Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2015 7 08 /11 /novembre /2015 06:00
Une fable sur les mœurs du marigot politico-médiatique : « Qui du congre ou du homard mange l’autre ? »

Ce matin, si vous voulez bien me suivre, je vais vous entraîner dans les méandres d’une pensée qui n’est pas mienne. J’espère qu’ainsi vous comprendrez sans doute mieux un peu mieux les mœurs du marigot politico-médiatique ou pour causer chic de l’écosystème de ce que Raymond Barre (j’étais à Lyon dimanche dernier) nommait le microcosme politique.

 

Mais, me dire-vous, que viennent donc faire le congre et le homard dans cette galère ?

 

Commençons par le crustacé très prisé lorsqu’il est bleu et breton.

 

 

 

Doté d’une lourde épaisse carapace et munis de pinces redoutables le homard a des allures de Panzer redoutable et indestructible.

 

« Le homard capture ses proies à l'aide de ses pinces, très habiles et puissantes. Chaque pince est spécialisée dans un type de fonction.

 

L'une, appelée couramment « pince coupante » ou « ciseau », est effilée et tranchante. Elle sectionne les pattes des crabes agressés et peut également saisir un poisson imprudent. Lorsque les proies sont privées de mouvement, le homard les saisit alors avec sa seconde pince, appelée « marteau » ou « pince broyeuse », plus courte et beaucoup plus épaisse, et les broie avant de se nourrir de leur chair. Les victimes sont ensuite dépecées, dilacérées, mais non mastiquées, par de multiples pièces buccales, avant d'être ingérées »

 

Face à un tel crustacé cuirassé il est difficile d’imaginer qu’il se fasse bouffer par le grand congre tout mou, tout lisse, qui ressemble à une anguille (peut atteindre 3 mètres), même si les humains se méfient des congres, parce qu'on dit qu'ils mordent...

 

 

« … et le fait est que ce poisson très fort et toujours en mouvement peut à tout moment donner un coup de mâchoires lorsqu'il est manipulé. Sans être très dangereuse, la morsure donne une vilaine plaie, le congre râpant profondément la peau avec ses petites dents et mettant la chair à vif sur une large surface. Cependant, un congre qu'on ne provoque pas est avant tout un animal discret qui ne vous attaquera pas spontanément. Cet animal commun est fréquemment cité dans les ouvrages relatifs au milieu marin, on pourra ainsi citer « Les travailleurs de la mer » de Victor Hugo. »

 

Le discret congre est aussi casanier

 

« On a vu des congres devenus tellement gros à l'intérieur de leurs trous qu'en apparence ils ne pouvaient plus en sortir.

 

Jacques Lemanchois, qui pendant toute sa vie a plongé parmi les épaves du débarquement en Normandie, racontait qu'il en avait trouvait un énorme manifestement coincé dans l'habitacle d'un char américain.

 

Jacques Lemanchois, musée des Epaves à Port-en-Bessin Route de Bayeux - 14 520 Commes

 

L’affrontement paraît donc improbable et inégal. Mais il y a un mais d’importance le homard doit muer pour grandir.

 

« La rigidité de la carapace du homard s'oppose à sa croissance. Pour grandir, l'animal doit donc impérativement et périodiquement muer. Au début de l'été ou en début d'automne, le homard se cache au fond de son terrier, cesse de s'alimenter, et, donc, perd du poids. Il se couche sur le flanc et se replie en forme de V. La membrane reliant le céphalothorax à l'abdomen se rompt alors, créant une ouverture par laquelle le homard va s'extirper de sa carapace. Ainsi libéré, il se gonfle d'eau, ce qui va lui permettre d'acquérir une taille supérieure. »

 

Avant la mue, une nouvelle carapace souple et molle se forme sous l'ancienne.

 

C'est juste entre le thorax et l'abdomen qu'il sort de sa veille armure. La tête sort lentement la première. Le plus difficile est de retirer ses grosses pinces : c'est un peu comme essayer de retirer sa veste avec des gants de boxe. Heureusement, la carapace couvrant ses pattes se ramollit avant la mue, ce qui la rend plus souple.

 

Une fois tout beau et tout neuf, le homard mange son ancienne carapace pour en retirer le calcium qui aidera à durcir sa nouvelle.

 

Cette opération se déroule au moins 22 fois avant que le homard atteigne sa taille adulte

 

C’est aussi une affaire de sexe : un mâle dur et une femelle molle

 

« La période des amours survient dans les jours qui suivent la mue de la femelle. L'accouplement se fait donc entre un mâle « dur » et une femelle « molle ». La femelle émet alors dans l'eau des substances chimiques (phéromones sexuelles) qui inhibent l'agressivité et induisent un comportement de cour chez le mâle.

 

Après l'accouplement, les deux animaux peuvent partager le même terrier pendant quelques jours, au bout desquels ils se séparent. La fertilisation des œufs se fait lors de la ponte, qui survient de quelques semaines à quelques mois après l'accouplement. Durant cette phase, la femelle se met sur le dos, et dispose les œufs, au fur et à mesure de leur expulsion, sur ses appendices abdominaux. Ils y resteront solidement attachés par des filaments pendant environ 8 mois, durant lesquels la femelle ne mue pas. »

 

Un accouplement acrobatique

 

« Avant l'accouplement, les deux partenaires, face à face, font connaissance en se touchant du bout des antennes. Puis, la femelle fait volte-face, et présente son abdomen replié au mâle. Celui-ci la retourne alors sur le dos et utilise des appendices abdominaux pour déposer sa semence, sous forme d'un petit sac, dans le réceptacle séminal de la femelle. »

 

Rassurez-vous, ma fable, avec mes histoires de dur et de mou, ne va pas vous entrainer dans les alcôves de la République.

 

C’est du sérieux. En effet :

 

« Nos confrères de l’Écho des Pêcheurs sont catégoriques. Rien ne prouve que le homard mange les œufs du congre. Ce dernier, par contre, long poisson (il peut atteindre trois mètres), totalement dépourvu d’écailles, guette de son trou le moment où le homard fait sa mue. Alors il le dévore. Mais pourquoi le homard s’aventure-t-il dans les eaux dangereuses où sévit cet ennemi? »

 

Donc pendant les 15 à 20 minutes que dure la mue, le homard est en grand danger et le congre son voisin qui, comme lui, vit dans de véritables terriers, le guette pour lui faire sa fête.

 

 

« Le congre et le homard » est le titre donné par FOG, qui n’était alors que Franz Olivier Gisbert, à un article dans le journal du CFJ où il était élève en 1969 et il avait 21 ans.

 

Il traite de l’après-gaullisme.

 

« Un duel posthume : de Gaulle et Pompidou. César et Brutus le « faiseur d’Histoire » et le « Français moyen », l’éloquence mystique gaullienne et le terre à terre pompidolien. » écrit Marion Van Renterghem dans sa bio de FOG Don Juan du pouvoir.

 

« Débarrassé du manteau de sa légende, le gaullisme devient un régime de technocrates et un grand parti conservateur. » diagnostique le jeune Gisbert.

 

Pas faux !

 

Mais pourquoi le congre et le homard ?

 

Parce qu’aux yeux du futur FOG «… tout politique est… un homard assez naïf pour se faire engloutir par un congre. Il n’avait qu’à pas. Cette structure politique de base, il l’adapte au journalisme : le journaliste ne trahit pas l’homme politique, c’est l’homme politique qui fait tout pour se faire trahir. Il reçoit le journaliste et le voit prendre des notes. Il n’avait qu’à pas. Du journaliste et du politique, qui mangera l’autre ? Telle est la devise de FOG. Son amusement, son cynisme, son excitation, sa perversité, son goût de la vie. Doux comme un congre, doux comme un FOG. »

 

Bien vu !

 

Si vous avez eu le courage d’aller jusqu’au bout j’espère vous avoir éclairé sur les mœurs du marigot médiatico-politique…

 

Homard

 

Solitaire, agressif, nocturne, fouisseur, le homard peuple les profondeurs marines depuis des millions d'années. Mais ce redoutable crustacé, protégé par une carapace bleue marbrée de blanc et doté de pinces impressionnantes, ne nous a pas encore livré tous ses secrets.

 

Le congre et les hommes

 

Ce n'est pas réellement une histoire d'amour entre le congre et l'homme. Les pêcheurs le tuent rapidement pour éviter sa morsure et les plongeurs n'apprécient pas toujours les rencontres avec les énormes spécimens qui hantent les épaves. 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents