Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 06:00
Vinexpo : bonjour tristesse, Hervé Bizeul exprime mieux que moi pourquoi il faut sauver ce colosse aux pieds d’argile.

Hervé Bizeul, inscrit comme « blogger » pour l’occasion, après sa dégustation off de vignerons à Bioulac sur les hauteurs de la ville, au Saint James, est allé arpenter les allées de Vinexpo et titre en se servant d’une référence cinématographique : Il faut sauver le soldat Vinexpo !

 

Il s’interroge :

 

« Prendre de la hauteur, justement, dans l’analyse des choses, voilà un exercice difficile. J’ai la critique facile, question de gènes, sans doute, voire la dent dure, parfois, parait-il. Est-ce bien mon rôle de commenter le salon ? De tenter de l’inscrire dans l’histoire, longue, qui me lie à lui ? »

 

La réponse est oui, sa double légitimité est incontestable.

 

Oui il a raison de noter « Bordeaux me semble pris dans une sorte de spirale assez terrifiante dont personne ne semble comprendre les causes. On dirait une scène du «déclin de l’empire américain» où le prêtre raconte qu’un dimanche, les églises étaient pleines et le dimanche suivant, elles étaient vides, situation que le Québec a réellement connu en exagérant un peu. C’est difficile à comprendre, encore plus à expliquer. »

 

En son temps, lorsque le nouveau Président de Vinexpo, Xavier de Eizaguirre, ex-Mouton-Rothschild, avait pris ses fonctions, je lui avais fait part des rides que prenaient le salon, que les temps avaient changés et que l’obsolescence constatée allait empirer, mais le Directeur de l’époque était aussi imperméable à toute remarque qu’un ciré breton.

 

Lors du précédent Vinexpo mon diagnostic se confirmait et je m’étais juré de ne pas y retourner si rien n’était engagé pour redresser la barre. La venue d’un nouveau Directeur, qu’une de mes bonnes amies bordelaises connaissait bien et m’en disait grand bien, me fit hésiter. En définitive je n’y suis pas allé laissant la place à mon cher Ministre accompagnant le Président de la République…

 

Je plaisante bien sûr, mais pour prolonger les références cinématographiques j’ai envie de dire « Pourquoi viens-tu si tard ? » (Film d’Henri Decoin avec la belle Michel Morgan)

 

Alors « Bonjour Tristesse » comme l’écrivait la jeune Françoise Sagan… pour so premier roman en 1954.

 

Comme Hervé, j’ai peine « à imaginer, en voyant Vinexpo aujourd’hui, ce qu’était Vinexpo alors : le centre du monde… Babel… The place to be. Les marques rivalisaient de puissance, les allées étaient impraticables tant il y a avait de visiteurs, venus du monde entier. Ce fut longtemps comme ça. A l’évidence, ça ne l’est plus. Bien sûr, je suis chagrin diront certains, jaloux diront les autres. Ce n’est pas le débat, croyez moi. Le salon a changé, un peu triste, un hall entier fermé. On y croise encore du beau monde. On y fait des affaires, n’en doutons pas. Mais le monde a basculé, clairement, d’abord vers l’Asie ce qui semble normal, ensuite vers Prowein, ce qui semble plus mystérieux. Plus prosaïquement, internet est passé par là... »

 

Lire toute la chronique ICI

 

J’ai suivi Vinexpo sur les réseaux sociaux et j’ai éprouvé les mêmes sentiments qu’Hervé, comme une étrange pièce surjouée avec que des plans serrés afin de masquer le désenchantement de ce salon. Pour autant, je ne suis pas de ceux qui veulent jeter le bébé avec l’eau du bain. Comme Hervé je pense qu’il faut sauver Vinexpo.

 

Comment me direz-vous ?

 

Je ne vais pas vous répondre peu me chaut, car ce serait laisser accroire que je me joins au Bordeaux bashing, mais tout simplement parce que dans la vie il faut savoir passer la main. Certes, les idées que j’avais exprimées à Xavier de Eizaguirre en son temps me semblent encore pertinentes mais je ne vois pas au nom de quoi, quelle serait ma légitimité, à les coucher dans mon espace de liberté.

 

Que voulez-vous comme le disait Picasso « On devient jeune à 60 ans. Malheureusement, c’est trop tard. »

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Luc Charlier 18/06/2015 20:57

L'avantage de Picasso, jeune à 60 ans, c'est qu'il était suffisamment riche pour réaliser (assouvir?) une bonne partie des rêves que les vrais jeunes ne peuvent même pas envisager. En fait, le seul vrai intérêt de l'argent, est de vous permettre de transformer certains rêves en réalité. On peut s'accorder là-dessus?

Jungmann 17/06/2015 07:23

Exit les petits vignerons, exit les nouveaux importateurs qui veulent attirer chez eux leurs nouveaux riches avec un vernis vinicole. Moins de monde mais sans doute plus d'affaires ?
Prowein : un aéroport international sans transit (par Paris pour Bordeaux), des hôtels et restaurants qui gardent des prix normaux.
Il y a peut être une demande d'efficacité qui n'est pas compatible avec les lourds diners tardif dans les châteaux ?

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents