Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2015 5 29 /05 /mai /2015 06:00
The Hallelujah Trail : le combat d’une ligue de tempérance contre l’eau-de-feu et des Sioux se murgeant au Pol Roger

Se payer une semaine de claustration à la maison pour cause de cordes vocales en capilotade ça a du bon car ça permet, entre 2 grogs, de s’envoyer dans la musette quelques westerns de derrière les fagots. Ça ne prend pas la tête et la mine est inépuisable. Ainsi j’ai découvert The Hallelujah Trail de John Sturges, réalisateur des Sept Mercenaires, sorti sur les écrans en 1965.

 

Bonne pioche : Télérama n’aime pas, western poussif, donc c’est que du bon… même si ce n’est pas un chef d’œuvre…

 

Un Burt Lancaster, colonel des tuniques bleues, grand seigneur débonnaire, légaliste et fataliste, porté sur le whisky, flanqué de sa jeune et jolie fille grande admiratrice d’une énergique jeune veuve patronne d’une ligue de tempérance, adepte des bains en plein désert, Lee Remick toujours bien maquillée et bien coiffée en toute circonstance.

 

Le scénario est d’une grande simplicité : « Denver, en 1867. L'hiver approche alors que les stocks de whisky et de champagne de la ville sont presque épuisés. Le ravitaillement de la clientèle doit être assuré et l'on décide de faire venir un convoi spécial de quarante chariots de Julesburg… »

 

Le convoi est placé sous les ordres de Frank Wallingham, un homme capable de déjouer tous les dangers. Mais Frank et son équipe doivent faire face à plusieurs menaces : d'une part les Indiens qui, très avides d'«eau de feu», rêvent de s'emparer du chargement. D'autre part, une certaine Cora Templeton Massingale, qui dirige avec énergie une ligue anti-alcoolique... et enfin la milice des mineurs de Denver venue à la rescousse qui n’entend pas se retrouver au régime sec.

 

Bien sûr, l’armée va se retrouver au milieu de la mêlée et c'est à Burt Lancaster chef de cavalerie de gérer tout ce petit monde et d'amener le convoi à bon port.

The Hallelujah Trail : le combat d’une ligue de tempérance contre l’eau-de-feu et des Sioux se murgeant au Pol Roger

Le très sérieux John Sturges s'essayait donc au western comique avec ce délirant The Hallelujah Trail. énorme pastiche des grandes épopées de l'Ouest à la John Ford, Hawks ou le Convoi de Femmes de Wellman.

 

Je dois avouer que, même en dépit de longueurs, ça fonctionne assez bien car les divers protagonistes sont tous plus délirants les uns que les autres : Lee Remick est habitée et tellement femme, Donald Pleasence totalement allumé en Oracle à la clairvoyance développée par le whisky, Martin Landau en chef sioux particulièrement déjanté, et Brian Keith le propriétaire accompagnant sa cargaison tout en excès en caricature de républicain capitaliste réactionnaire.

 

Bref, je ne me suis pas ennuyé.

 

Rassurez-vous je n’ai pas décidé de me reconvertir dans la critique cinématographique. Si je vous parle de ce film c’est que dans la scène finale ce n’est pas l’habituelle « eau-de-feu » qui est à l’honneur dans les chariots mais de belles et grandes caisses bois de champagne : estampillées Pol Roger et Gosset. (Voir dans la vidéo de la bande annonce).

The Hallelujah Trail : le combat d’une ligue de tempérance contre l’eau-de-feu et des Sioux se murgeant au Pol Roger

Les Sioux découvrent, avec surprise, en ouvrant les caisses ces étranges bouteilles aux bouchons qui pètent et dont les goulots projettent une drôle mousse… Breuvage à haute température, celle du désert, pétillant, y’a pas à dire ça vaut toutes les master-class de B&D, c’est plus hilarant.

 

Le champagne toujours une longueur d’avance, ce malheureux Hubert n’a vraiment rien inventé et d’ailleurs il n’y aurait rien de très drôle à voir des Indiens se siffler une rasade d’Angélus en plein désert.

 

Un film à projeter lors du prochain Vino Bravo en présence des hautes instances de Vin&Société : en effet tout à la fin la belle Lee Remick jette aux orties sa tempérance pour s’adonner aux joies de l’amour avec son beau colonel. Qui pourrait résister à un Burt Lancaster ?

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

OVER 29/05/2015 08:35

On ne compare pas Burt Lancaster à Laurel et Hardy , surtout au niveau du sex appeal, même les filles de joie oublient leur tiroir caisse....Mais se rattrappent avec les biftons de notre charmant duo.
Je sais, la vie est injuste.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents