Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2015 5 29 /05 /mai /2015 13:53
La Pentecôte de Denis Saverot boss de la RVF qui surfe sur les mots « 7 cuvées d’auteur issues de cet esprit naturel qui souffle sur le vignoble français »

Mea culpa, mea maxima culpa... Denis Saverot bat sa coulpe, celle d’un peu tout le monde, loin des bio-cons de la maison d’en face qui va dégainer son Magnum.

 

« Comment l’essentiel du vignoble a-t-il pu le refuser si longtemps ? On reste pantois devant les erreurs accumulées dans les années 60, 70 et 80. Un aveuglement collectif. Pour produire davantage en dormant plus tranquilles, beaucoup de vignerons se sont mis à planter des clones ultra-productifs, cultivés à grands coups de traitements chimiques. Et la plupart des critiques, les clients même, ne voyaient rien, ou si peu. Les ravages ont été considérables : la dégustation des crus des années 70, robe orangée et palais sec et décharné, en témoigne. Et que dire des atteintes sévères à la santé des vignerons manipulateurs de produits phytosanitaires ? »

 

Il se tortille un peu le Denis, voir ICI, bio dans les vignes, biodynamie, vin bio, et il esquive le débat de chiffonniers sur le « vin naturel » cher à l’Antonin pour l’introduire par la porte du Jeu de Quilles, restaurant hautement naturiste.

 

« Aujourd’hui, on est émerveillé par la qualité du travail accompli. J’ai l’autre jour pu le vérifier à la table d’hôtes du Jeu de Quilles…

 

Des blancs séveux et digestes, des rouges subtils et nuancés. Sept cuvées d’auteur issues de cet esprit naturel qui souffle sur le vignoble français, sept vins envoûtants, profonds et tellement digestes.

 

En sortant rue Boulard, dans la nuit de Paris, l’on était fier de mesurer la formidable énergie gourmande du vignoble français. »

La Pentecôte de Denis Saverot boss de la RVF qui surfe sur les mots « 7 cuvées d’auteur issues de cet esprit naturel qui souffle sur le vignoble français »

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

pphilippe 24/06/2015 16:09

Oui Alain, le vin nature raté ne dure que le temps de le vider dans l'évier.
Mais le vin boosté à grand renfort de béquille chimique il dure lui, il dure comme les denrées irradiées parce que trop fragiles pour affronter le soleil et le temps.
Le vin nature n'existe pas, il est "le fruit du travail des hommes" comme la Vénus de Milo ou une chanson de Bob Dylan ... abrazo

Le Taulier pour un vigneron 30/05/2015 19:06

Saverot est grotesque. Ce qui m’amuse, c’est qu’il vient de rendre réel ce que j’avais dit à Pétronio il y a 3 ou 4 ans : que la RVF, étant passée à côté de tout, était obligée de faire de la retape pour regagner sa crédibilité. Là, ce n’est plus de la retape, c’est du racolage.

Alain Leygnier 30/05/2015 08:14

Je signale la parution de "Vins natures : de l'utopie à la réalité" (Féret), par l'œnologue-conseil Nicolas Guichard. Ce petit livre remet les choses en place quand s'installe une manière de terrorisme intellectuel qui interdit l'appréciation critique des vins dits, "naturels", fondés sur l'idée implicite que la nature est bonne en soi, ce dont doutent probablement les Népalais. 1 Le seul produit naturel de la vigne, c'est la vinaigre. 2 Le vin naturel est un oxymore, il n'existe que par la volonté des hommes. 3 Produire un vin sans chimie passe par un certain nombre de techniques dont le non-respect conduit à la catastrophe. "Le vin nature "raté" continue, lui à s'appeler vin quant il ne lui en reste pratiquement plus aucune qualité (...) (p. 8). "On voit circuler des vins se disant authentiques, mais qui sont en réalité des échecs techniques, pour ne pas dire de véritables escroqueries" (p.67). Cet ouvrage décapant va sans doute susciter l'habituelle marée de réactions indignées.

jean-yves bizot 31/05/2015 09:54

De l'utopie à la réalité. Du rêve au concret. La démarche repose moins sur une hypothétique bonté de la nature - il n'y a pas besoin d'interroger un Népalais pour savoir que ce n'est pas vrai - que sur l'idée que l'on peut faire autrement. C'est pourquoi la démarche est intéressante : c'est une exploration d'autres chemins. Après, oui, il y a de la casse. Mais le rêve est là, et même s'il se casse un peu les dents sur la réalité, il permet des avancées. Je ne vois là aucun terrorisme intellectuel. Ou alors que dire de l'attitude inverse ?

JACQUES BERTHOMEAU 30/05/2015 09:32

J'ai rarement vu un pharmacien ne pas défendre son épicerie... Un vin qui circule doit être loyal et marchand et s'il trouve des clients les écrits des chimistes modernes ne sont que leurs écrits et leur intérêt est de peu d'importance. Les vins nature dit ratés ne durent que le temps de les voir disparaître. En revanche la grosse cavalerie des vins de rien elle continue son bonhomme de chemin pour le plus grand bénéfice des œnologue-conseil et des vendeurs de tout...

patrick axelroud 30/05/2015 07:00

Pourquoi la soit disant résistance faiblit ? Une des explications selon mon bon caviste colliourenc " Vins d'auteurs " ( ou l'on retrouve les vins de la Coume Majout et du Clos des Fées ) est que pour conquérir de nouveaux marchés, Canada,Pays Scandinaves, par exemple, tous sous monopole d'état cela n'est possible qu'avec, au minimum une certification bio pour les nouveaux et une ferme incitation à s'y mettre pour les grands noms encore réticents .

OVER 29/05/2015 15:31

C'est tout à l'honneur de la RVF, de reconnaître la qualité du vignoble bio dans l'hexagone et le plaisir qu'apporte ces vins à la dégustation.
D'autres seraient bien inspirés d'aller consulter longuement Docteur Freud en lui offrant un magnum pour la première visite. Ceci dit tout est dans le titre...

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents