Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2016 7 14 /02 /février /2016 06:00
Lorsque Cécile Duflot convoque l’Histoire au nom des valeurs de la République elle donne la preuve de son ignorance crasse… Vichy son eau, ses pastilles, son régime… Juger Pétain.

En notre vieux pays qui a beaucoup de mal à cautériser les plaies de son Histoire, dès que l’on veut disqualifier un contradicteur, un adversaire politique, on sort le régime de Vichy. Le père François et sa francisque en sait quelque chose.

 

Madame Duflot, adoubée par Martine Aubry alors 1ier Secrétaire du parti du Père François pour se faire élire dans un fauteuil dans XXe, n’a pas fait exception à propos du débat sur la déchéance de nationalité.

 

« Le dernier régime à avoir massivement utilisé [la déchéance de nationalité] fut le régime de Vichy »

 

Réplique gaullienne de Valls :

 

« Vichy, ce n'est pas la République. C'est une part de la France, et je rappelle mes mots, mais ce n'est pas la République. Ce n'est pas la République ! »

 

Réponse de Duflot :

 

« Quand on parle des valeurs, il faut pouvoir convoquer l'Histoire ».

 

Fort bien chère madame mais que savez-vous du régime de Vichy ?

 

En première analyse des bribes, les lieux communs habituels, de l’ignorance ordinaire qui permet d’interpréter l’Histoire au bénéfice d’un malheureux fonds de commerce qui part en quenouille.

 

En écrivant ce que j’écris je ne prends pas position sur le fond du débat sur la déchéance de nationalité que je considère hors de propos, surmédiatisé, mais sur l’utilisation abusive de la référence au régime de Vichy pour justifier des positions, par ailleurs pertinentes et justifiées dans un débat démocratique.

 

Madame Duflot je suppose que vous avez lu, comme moi, L’histoire de Vichy de Robert Aron (1954), La France de Vichy de Robert Paxton, Pétain de Marc Ferro, Vichy 1940-44 de Jean-Pierre Azéma et O.Wieviorka … etc.

 

Si vous ne l’avez fait je vous recommande une bande dessinée, à priori à votre portée, JUGER PÉTAIN, ça vous fera le plus grand bien…

 

Scénario : Saada Philippe et Vassant Sébastien

Dessin : Vassant Sébastien

 

Basé sur le documentaire du même nom signé Philippe Saada, Juger Pétain, est un album très documenté et structuré, et c’est avant tout le travail d'un historien qui raconte minutieusement le procès le plus retentissant du XXe siècle. L'accusé, un vieillard de quatre-vingt-neuf ans au moment des faits, doit rendre des comptes. Ce 23 juillet 1945, avant même que les américains ne bombardent Hiroshima, c'est plus qu'un homme qu'on juge, c'est un pays ! « Sébastien Vassant décortique ces trois semaines d'audience avec la justesse d'un chirurgien. Précisions biographiques, mises en contexte historique, chaque intervenant et chaque témoignage sont clairement décrits. Résultat, l'immersion est totale et, plus de soixante ans après, le lecteur a l'impression d'être dans la salle […] »

 

Philippe Saada et Sébastien Vassant ont construit scénario et dialogue en évitant la facilité. « Ils ne se contentent pas de relater les différents éléments apportés par les témoins, mais apportent un éclairage sur ceux qui étaient présents. Les grands journalistes comme Joseph Kessel, l'écrivain Albert Camus, sont mis en scène à travers leurs prises de position dans des éditoriaux. Et quelques passages en présence de Winston Churchill, ou dans un journal imaginaire de Pétain, donnent une distanciation délibérée à leur travail. »

 

« Les dessins de Sébastien Vassant ne donnent pas une vraie idée du talent de cet illustrateur, la mise en images d'orateurs à la barre laissant peu de place à l'épanouissement graphique. Il suffira de regarder les très belles vues de Paris qui ouvrent l'album pour s'en convaincre. Mais le reportage fonctionne, instructif et suffisamment personnel pour donner probablement lieu à des avis divergents ou des polémiques. Indispensables ou en tout cas inévitables lorsqu'on couvre les grandes heures de l'Histoire. »

Lorsque Cécile Duflot convoque l’Histoire au nom des valeurs de la République elle donne la preuve de son ignorance crasse… Vichy son eau, ses pastilles, son régime… Juger Pétain.
Lorsque Cécile Duflot convoque l’Histoire au nom des valeurs de la République elle donne la preuve de son ignorance crasse… Vichy son eau, ses pastilles, son régime… Juger Pétain.
Lorsque Cécile Duflot convoque l’Histoire au nom des valeurs de la République elle donne la preuve de son ignorance crasse… Vichy son eau, ses pastilles, son régime… Juger Pétain.
Lorsque Cécile Duflot convoque l’Histoire au nom des valeurs de la République elle donne la preuve de son ignorance crasse… Vichy son eau, ses pastilles, son régime… Juger Pétain.

 

Vichy, la ruée vers l’eau

 

« Au milieu du XIXe siècle, la bataille de l’eau fait rage tout autour de Vichy. La bouteille aiguise les appétits dont celui de l’intrépide Nicolas Larbaud, le père de l’écrivain, à l’origine des eaux de Saint-Yorre.

 

Sept sources (dont la fameuse Célestins) sont déclarées d’intérêt public. Dans la périphérie, le terrain libre ouvre les bras aux entreprenants. Saint-Yorre, à 7 km au sud-est, abrite le filon le plus précieux, par la qualité de son débit. Un homme, en particulier, va s’en emparer. Nicolas Larbaud, avant de devenir père, de Valery, l’auteur de Barnabooth, donnera naissance aux eaux de Saint-Yorre. Il les porte sur les fonts baptismaux en 1858 à coups de forages… et de procès avec la Compagnie fermière.

 

Quelques mois plus tard, sa cargaison est confisquée par le préfet. Car il exploite trois sources sans le feu vert des autorités. Les cinq mille bouteilles commercialisées cette année-là pèsent une goutte d’eau comparées au million écoulé par « l’ennemi » vichyssois. Mais l’Etat veille au grain et surveille la concurrence comme le lait sur le feu.

 

Il faudra à l’audacieux Larbaud attendre 1863 pour vendre légalement. Les chiffres explosent, atteignant 135.000 bouteilles en 1869. « Nicolas Larbaud commercialise son eau minérale essentiellement pour un usage thérapeutique, note la bibliothécaire Isabelle Minard, dans sa recherche sur la figure du père de Valery (2). Elles sont prescrites par des médecins pour la consommation à domicile, dans le traitement des maladies des voies digestives, engorgement du foie et de la rate, calculs biliaires, affections des reins, diabète, goutte. »

 

La Chateldon, un goût de luxe

 

« Vice-président. En 1932, Pierre Laval, natif de Chateldon, avocat célèbre et déjà plusieurs fois ministre, sauve la source en la rachetant, ainsi que le château, la scierie et autres bâtiments du village. L'eau doit donc sa survie et son positionnement haut de gamme au vice-président du gouvernement formé par le maréchal Pétain. En effet, Laval, entrepreneur avisé, use de tous les registres promotionnels : non content d'obtenir de l'Académie de médecine le titre d'eau minérale gazeuse et de faire construire l'usine d'embouteillage, il fait figurer «le cru» en exclusivité au Fouquet's, chez Maxim's, au cercle de l'Automobile Club, sur les tables des ambassades et du paquebot Normandie, au banquet de l'Exposition universelle de New York. Mais si l'avocat n'a aucun mal à se recommander de Louis XIV, les divers groupes qui rachètent, par la suite, la Châteldon ont plus de scrupules à faire cas de Laval. »

 

La pastille Vichy: histoire d’un médicament devenu bonbon.

 

« Depuis 1825, la pastille Vichy est bien connue des français. Inventée par un chimiste français, Jean-Pierre-Joseph D’Arcet, cette pastille fut d’abord un médicament, car elle concentrait tous les bienfaits de l’eau thermale de Vichy, située au coeur de l’Auvergne. C’est en 1855 que la première pastillerie de Vichy (l’usine de fabrication) est ouverte, et en 1856 qu’elle prend sa forme octogonale si reconnaissable. »

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents