaunes ou blondes: rondes, brun clair, grisâtres parfois (selon l’environnement), et généralement plus grosses. Ces dernières sont souvent accompagnées de morillons.

 

Les morillons ressemblent aux morilles noires mais leur chapeau est beaucoup plus petit soutenu par un pied relativement long. Malheureusement, ils ressemblent également aux gyromitres qui sont des champignons toxiques. On les reconnaît à leurs circonvolutions qui ne sont pas creuses, ressemblant à un cerveau. On peut également trouver des verpes qui ressemblent à la Morille. »

 

Bientôt ce sera le 1er mai avec son lot de cueilleurs de muguet sauvage, ayant habité en forêt je les ai vu débarquer, et tout comme à eux je supplie les cueilleurs novices de respecter les terroirs à morilles si, par un hasard heureux, ils en découvrent un.

 

« Lors de vos cueillettes, faites attention à ne pas trop piétiner les « spots » de récoltes car en écrasant les jeunes individus vous pouvez entraîner la régression du nombre de morilles d’année en année.

 

Si vous tombez sur un beau gisement, pensez à en laisser quelques-unes matures et bien cachées pour assurer la pérennité de l’espèce et vos prochaines récoltes !

 

Il sera aussi judicieux de couper en morceaux les chapeaux de quelques individus matures et de les enterrer en de multiples endroits sur le site de récolte. Cela permettra d’assurer la dissémination des spores, et favoriser ainsi l’apparition de nouvelles morilles l’année suivante. »

 

Merci Bruno Verjus et à son équipe de TABLE pour cette belle soirée improvisée. Je commence à faire partie des meubles.

 

Un salut aussi à mes voisins de table à TABLE, à la revoyure autour d’un verre de vin nu de chez Patrick Bouju

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents