Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 août 2015 6 22 /08 /août /2015 08:00
Laissons nos enfants demeurer dans l’enfance, être des enfants…
Laissons nos enfants demeurer dans l’enfance, être des enfants…

J’avais envie de revoir l’océan, alors avant que le jour se lève j’ai quitté Paris. L’air était pur, j’étais sûr que j’allais retrouver mes sensations d’enfance. Le soleil rouge s’est soudain plaqué derrière mon dos. Rouler. Rouler jeunesse disait le forain de la kermesse lorsque nous montions dans les autos-tamponneuses. Que la Bretagne est belle sous le soleil ! J’aime les ports de pêche, les laboureurs de la mer, la pêche, la cueillette, les chalutiers colorés, les filets emmêlés, rude métier.

 

Je me suis posé au Guilvinec face à l’entrée du port, au Poisson d’Avril, des petites langoustines fraîchement pêchées, fermes et goûteuses, un vrai régal, comme un parfum d’enfance de celles de maman.

 

Comme toujours, j’ai ouvert un livre et j’ai lu.

 

« Chez mes grands-parents, à la mer, pendant les interminables soirées d’été, mon frère et moi dînions avant les autres. En cuisine ou, encore mieux, sur la terrasse. Assis à une petite table de fer rouge et blanche, on jouissait d’un menu spécial qui nous évitait les plats dégoûtants du dîner des adultes. D’habitude on nous servait une petite soupe (ma préférée était celle à la semoule avec énormément de parmesan), une sole meunière et une pêche coupée en tranches. Parfois, le luxe d’une crème caramel sortie toute fraîche de son moule. »

 

Michele Serra, me propulse dans la salle commune du Bourg-Pailler, tout italien qu’il est, l’enfance n’a pas de frontière.

 

« En réfléchissant, je me rends compte que j’ai vécu ces dîners en aparté non comme une exclusion mais comme une exemption. Manger ma soupe à la semoule, ma sole et ma crème caramel avec mon frère, alors que le vol d’hirondelles effleurait la terrasse, voulait dire que je demeurais dans l’enfance.

 

Que j’étais un enfant (…)

 

J‘étais à la marge de leur monde. Mais pas un exilé. »

 

La marge, là où laisse son imagination vagabonder, ce temps d’attente où loin de l’agitation et des désirs des grandes personnes, des luttes à venir, des vexations, du pouvoir, on se laisse aller dans la pénombre d’une rêveuse indolence, de l’ennui, à l’irresponsabilité.

 

Ce temps, c’est celui de la fabrique de notre vie, de son socle, de ce qui fait ce que l’on sera, de sa colonne vertébrale, de la ligne de force sur laquelle on s’appuiera.

 

C’est ainsi que je me suis fait dans ma Vendée crottée.

 

Et, Michelle Serra de pointer là où sont nos enfants ou petits-enfants :

 

« Quand j’assiste à la négligence unanime des adultes dans les restaurants face aux cris et aux courses effrénées des insupportables petits chéris rendus hystériques par une promiscuité imposée, quand j’assiste au triste exhibitionnisme d’enfants que la vulgarité sentimentale des parents a transformés en petits adultes, donnés en pâture à leur acerbe vanité et au voyeurisme infanticide des grandes personnes, je repense avec nostalgie à l’heureuse marginalité de mon enfance, à cette avant-vie si dense de parfums, de bienheureuses solitudes et de temps vide et silencieux. »

 

Voilà, c’est écrit et qu’on ne vienne pas me dire que c’est le résultat de la permissivité des soixante-huitard, l’enfant-roi n’est pas le produit de ce temps de libération des mœurs il est un sous-produit d’un consumérisme exacerbé, d’une société qui se dit libertaire mais qui ne fait que, au nom de beaux et bons sentiments, propulser ses enfants dans la grande compétition où il faut être le premier, celui qui réussit : à 5 ans si tu ne parles pas 3 langues tu n’as pas réussi ta vie…

 

Michele Serra Les Affalés Flammarion

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

patrick axelroud 22/08/2015 09:23

"J'ai labouré la mer" superbe image énoncée par Simon BOLIVAR tirant ainsi une conclusion désabusée sur ses engagements politiques et révolutionnaires . Curieusement on la retrouve en pleine Beauce sur un étrange monument en forme de proue de navire qui, saisissant avant la moisson dans la houle des épis sous le vent ( voir le film de Claude SAUTET " Canicule" - c'est de saison hihihi - avec Lee MARVIN ( entre autre )

patrick axelroud 22/08/2015 09:08

Savoureuse chronique qui me rappel les étés passés à KERITY au pied du phare d'ECKMUHL en ce fabuleux pays bigouden que Pierre-Jakez HELIAS et son " Cheval d'Orgeuil " allait révéler à la France leur permettant de comprendre qu'il n'y a pas que " le sud ". Pour le reste Taulier je me permet de ne pas être entièrement d'accord ,même si je vais courir acheter Les Affalés, tant je me sens trop en accord avec Cesare PAVESE : « Il y a quelque chose de plus triste que de vieillir et c’est de rester enfant.» – Le métier de vivre – 25 Décembre 1937 ; mais ça, c'est une autre histoire.

Aredius44 22/08/2015 08:49

Michele ! coquille.

Aredius44 22/08/2015 08:45

Merci pour ces citations !
Que vont donner les élèves gangrenés par le DD ?
http://lefenetrou.blogspot.fr/2015/08/la-gangrene-du-developpement-durable.html

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents