Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2016 5 22 /01 /janvier /2016 06:00
En France on n’a pas beaucoup d’idées mais on a des vins pétrolés vous avez 3 heures pour commenter le texte ci-dessous.

Le texte ci-dessous n’est pas une invention personnelle mais un extrait d’un article bien réel puisé à la meilleure des sources de la presse du vin. Mon découpage n’en change pas le sens.

 

J’ai retiré toute référence au cru concerné afin que vous puissiez le commenter à l’aveugle…

 

Le commentaire devra analyser la richesse du vocabulaire et s’employer à mettre en exergue la pertinence de la description.

 

Votre dissertation ne sera pas noté, ni sur 20, ni sur 100… elle servira seulement à l’édification de celles et ceux qui se destinent au métier de dégustateur de vin.

 

« Dans ce fond de ce petit vallon… où souffle un air plus pur qu’ailleurs, une enclave préservée de toute urbanité… le petit vignoble est en grande partie dévolu au riesling… Les sols pauvres, formés de sédiments amalgamés depuis 250 millions d’années, sont difficiles à travailler… Ces terres exigent un labeur qui eut la faveur des moines, ceux de l’abbaye cistercienne toute proche qui cultivaient la vigne au XIIe siècle… Les énergies et les rayons du soleil s’y concentrent, forgeant des vins de belle étoffe, parfumés, élégants et suaves, capables de vieillir une vingtaine d’années. La partie ouest du cru est la plus sèche. C’est là que se trouvent ses plus intéressantes interprétations, surtout lorsque les vins sont vinifiés secs, sans apport de bois neuf qui masquent leurs nuances. La tension énorme qui s’en dégage appelle la patience, ne libérant qu’au fil des ans le potentiel de ces vins de gastronomie… peu de chances de remplir un baril avec les notes pétrolées du… vous gouterez ainsi plus pleinement l’énergie de de ces vins aptes à s’acoquiner avec de beaux poissons à la crème ou des viandes délicates. »

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Luc Charlier 22/01/2016 09:31

Cette fois, il y a invite à répondre, à commenter, ou bien je ne m’y reconnais plus. Peu rancunier, j’obéis. J’ai senti le piège, mais je m’y laisse prendre et y plonge avec délice. Procédons par ordre. L’auteur de ces lignes a lu Rimbaud, au moins dans ce que Lagarde et Michard lui en avaient montré. Il règne comme un parfum de « Dormeur du Val ». Mais : « ... il a une grande motte de beurre à la place du foie ».
Ensuite, je ne dis pas que c’est impossible mais un fond de vallon qui a empilé les sédiments sera rarement « pauvre », surtout dans les Vosges.
Maintenant, quelles sont les abbayes cisterciennes en Alsace – car c’est bien là, n’est-ce pas, cigogne etc ... ?
Baumgarten tout d’abord, à Bernardvillé près des vignes d’André Ostertag à Epfig ou de Marc Kreydenweiss à Andlau. Je ne cite que les plus célèbres (et excellentissimes) mais il y en a d’autres. Itterswiller, Nothalten, Eichhoffen, Dambach, Mittelbergheim ...
Oelenberg ensuite, près de Thann et son Rangen. Mais ce coteau n’est pas du tout un fond de vallée et il est un substrat magmatique, rien de sédimentaire.
Celle de Lucelle, tout au sud, tellement qu’elle en devient jurassienne version suisse. Peu de vignes.
L’abbaye de Pairis, non loin d’Orbey mais trop près des Vosges, trop occidentale, même si Colmar n’est pas loin.
Et puis Krautwiller : mais ceci fait plus penser à Brumath et la ligne imagino qu’à autre chose.
« Les énergies se concentrent » : le type fait dans l’ésotérisme, la déconne à plein gaz.
« Sans apport de bois neuf » : il n’y en a que TRES TRES peu en Alsace, surtout quand il s’agit de riesling.
« La tension » : je comprends bien que certains tentent de décrire l’impression générale d’un vin, mais ce terme ne veut rien dire.
« Des beaux poissons à la crème » : tous les goûts sont dans la nature, mais si un poisson est beau, il n’a que faire de la crème (sauf chez Uderzo et Goscinny).
Je me décerne 21,5/20 ... car le député est mon pote, le vénérable fut mon parrain et Jack Lang m’a chaudement recommandé.

JY Bizot 22/01/2016 07:14

Ce numéro recèle d'autres perles : "Ses vins ont gagné en finesse sans perdre en précision. Bravo !" L'inverse est-il possible ? Ou "Ses plus beaux vins sont promis à un avenir radieux". Que penser de ses "pas plus beaux" ? pas d'avenir ? ou pas radieux ?

massotte 22/01/2016 07:06

Pourquoi pas ?
Le pétrole est un produit naturel, et ce n'est pas une tare !

Quand on sait qu'il y a plus de 8000 molécules différentes dans ce qui fait la qualité aromatique ou organoleptique du vin, quand on sait que les phénomènes d'oxydation les transforment en permanence, et qu'on ne maîtrise pas les interactions entre-elles, cela ne peut étonner.
Quant aux pb's de gout, de nez ou de couleur, on en doit s'étonner de rien : l'homme est un être diversifié et quand j'étais jeune des copains à moi se régalaient de humer les odeurs qui se dégageaient des pots d'échappement des voitures.
Autour de nous que se passe-t-il ? avec d'autres Odeurs "herbacées" ? ou minérales ?

A ce propos, je constate souvent que les citadins (qui n'y sont pas habitués) trouvent que le crottin de cheval a une odeur répugnante !!!! Pour ma part, cela me rappelle ma jeunesse et je n'y fais pas attention.
Tout est un problème de culture et de conditionnement.

Je vais essayer de repérer cela et je vais ouvrir une btle de riesling).

Amitiés.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents