Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2016 6 06 /02 /février /2016 06:00
« Mgr Ducourtray n’a rien compris au préservatif, il l’a mis à l’index » André Santini disserte sérieusement à Toulouse au colloque « Rire, Droit et Société » en qualité de Grand témoin.

André Santini, le député-maire d’Issy-les-Moulineaux, est un grand amateur de bonne chère, de gros cigares, en 1991, il a créé le « Club des parlementaires amateurs de havane », dont il est président à vie, de bons mots. Il est aussi très connecté.

 

Santini a écrit « Ces imbéciles qui nous gouvernent » et premier membre d'honneur intronisé Commandeur de la Confrérie Saint Vincent d'Issy-les-Moulineaux s'est donné pour objectif de promouvoir « la renaissance, le développement et l'exploitation de la Vigne d'Issy-les-Moulineaux et toutes activités annexes en découlant ».

 

Très récemment, il a participé, le jeudi 3 décembre 2015 au très sérieux colloque IDETCOM « Rire, Droit et Société » organisé par l’Université Toulouse-I Capitole, salle de la Manufacture des Tabacs, en qualité de Grand témoin. 

 

« Le rire méritait bien qu’on lui consacre un colloque, dans un moment où la gravité nous oppresse. C’est un rayon de lumière qu’on ne peut manquer de savourer. Comme RABELAIS, je vous le dis donc : vivez joyeux ! », André SANTINI.

 

 

L’humour et les politiques ne font pas souvent bon ménage, surtout lorsque celui-ci est manié par les politiques eux-mêmes.

 

La vidéo ci-dessous vaut la peine d’une audition attentive, Santini, face à un auditoire sérieux, donne le meilleur de lui-même.

 

Comme chacun sait François Hollande a toujours été amateur de bons mots.

 

Cabu, un an avant l’attentat, lui avait rendu visite à l’Élysée. Il tournait un documentaire d’après son dernier livre « Peut-on encore rire de tout ? » et il avait aussi alerté le Président de la situation dramatique de Charlie-Hebdo. Avant de partir, Cabu avait lancé « Surtout ne perdez pas votre humour. »

 

« Je me retiens parfois », avait répondu Hollande.

 

Lors du débat télévisé du second tour de l’élection présidentielle Nicolas Sarkozy lança « Ce n'est pas le concours de la petite blague, Monsieur Hollande », allusion transparente au surnom que lui avaient accolé ses rivaux socialistes. « La flèche avait été soigneusement affûtée, trop soigneusement peut-être. Elle alla se ficher dans le décor du studio, loin de sa cible. » rapporte un journaliste du Monde.

 

François Hollande en effet n'avait pas toujours tourné sept fois sa langue dans sa bouche avant de blaguer. Aquilino Morelle, alors plume de Lionel Jospin avant de faire cirer ses pompes chez François, rapporte ce trait d'humour hollandais qui avait « blessé » le premier ministre accueilli par ce message ironique en plein conseil national du PS : « Entre, Lionel, nous parlions de ton bilan mais nous n'en étions pas encore au droit d'inventaire. » Quelques jours plus tard, l'austère Jospin, que certains trouvaient aussi drôle qu'un pasteur suédois, prophétisa : « François, un jour, ton humour te perdra. » Finalement, c'est plutôt l'humour qu'il a dû perdre pour gagner.

 

« Le député centriste André Santini, triple lauréat du prix de l'humour politique, n'a jamais consenti à un tel sacrifice. Il ne regrette aucun de ses bons mots tout en se disant convaincu que sa langue trop bien pendue a nui à sa carrière ministérielle. Alain Juppé et Valéry Giscard d'Estaing, en particulier, n'ont jamais franchement rigolé en entendant ses saillies « A force de descendre dans les sondages, Alain Juppé va finir par trouver du pétrole », « Je me demande si on n'en a pas trop fait pour les obsèques de François Mitterrand, je ne me souviens pas qu'on en ait fait autant pour Giscard ». Le député, maire d'Issy-les-Moulineaux, reconnaît volontiers que ses formules piquantes lui ont permis de sortir de l'ombre : « Si vous êtes à l'Assemblée parmi les obscurs, les sans-grades, vous n'êtes personne. L'humour vous permet d'exister, dès que vous balancez une vacherie, les journalistes viennent aussitôt vous chercher. »

 

« Hervé Morin est un peu court, il va sauter du pont de Normandie mais je ne sais pas si l'élastique est bien fixé. »

 

Prix Press Club humour et politique 2012.

 

À propos d'Alain Juppé « Le Premier Ministre souhaite un Gouvernement ramassé; il a parfaitement réussi. »

 

À propos de Raymond Barre « Quand je le vois roupiller à l'assemblée nationale et qu'il ne roupille pas, il se tourne les pouces et je me dis: tiens il fait son jogging. »

 

« Les experts naquirent du grand besoin qu'ils avaient d'eux-mêmes. »

 

« Si Saint-Louis rendait la justice sous un chêne, Arpaillange la rend comme un gland.»

 

François Goulard qui a aussi emporté le prix de l’humour politique pour cette phrase :

 

« Être ancien ministre, c'est s'asseoir à l'arrière d'une voiture et s'apercevoir qu'elle ne démarre pas. »

 

« La Ve République n'a pas totalement anesthésié l'esprit en politique, mais le genre reste un art mineur réservé aux seconds couteaux et aux porte-flingues… André Santini voit dans cette incapacité des politiques français à prendre une distance amusée sur eux-mêmes l'influence de l'énarchie : « Pour entrer à l'ENA, il faut être tout sauf drôle. Il faut être classique, convenu, conventionnel. Les jeunes y sont formés à la langue de bois. Avant, il y avait chez les politiques bien plus d'avocats et de professeurs habitués aux amphithéâtres et aux plaisanteries de carabins

 

 

Georges Clemenceau avait le verbe assassin, il reste l'une des grandes références de François Hollande « Il y a deux organes inutiles : la prostate et le président de la République »

 

« La guerre ! C'est une chose bien trop grave pour la confier à des militaires ! »

 

« Ci-gît Marcellin Berthelot. C'est la seule place qu'il n'ait jamais sollicitée »

 

« Donnez-moi quarante trous du cul et je vous fais une Académie française. »

 

« Les fonctionnaires sont un peu comme les livres d'une bibliothèque : ce sont les plus haut placés qui servent le moins. »

 

« Celui qui quitte votre parti pour aller dans un autre est un traître. Celui qui vient d'un autre parti pour rejoindre le vôtre est un converti. »

 

« En politique, on succède à des imbéciles et on est remplacé par des incapables. »

 

« Il suffit d’ajouter « militaire » à un mot pour lui faire perdre sa signification. Ainsi la justice militaire n’est pas la justice, la musique militaire n’est pas la musique. »

 

« La France est un pays extrêmement fertile : on y plante des fonctionnaires et il y pousse des impôts. »

 

« Il voulait être César, il ne fut que Pompée » à propos de Félix Faure président de la République mort au cours d’une partie de jambes en l’air avec sa maîtresse Marguerite Steinheil.

 

Lorsque le prêtre mandé pour lui administrer les derniers sacrements se présente, quelques heures plus tard, il demande à un garde du palais : « Le président a-t-il encore sa connaissance ? », s’attirant la réponse mythique : « Non, elle vient de s’enfuir par l’escalier de service. »

 

 

Les saillies de Churchill sont célèbres, normal de la part d’un homme qui déclarait « les paroles sont les seules choses qui durent »

 

Elles fusaient, « d’innombrables idées jaillissaient quotidiennement de son cerveau, y compris dans la baignoire où il aimait travailler… »

 

« Il compte parmi ces orateurs dont on dit fort justement : « avant de se lever, ils ne savent pas ce qu’ils vont dire ; pendant qu’ils parlent, ils ne savent pas ce qu’ils disent; et quand ils se rassoient, ils ne savent pas ce qu’ils ont dit. »

 

À propos de Lord Charles Beresford, amiral et député conservateur

 

Sur le parti conservateur… quand il en était membre (ndlr il faut aussi membre du parti libéral)

 

« C’est un groupe de messieurs tout ce qu’il y a de respectables, braves et honnêtes, qui sont prêts à de grands sacrifices au nom de leurs opinions, mais qui n’ont pas d’opinions. Ils seraient prêts à mourir pour la vérité, si seulement ils savaient à quoi elle ressemble. »

 

« Les oiseaux morts ne tombent pas du nid »

 

Comme on lui fait remarquer que sa braguette est ouverte.

 

Lire ICI 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Aredius44 13/02/2016 09:36

Merci à Santini qui m'a fourni un sujet de td de mathématiques ensemblistes pour informaticiens avec sa définition du flirt :
"la main dans le machin, le machin dans la main, mais jamais le machin dans le machin"

http://nantespec1.blogspot.fr/2007/11/vu-la-tl-le-ministre-andr-santini-me.html

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents