Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 07:00
La rue assourdissante autour de moi hurlait/Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse/Une femme passa, d'une main fastueuse/Soulevant, balançant le feston et l'ourlet…

Comme j’ai du mal avec mes mots j’ai convoqué ceux de Baudelaire.

 

Ma tristesse infinie, cette tristesse plus que personnelle que j’appelle «le Grand Deuil», elle est fichée en moi, souvenir de ma petite enfance passée entourée de ma grand-mère Marie et de sa sœur la tante Valentine toujours vêtue et résillée de noir. Bien plus tard, mon vieil ami, Jacques Geliot, portant le deuil éternel d’un fils trop disparu, portait chaque jour sur sa chemise blanche une cravate noire.

 

 

Nos morts, nos blessés, nos estropiés…leur famille, leurs proches, leurs amis…s’incliner… porter le crêpe à la boutonnière… signe muet d’un deuil éternel… inextinguible… et puis marcher dans la rue… s’asseoir à une terrasse… entrer dans une salle de concert… vivre… rire… boire...chanter… danser… aimer…

 

PARTAGEZ S'IL VOUS PLAIT, ELLE A SEULEMENT 17 ANS !

 

 

 

Convoquer Baudelaire :

 

La rue assourdissante autour de moi hurlait

Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse

Une femme passa, d'une main fastueuse

Soulevant, balançant le feston et l'ourlet…

 

Agile et noble, avec sa jambe de statue.

Moi, je buvais, crispé comme un extravagant,

Dans son œil, ciel livide où germe l'ouragan,

La douceur qui fascine et le plaisir qui tue.

 

Un éclair... puis la nuit ! — Fugitive beauté

Dont le regard m'a fait soudainement renaître,

Ne te verrai-je plus que dans l'éternité ?

 

Ailleurs, bien loin d'ici ! trop tard ! jamais peut-être!

Car j'ignore où tu fuis, tu ne sais où je vais,

Ô toi que j'eusse aimée, ô toi qui le savais !

 

Charles Baudelaire Fleurs du mal

 

L'opéra de New-York joue la Marseillaise avant Tosca

 

L'orchestre du prestigieux Metropolitan Opera de New York a joué La Marseillaise avant la représentation de l'opéra de Puccini Tosca, pour rendre hommage aux victimes des attentats perpétrés à Paris. Les paroles de l'hymne national français ont été distribuées aux spectateurs, comme le montre l'un d'eux sur Twitter.

 

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

patrick axelroud 15/11/2015 08:34

Les drames se suivent et ne se ressemblent pas . Grave déraillement d'un TGV d'essai à ECKWERSHEIM tout près de Strasbourg.(Le premier et jusqu'ici le seul depuis 1981) 10 morts 22 blessés "au pronostique vital engagé" d'autres blessés. Rien à voir avec le terrorisme. Qui nous disait que nous sommes tous égaux devant la mort?....

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents