Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2015 7 10 /05 /mai /2015 08:00
CHAP.15 opération Chartrons, Emmanuel Todd un faux petit dur au service d’une science molle ou  le triomphe du prêt-à-penser médiatique

Dans une vie, il est des instants de grâce, de pure émotion, qu’il faut vivre intensément, sans concession. Il pleut mollement sur les Lilas ce lundi soir, je vais au cinéma. Aux portes de Paris la banlieue draine ses banlieusards, les aspire, les digère pour mieux les scotcher à leur télé. Engloutis les Lilas du poinçonneur, rayés de la carte celui des guinguettes, emmurés sous la chape de béton recouvrant l’infatigable serpent qui se mord la queue, ce périphérique boulevard fossoyeur lui aussi des boulevards de ceinture chers à Modiano, longue litanie de maréchaux d’Empire. Elle arrive. Apnée absolue, mon cœur frise l’implosion, aérienne et belle, elle nous rejoint. Que du bonheur engrangé, thésaurisé, que nul ne pourra me voler. Jamais je ne me suis senti aussi léger, investi, envahi, libéré. Sous la pleine lune la pluie s’égoutte, le barbecue crépite, nous formons des grappes sous les auvents secoués par la bourrasque, nous mangeons des frites, buvons, dansons. Le noyau dur d’entre nous finira Passage des Panoramas. 5 heures, un café ouvre ses portes, nous rentrons fatigués et heureux.

 

Le petit matin blême me ramène à Modiano, sa quête du père…

 

« C'est à dix-sept ans que je l'ai rencontré pour la première fois. Le surveillant général du collège Saint-Antoine, de Bordeaux, est venu me prévenir qu'on m'attendait au parloir. Un inconnu à la peau basanée, au costume de flanelle sombre et qui se leva lorsqu'il m'aperçut.

 

- Je suis votre papa...

 

Nous nous sommes retrouvés dehors, par un après-midi de juillet qui marquait la fin de l'année scolaire.

 

- Il paraît que vous avez réussi votre baccalauréat ?

 

Il me souriait. J'ai jeté un dernier regard sur les murs jaunes de l'internat où j'avais moisi huit ans.

 

Si je fouille plus loin dans mes souvenirs, que vois-je ? Une dame aux cheveux gris à laquelle il m'avait confié. Cette personne tenait avant la guerre les vestiaires du Frolic's (un bar, rue de Grammont) et s'était retirée à Libourne. C'est là, dans sa maison, que j'ai grandi.

 

Ensuite le collège, à Bordeaux.

 

Il pleut. Mon père et moi nous marchons côte à côte, sans dire un mot, jusqu'au quai des Chartrons où habitent mes correspondants, les Pessac. (Ils appartiennent à cette aristocratie des vins et du cognac dont je souhaite le déclin rapide.) Les après-midi passés chez eux comptent parmi les plus tristes de ma vie, et je n'en parlerai pas. Nous gravissons l'escalier monumental. La bonne vient nous ouvrir. Je cours jusqu'au débarras où je leur avais demandé la permission de laisser une valise remplie de livres (romans de Bourget, de Marcel Prévost ou de Duvernois, strictement interdits au collège).

 

J'entends tout à coup la voix sèche de M. Pessac : « Que faites-vous ici ? » II s'adresse à mon père. Me voyant la valise à la main, il fronce les sourcils : « Vous partez ? Mais quel est ce monsieur? » J'hésite, puis je bredouille : « mon père ! » Visiblement, il ne me croit pas. Soupçonneux : « Si je comprends bien, vous partiez comme un voleur? » Cette phrase s'est gravée dans ma mémoire car nous ressemblions, en effet, à deux voleurs pris en flagrant délit. Mon père, devant ce petit homme à moustaches et veste brune d'intérieur, restait muet Het mâchonnait son cigare pour se donner une contenance. Moi-même, je ne pensais qu'à une chose : déguerpir le plus vite possible. M. Pessac s'était tourné vers mon père et le considérait avec curiosité. Sa femme apparut sur ces entrefaites. Puis sa fille et son fils aîné. Ils restaient là, à nous observer en silence, et j'eus le sentiment que nous nous étions introduits par effraction dans cet intérieur bourgeois. Quand mon père fit tomber la cendre de son cigare sur le tapis, je remarquai leur expression de mépris amusé. La jeune fille pouffa de rire. Son frère, blanc-bec boutonneux qui affectait un « chic anglais » (chose courante à Bordeaux), lança d'une voix perchée : « Monsieur voudrait peut-être un cendrier?... -Allons, François-Marie, murmura Mme Pessac. Ne soyez pas grossier. » Et elle avait articulé ces derniers mots en regardant mon père avec insistance, comme pour lui faire comprendre que ce qualificatif s'adressait à lui.

 

M. Pessac conservait son flegme dédaigneux. Je crois que ce qui les avait indisposés, c'était la chemise vert pâle de mon père. Face à l'hostilité manifeste de ces quatre personnes, il ressemblait à un gros papillon pris au piège. Il tripotait son cigare et ne savait où l'éteindre. Il reculait vers la sortie. Les autres ne bougeaient pas et jouissaient sans vergogne de son embarras. Tout à coup, j'éprouvai une sorte de tendresse pour cet homme que je connaissais à peine, me dirigeai vers lui et dis à voix haute : « Monsieur, permettez-moi de vous embrasser. » Cela fait, je lui pris son cigare des doigts et l'écrasai consciencieusement sur la table de marqueterie à laquelle Mme Pessac tenait tant. J'ai tiré mon père par la manche.

 

- Ça suffit comme ça, lui ai-je dit. Partons.

 

Nous passâmes à l'hôtel Splendid où l'attendaient ses bagages. Un taxi nous conduisit gare Saint-Jean. Dans le train, il y eut entre nous l'ébauche d'une conversation. Il m'expliqua que ses « affaires » l'avaient empêché de me donner signe de vie, mais que nous allions désormais habiter ensemble à Paris, et ne plus nous quitter. Je bredouillai quelques mots de remerciements. « Au fond, me dit-il à brûle-pourpoint, vous avez dû beaucoup souffrir... » II me suggéra de ne plus l'appeler « Monsieur ». Une heure s'écoula dans un parfait silence et je déclinai l'invitation qu'il me fit de l'accompagner au wagon-restaurant. Je profitai de son absence pour fouiller la serviette noire qu'il avait laissée sur la banquette. Elle ne contenait qu'un passeport Nansen. Il portait bien le même nom que moi. Et deux prénoms : Chalva, Henri. Il était né à Alexandrie, du temps - j'imagine - où cette ville brillait encore d'un éclat singulier.

 

Quand il revint dans le compartiment, il me tendit un gâteau aux amandes - geste qui m'émut - et me demanda si j'étais bien « bachelier » (il prononçait « bachelier » du bout des lèvres, comme si ce mot lui-inspirait un respect craintif). Sur ma réponse affirmative, il hocha gravement la tête. Je me risquai à lui poser quelques questions : pourquoi était-il venu me chercher à Bordeaux ? Comment avait-il pu retrouver ma trace ? Pour toute réponse, il se contentait de gestes évasifs ou de formules telles que « Je vous expliquerai... », « Vous verrez », « La vie, vous savez... ». Après quoi il soupirait et prenait une attitude pensive.

 

Paris-Austerlitz. Il marqua un temps d'hésitation avant de donner son adresse au chauffeur de taxi. (Il nous est arrivé, par la suite, de nous faire conduire quai de Grenelle alors que nous habitions boulevard Kellermann. Nous changions si souvent d'adresse que nous les confondions et nous apercevions toujours trop tard de notre méprise.) Pour l'heure, c'était : square Villaret-de-Joyeuse. J'imaginai un jardin où le chant des oiseaux se mêlait au bruissement de fontaines. Non. Une impasse, bordée d'immeubles cossus. L'appartement se trouvait au dernier étage et donnait sur la rue par de curieuses fenêtres en forme d'œil-de-bœuf. Trois pièces, très basses [82] de plafond. Une grande table et deux fauteuils de cuir fatigué composaient le mobilier du « salon ». Les murs étaient tendus d'un papier peint aux dominantes rosés, imitation des toiles de Jouy. Une grosse suspension en bronze (mais je ne suis pas sûr de ma description : je ne fais pas très bien la différence entre l'appartement du square Villaret-de-Joyeuse et celui de l'avenue Félix-Faure, que nous sous-louèrent un couple de rentiers. Dans l'un et l'autre flottait la même odeur fanée). Mon père me désigna la plus petite chambre. Un matelas, à même le sol. « Excusez-moi du manque de confort, dit-il. D'ailleurs nous ne resterons pas longtemps ici. Dormez bien. » Je l'entendis marcher de long en large pendant des heures. Ainsi commença notre vie commune. »

 

Mon effarement, face au bal des fausses gloires médiatiques : Onfray, Finkielkraut, Zemmour, et maintenant Emmanuel Todd, est tel que j’ai des envies de faire à nouveau le coup de poing comme au bon vieux temps contre les fachos de la Fac, tout au moins de leur clouer le bec, de leur fermer la gueule tant il sature l’espace. Ce prêt-à-penser hautain, fondé sur des outils soi-disant scientifiques, me donne envie de gerber. Comment en sommes-nous arrivés à un tel point d’exhibitionnisme d’une pseudo-classe intellectuelle. Nous ne sommes pas des abrutis, nous sommes capables de penser par nous-mêmes, au nom de qui prennent-ils, pour la confisquer, la parole ? De leur part de voix, du niveau de leur bruit médiatique, autant de flux futiles qui iront rejoindre le grand bassin déversoir de l’insignifiance. Mépris.

 

Joseph Macé-Scaron de Marianne n’est pas de mes amis mais sur Todd il a trempé sa plume dans la meilleure encre qui fut :

 

« S'il est vrai que l'on a les intellectuels que l'on mérite, la France de 2015 a de quoi s'inquiéter. Le péan entonné par la médiasphère à la gloire du nouveau libelle* d'Emmanuel Todd en est la preuve. Le grand chelem médiatique a été offert à ce « savant » qui nous explique, chiffres, courbes, diagramme et cartes à l'appui, que défendre la République, c'est, somme toute, être raciste et n'avoir pour toute référence que les Maurras, Déroulède et Xavier Vallat du nationalisme intégral.

 

Incroyable, mais Todd a osé ! Il a trouvé cette idée brillante à la façon de ces enfants qui jouent dans le sable, déterrent une vieille godasse et la brandissent comme un trophée de guerre : le 11 janvier, nous étions venus spontanément dénoncer des assassinats et rendre hommage aux victimes, sans nous rendre compte, têtes en l'air que nous étions, que nous faisions du pétainisme. Nous pensions pour la plupart témoigner de notre chagrin, mais dans notre aveuglement émotif nous n'avions pas remarqué que nous étions en train de « mettre en danger les Français juifs en maltraitant les Français musulmans ».

 

L’exécution est radicale et salutaire ICI

 

Lire ausi : "Qui est Charlie": le point de vue de Valls est-il scandaleux?

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Roman
commenter cet article

commentaires

patrick axelroud 10/05/2015 10:01

Je ne suis pas CHARLIE, ou plutôt je suis CHARLIE depuis toujours ( abonné par soutien je reste lecteur au numéro par fidélité aux kiosquiers. Comme beaucoup j'ai répondu aux appels au peuple quand ils étaient au bord du gouffre tout en les engueulant de leur brouille avec SINE qui ,lui aussi, tendait la main pour poursuivre l'aventure de SINE MENSUEL et par la nous obligeant à donner 2 fois.) Pourtant je n'ai pas manifesté le 11 janvier. Je me méfie du compassionnel que je comprends mais qui m'afflige. Je me souviens trop de " Touche pas à mon pote " de la France " Black,blanc,bleu "
Or ou en est on aujourd'hui ? Qu'est ce qui a changé ? Ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain. Il y a certainement des choses à reprocher à TODD ( comme à ONFRAY ) Mais il y a aussi du vrai dans ce qu'ils disent ou écrivent et les mettre sur le même plan que Zemmour c'est aller un peu vite et se montrer aussi superficiel que leurs détracteurs leurs reprochent , entre autre ,à ces deux "Intellectuels"
Ce qu'écrit TODD devrait cependant nous interroger sur notre part de responsabilité dans ce qui aujourd'hui apparait comme LE problème de l'Islam et le n'importe quoi qui est écrit autour. Nous interroger aussi sur , au regard du vacarme du 11 janvier, "le silence" qui à suivi les assassinats de Montpellier.( Illustration du propos de Jean ANOUILH qui disait qu'un couvreur qui tombe d'un toit n'intéresse personne alors que si le malheureux entraine 40 collègues dans sa chute il fera la une de la presse ) Il y avait d'autre réponse à apporter à TODD en ce qui concerne l'antisémitisme endémique français ( jusque dans ma si bourgeoise et respectable famille)pourtant malheureusement évident, en rappelant simplement l'attitude de tous ces français anonymes et ces 3550 Justes devant Les Nations reconnus par Yad Vashem qui ont ainsi sauvé les 3/4 de juifs de France. Comme toujours essayons de terminer moins gravement en évoquant un proverbe juifs qui devrait remettre chaque chose à sa place et ouvrir un vrai débat. " Si tu es d'un avis est que ton voisin est d'un avis contraire tu as peut être raison mais il n'a pas forcément tort.Si tu es d'un avis est que quelques voisins sont d'un avis contraire tu as peut être raison mais ils n'ont pas forcément tort.Si tu es d'un avis est que tout le monde est d'un avis contraire tu as certainement raison car s'il y avait autant de sage dans le monde, cela se saurait depuis longtemps.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents