Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2015 6 27 /06 /juin /2015 06:00
Le magicien-Autoportrait à 4 mains 1952 Magritte

Le magicien-Autoportrait à 4 mains 1952 Magritte

Le vin étant un produit culturel sur cet espace de liberté nous ne badinons pas avec les références : nous entrons dans le vif du sujet en citant du Levinas, Totalité et infini.

 

Est-ce que boire c’est manger ?

 

La réponse est assurément oui, car boire est essentiel à la vie mais boire du vin ne l’est pas sauf à replacer le plaisir au centre de l’acte de manger. Le fameux goût des choses qui est, dans l’homme physique, l’ « appareil au moyen duquel il apprécie les saveurs » selon Brillat-Savarin.

 

« Cette définition, loin d’en faire un sens que l’on pourrait séparer des autres, conduit aussitôt à affirmer la centralité du goût et à souligner le lien existant entre sa dimension physiologique et sa dimension cérébrale, mais aussi intellectuelle, culturelle, voire artistiques. Tous les sens sont sollicités dans la dégustation, comme en témoignent l’importance des impressions olfactives, rétronasales, somesthésiques et visuelles, mais aussi la texture des aliments et même le bruit qu’ils font quand on les croque et qu’ils craquent sous la dent. » comme le note Corine Pelluchon dans son très savant ouvrage Les Nourritures Philosophie du corps politique au Seuil.

Cette « morsure sur les choses » que l’acte de manger illustre de manière exemplaire : le grand voyage de la nourriture.

« Or ce qui excite le goût est certes la faim et la soif, mais également le souvenir du plaisir éprouvé à la dégustation de certains aliments et la recherche de ce plaisir, l’effort pour le rendre plus intense, plus délicat, voire pour le redoubler par le décor, la mise en scène ou les rites qui marquent le passage du plaisir de manger au plaisir de la table. »

 

Claude Lévi-Strauss dans « L’art de donner du goût » écrit que les hommes ont dû surmonter deux grands périls de leur existence alimentaire, « l’insuffisance de la nourriture et sa fadeur. Car il ne suffit pas de manger assez. Il faut, comme le proverbe français le dit excellemment, ne pas perdre « le goût du pain ».

 

Sans vouloir tirer la couverture à moi, et au point de vue de ceux qui considèrent la dégustation à l’aveugle des vins, qui plus est en une forme d’abattage stakhanoviste, comme une aberration qui débouche sur des notes chiffrées et des commentaires mécanisés.

 

Vivre, c’est vivre de… Bien manger, bien boire, c’est bien vivre… Un art de vivre, jeu des formes « celles-ci s’adressent à mon sentir dans ce qu’il a de plus personnel, de plus intime, et de plus universel, donnant lieu à une communication et un partage d’émotions qui peuvent s’exprimer par les mots, mais qu’ils ne sauraient épuiser, c’est-à-dire à une communion. Cette double référence, dans le goût, au corps et l’esprit, au palais et au jugement, explique que l’on puisse parler de nourritures terrestres et de nourritures spirituelles… »

 

Mais nous avons aussi un cerveau d’en-bas

 

Dans son best-seller en Allemagne Le charme discret de l’intestin Giulia Enders décrit avec humour et brio tout ce que dans notre corps relève de la terra incognita.

Cette « morsure sur les choses » que l’acte de manger illustre de manière exemplaire : le grand voyage de la nourriture.

« Mais que font nos organes toute la sainte journée ? Aucune idée, nous ne sentons rien de ce qui se passe. Mangeons par exemple une part de gâteau et voyons ce qui se passe : dans la bouche, nous percevons encore le goût et la consistance du gâteau et nous sentons encore les quelques centimètres qui interviennent au début de la déglutition, mais ensuite – pouf ! – la bouchée de gâteau se volatilise. À partir de là, la matière disparaît dans une sorte de trou noir, auquel la médecine a donné le nom très prosaïques de « muscles lisses ».

 

Les muscles lisses ne sont pas soumis au contrôle volontaire (…) Les sous-unités de muscles lisses forment un réseau entrelacés qui ondulent en vagues harmonieuses. Les muscles lisses enveloppent aussi nos vaisseaux sanguins (…) Le tube digestif sait s’entourer d’alliés efficaces : avec pas moins de trois couches de muscles lisses, il est extrêmement souple dans ses mouvements et peut exécuter des chorégraphies chargé de régler les pas et les figures de ces muscles, c’est le système nerveux viscéral ! »

 

Celui-ci à la particularité de faire sa vie sans rien demander à personne. « Le phénomène est unique dans le corps humain. C’est fascinant – et en même temps, on peut regretter qu’il soit impossible pour nous d’assister au travail de ces fibres nerveuses très émancipées. J’en conviens, un rot ou un pet n’ont peut-être rien de raffinés, mais sachez-le : les mouvements qui les induisent sont aussi élégants que ceux d’une danseuse étoile. »

 

Affaire à suivre dans le grand voyage de la nourriture dans une prochaine chronique…

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents