Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2015 4 10 /09 /septembre /2015 08:00
En dévers et contre tout (10), la panthéonisation du vignoble, la course au culturel, et la santé du vignoble dans tout ça ?

Dans sa citadelle du Point, le sieur Dupont Jacques, dernier rempart à l’externalisation des « Spécial Vins » chère à Roux&Combaluzier dit B&D, pur recyclage des stocks, remet chaque année l’ouvrage sur le métier. Même s’il s’essouffle un peu, peine à sortir du cadre dans son papier « les jeunes à la découverte du vin » où il aurait pu caresser, même légèrement, les vins à poils, l’ensemble du numéro est de qualité. De nouveaux angles, la parole donnée à des esprits dérangeants, plus border line ou assumant des choix contestés, peu importe ça permettrait de mettre un peu d’oxygène dans la vigne France et mettre sur la table des interrogations qui méritent d’être posées.

 

Dans son édito « Et c’est ainsi que le vin est grand… » Jacques Dupont en soulève une d’importance « Malgré des perspectives de développement énormes en Asie et une reconnaissance patrimoniale des vignobles français l’inquiétude plane sur l’avenir de la vigne. »

 

Dans sa communication via ses élus, le monde du vin français, en alignant de beaux chiffres, se définit comme un grand secteur exportateur de notre économie, les fameux équivalents Rafale. Ce que je ne conteste pas et loin de moi toute volonté de verser dans un quelconque bashing. Ce qui m’interroge, et qui m’a toujours interrogé depuis que j’ai commis mon rapport en 2001, c’est que ce grand secteur répugne à faire de vrais choix, à anticiper, à se donner les moyens d’une politique à la hauteur de ses ambitions.

 

Je n’ai ni le temps, ni l’envie, et personne ne me le demande, de développer les différents éléments de mon analyse, mes anciens écrits n’ont guère pris de rides.

 

J’en reviens à notre Dupont qui, comme le faisait Mgr Marty, s’interroge :

 

« Il est possible de s’interroger sur le pourquoi de ce qui peut ressembler à une sorte de course au culturel, une aspiration au patrimonial, à ce qui pourrait passer pour une panthéonisation du vignoble… Il n’y a pas une mais des réponses et elles sont à chercher du côté de tout ce qui menace vins et vignes aujourd’hui :

 

- Le prix du foncier, qui dans certaines régions interdit aux vignerons de s’agrandir ou bien de transmettre à leurs enfants, laissant la porte ouverte à la mainmise des fortunes venues d’ailleurs ou de grandes compagnies sur les terroirs ;

- La concentration et la perte de certaines pratiques artisanales qui pourraient s’accompagner d’une uniformisation du goût comme on a pu commencer à la connaître à la fin des années 90, à Bordeaux notamment ;

 

- L’urbanisation mal contrôlée et la disparition de certains sols viticoles sous la pression des périphéries des villes. C’est la menace de nombreux vignobles quand cette fois le foncier est moins cher que le terrain à bâtir.

 

- Les attaques, les campagnes de dénigrement et les procès médicastres et Chicanneau qui confondent alcoolisme et plaisir du vin, réduisant celui-ci à la molécule d’alcool qu’il contient détruisant ainsi son histoire ;

 

- La perte d’identité ou de repères des vignerons eux-mêmes face à une demande croissante mondialisée et au goût fluctuant. »

 

Face à cette énumération intéressante, mais non hiérarchisée : il est de vraies menaces et d’autres, dont l’une fantasmée, de moindre danger, là encore il faut être en capacité de faire des choix clairs mais on prend alors le risque de sortir de l’ambiguïté d’une vigne France « aocisée » pour tous. Nous vivons encore sur un marché domestique d’importance, le premier du monde, et nous ramenons toute notre réflexion à cette aune tout en chérissant la mondialisation.

 

Le grand danger est dans la vigne elle-même : « Plusieurs maladies, et non une seule cette fois, font figure de nouveaux Attila de la vigne. L’esca, qui provoque une nécrose du cep, sans qu’on sache vraiment pourquoi, fait figure de leader des parasites (…) il est accompagné dans sa malfaisance de la flavescence dorée ou l’eutypiose parmi les fléaux les plus ravageurs connus. »

 

Le sujet est d’une extrême importance et ce qui me met en pétard c’est l’éternel lamento « Il manque surtout jusqu’à présent des moyens de recherche, une mise en commun des savoirs… » on se croirait à l’Éducation Nationale, tête de turc favorite du Point. Quand on se définit comme un grand secteur économique majeur on se donne des moyens, et il y en a, et l’on ne reste pas à la remorque d’une recherche publique qui n’a jamais dans le domaine de la vigne brillée par ses anticipations et ses choix. De plus les finances publiques étant ce qu’elles sont, il ne faut pas attendre des merveilles de ce côté-là.

 

Lorsque j’ai proposé et défendu la constitution d’un fonds vin alimenté par une part des CVO des Interprofessions qu’ai-je entendu ? Le silence assourdissant des égoïsmes régionaux. Ça s’appellerait un fonds souverain, très à la mode de nos jours, qui servirait de levier à des actions d’envergure en capacité de faire progresser la recherche.

 

Trop tard !

En dévers et contre tout (10), la panthéonisation du vignoble, la course au culturel, et la santé du vignoble dans tout ça ?

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

le taulier pour 1 vigneron 12/09/2015 08:25

Ce 22 juillet, autant qu'un constat amer de l'état du vignoble est une prise de conscience : la filière ne peut pas continuer ainsi. On a laissé filer, pour plein de bonnes raisons. Autojustifications, certes, souvent, mais aussi pour des pratiques commerciales, fiscales, économiques, idéologiques, pour des questions d'image qu'on a de nous ou que nous cherchons à communiquer (sanctuarisation pour J Dupont, ou ghettoïsation pour M. Chapoutier) , des discours de la presse et parfois son aveuglement...
La question n'est effectivement pas seulement l'état du vignoble, mais bien celui de la filière vigne et vin en France. Et résoudre - si une "solution" existe - le problème sanitaire dans le vignoble ne résoudra pas le problème général de celle-ci. Malgré le nombre d'équivalent Rafales - équivalent Mirages ferait une bonne métaphore, mais datée - que l'on présente chaque année, la filière traverse une crise dont l'indigence de financement propre destiné à la recherche est peut être une des causes, sinon le moteur.
Mais c'est aussi un filière qui a des capacités de réaction : le travail qui a été réalisé sur les maladies du bois, sa méthode, son traitement, l'ampleur des questions qu'il soulève en témoigne. Donc, je reste très optimiste !

Olivier Borneuf 10/09/2015 12:31

Et oui…

AB 10/09/2015 11:31

Pour en savoir plus sur le dépérissement du vignoble...
http://www.franceagrimer.fr/Stockage-Actualites/Plan-de-lutte-contre-le-deperissement-du-vignoble-seminaire-du-22-juillet-2015/(filiere)/2/(nodeActu)/228
AB

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents