Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 07:00
La stratégie du démonte-pneu ou du pic à glace : la critique du vin dans tout son déclin…

Conjugué avec la montée en puissance de l’Internet le modèle Parker a fait et continue de faire des ravages dans le petit monde de la critique du vin. Elle court, elle court derrière ses clients de plus en plus fuyants car ils trouvent leur bonheur ailleurs.

 

La critique fait vendre ?

 

La critique : un vecteur de notoriété ?

 

Cinéma, livres, musique, peinture, sculpture, mode… une bonne critique ne saurait nuire à la notoriété du réalisateur, de l’auteur, du compositeur, du chanteur, du créateur. Pour autant est-ce que ça fait vendre ? Oui, ça arrive mais une pluie de bonnes critiques n’est pas toujours le gage du succès, il arrive même que le bouche à oreille soit bien plus efficace.

 

L’efficacité d’une critique tient beaucoup à la notoriété de son signataire et à la puissance du média dans laquelle elle est publiée. Nul besoin de vous faire un dessin.

 

Pour le grand public le critique est, si je puis m’exprimer ainsi, un lecteur supérieur, quelqu’un à qui on accorde du crédit. Comme le téléspectateur moyen vecteur d’audimat, lui accorde du crédit il est invité dans les médias de grande audience. Comme on dit c’est un animal médiatique, il sait tout sur tout : Zemmour, Onfray en sont de bons exemples.

 

Pour le vin, produit consommable par destruction mais qui peut aussi être acheté pour être stocké en vue de faire du pognon, dans notre vieux pays François, hormis le Parker susdit, aucun de ces éléments ne sont réunis. Seule exception Jacques Dupont salarié par le quotidien national Le Point.

 

Sauf qu’y prolifèrent les dégustateurs supérieurs.

 

Ça me fait toujours penser aux défunts VDQS et au Bordeaux Supérieur, seule appellation française dotée de ce qualificatif.

 

Eux savent !

 

Alors, ils battent la campagne en proclamant « laissez venir à nous ces pauvres vignerons esseulés pour que nous leur conférions la notoriété qui leur fait défaut… »

 

C’est beau comme le peloton du Tour de France vu d’en haut : reste qu’au final les gagnants se comptent sur les doigts des deux mains et que jusqu’ici le gagnant c’était l’éditeur du guide ou de la revue.

 

Mais la situation évolue à la vitesse grand V.

 

Tout d’abord, parce que le vigneron esseulé, qui sait aussi compter, s’est aperçu que l’échange entre le dégustateur supérieur et lui, simple numéro dans une dégustation de masse, était bien inégal.

 

C’est la loi du genre, perdu entre les pages d’un gros guide, une simple note sur 20, un commentaire lapidaire et le tour était joué. Pas sûr que ça gonflât les ventes et ajoutât à la notoriété. Mais bon, faute de grives on bouffait des merles.

 

À propos de notoriété, nos grands dégustateurs supérieurs soignent aussi, et en priorité, la leur par une stratégie du coucou : ils se ruent aux Primeurs de Bordeaux pour nous informer disent-ils ! Certains se font même pressants dans leur demande d’abonnement pour accéder à leur jus de crâne.

 

Notons en passant, que certains d’entre eux ne dédaignent pas, loin de la masse, de déguster en privé dans les châteaux de forte renommée. D’ailleurs, afin de trier le bon grain de l’ivraie, des propriétaires stars se refusent à ouvrir leurs portes aux critiques ne pratiquant pas l’encens.

 

Critiquer c’est comparer nous disent les dégustateurs supérieurs !

 

Là, nous entrons dans la plus belle flagornerie de la critique du vin. Que je sache on aime 1 livre, un film, un vêtement, pour lui-même, parce qu’il correspond à notre sensibilité, à nos envies du moment, à notre culture. Bien sûr ensuite rien n’interdit d’établir une échelle de valeurs entre les auteurs. Mais, la curiosité intellectuelle commande de choisir, non parce que machin est supérieur à trucmuche, mais pour une foultitude de raisons, y compris l’opinion de critiques, puis de se faire une opinion personnelle sur la base des qualités intrinsèques de l’œuvre.

 

De plus, est-il vraiment pertinent de nous faire accroire que notre choix est facilité lorsque l’échelle des notes est si resserrée qu’on est en droit de se demander si le jeu en vaut vraiment la chandelle ?

 

Au demi-point près laissez-moi me gondoler !

 

Après tout le goût du dégustateur n’est que le sien et même s’il fait de la dégustation à l’aveugle l’alpha et l’oméga de son objectivité il n’en demeure pas moins vrai qu’il peut se bâtir une stratégie de notation qui lui évite d’estropier trop gravement ceux qui pourraient devenir ses clients : publicité ou « vignerons si êtes dans mes petits papiers vous serez honorés de mon invitation à mon beau salon… »

 

À ce propos je souligne que les autres critiques ne lisent pas un livre, ne visionnent pas un film, à l’aveugle, ils n’en sont pas aux jaquettes neutres ou au film sans générique… leur part de subjectivité est assumée et c’est ce qui fait la beauté de la critique.

 

La critique est nécessaire mais elle doit se garder d’une trop grande proximité avec ceux qui la nourrisse.

 

Pour le vin, la faiblesse économique de ses médias, la fin programmée des guides papier, le peu d’audience des blogs, l’omniprésence d’une communication lisse et redondante : « Ha ! Qu’il est beau mon millésime » via l’interprofession de service, les nouveaux comportements des acheteurs via la consultation d’informations la Toile, l’irruption de cavistes qui retrouvent les fondamentaux du vrai commerce de proximité, font que, certes ce n’est pas le Titanic, mais les dégustateurs supérieurs perdent petit à petit leur pouvoir et contemplent leur lent naufrage essayant, en vain, de ne pas se mouiller les pieds.

 

Je comprends aisément que toute perte de monopole soit ressentie comme une injustice, surtout lorsque des manants, des va-nu-pieds, des vignerons même, viennent troubler les règles du jeu. C’est une vraie douleur. Alors, reste plus pour les dégustateurs supérieurs qu’à aller voir ailleurs : la Chine la Chine, pourquoi pas, et, sur notre beau terroir François, à pratiquer « La stratégie du démonte-pneu ou du pic à glace » pour surnager et alimenter la pompe de leur petite entreprise.

 

Mais n’est pas ONFRAY qui veut !

 

J’adore Raphaël Sorin l’érecteur de Houellebecq.

 

Il vient de commettre une critique qui, avec un talent roboratif, à propos d’ONFRAY, LE PHILOSOPHE DÉMONTE-PNEU est un exemple dont devrait s’inspirer nos dégustateurs supérieurs à la plume triste lorsqu’elle n’est pas serve.

 

« On dira que l’époque a les penseurs qu’elle mérite, écrit Sorin, démonte-pneu ou pic à glace, la philo nouvelle, encouragée par des médias irresponsables, n’a pas fini de faire saigner l’intelligence. »

 

L’écriture de cette chronique a été motivée, suite aux réactions de dégustateurs supérieurs méconnus, à la publication sur mon espace de liberté de la prise de paroles de 2 vignerons à l’attention de Michel Bettane : Olivier de Moor et Jean-Yves Bizot. Je précise que celui-ci s’est contenté d’échanger en privé, ce qui est son droit que je respecte, avec ses 2 interlocuteurs.

 

NB. Je n’inclus pas dans la catégorie des dégustateurs supérieurs le cireur de pompes qui, comme d’ordinaire, cire celles de son boss.

 

Pour ma part je signale que je ne suis ni journaliste, ni dégustateur supérieur, simplement 1 consommateur-acheteur de vin qui regarde au-dessus de son verre. Dernier détail pour ceux qui me disent qu’eux, ils font, et que moi je ne fais qu’écrire, j’ai en 3 années à la SVF vendu plus de vins de toute provenance et de tout statut que la plupart d’entre-eux.

 

Y’a pas de sot métier, il n’y a que des sots.

 

J’ai choisi pour illustrer cette chronique une caricature de critiques gastronomiques en provenance de nos cousins du Québec pour 2 raisons : j’aime le français de la belle province et parce que la critique gastronomique est encore pire que celle du vin…

 

Au dernière nouvelle « J'ai trouvé comment devenir riche! » Un sommelier fait payer les vignerons pour ses notes de dégustation... 

 

Et en BONUS CECI

La stratégie du démonte-pneu ou du pic à glace : la critique du vin dans tout son déclin…

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Hervé Lalau 15/04/2015 16:42

Jacques, je me permets de signaler que voici deux ans, j'ai déjà eu l'occasion de m'intéresser à la stratégie commerciale de Tasted et de son sommelier Andreas Larsson.
Voici le lien pour ceux que ça intéresse (c'est peut-être utile pour remettre dans son contexte)
http://hlalau.skynetblogs.be/archive/2013/02/18/quand-tasted-fait-venir-andreas-larsson-en-champagne.html
Par ailleurs, j'aime bien ton commentaire sur les demi-points aux Primeurs - je n'avais jamais pensé à ça sous cet angle, et outre les autres raisons qui font que je n'y vais pas (notamment le fait de déguster des vins non faits), c'est un point important.

Enfin, et ce n'est pas de la fausse modestie, mais personnellement je n'ambitionne pas vraiment à faire partie de la "catégorie supérieure" de la critique en vin,ni de "faire" le marché, ni même d'influencer le goût des gens. Mes articles, je les vois plutôt comme une aide au lecteur, au buveur un tant soit peu curieux; il ne s'agit certainement pas d'imposer, mais de rendre compte, de représenter les amoureux du vin aux dégustations auxquelles ils ne peuvent assister, de lui parler des vignobles qu'il n'a pas souvent l'occasion de visiter, de faire passer quelques émotions, de dénicher de nouveaux talents, et puis remettre le vin dans un contexte plus large, culturel, gastronomique, etc. Enfin, c'est ma manière de le voir et elle a l'avantage de m'avoir permis de garder un tour de tête acceptable. Tout ça pour te dire, Jacques - mais je pense que tu le sais bien, qu'il y a de tout parmi les journalistes et critiques en vin.

Michel Smith 15/04/2015 09:11

Juste un petit point de détail sans grande importance : il existe au moins une autre appellation "supérieure" en France, les (moelleux) Graves Supérieures. Voir ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Graves-supérieures. Un peu comme dans les Corbières des PO qui dans les années 50 furent un temps Corbières Supérieures.

pphilippe 15/04/2015 08:20

Bonjour
A lire l'excellent bouquin de Jean Luc Fernandez :
"La critique vinicole en France. Pouvoir de prescription et construction de la confiance"

http://aof.revues.org/297

- A ceci près que l'inégalité face à l'information qui existait à l'époque entre le consommateur, le critique et le producteur a explosé depuis que l'information circule dans les réseaux. Ces derniers permettent aux informations de circuler directement de consommateur à consommateur, ou de producteur à consommateur, une sorte de Peer to Peer de la critique vinicole.
La notoriété ne se construit donc plus de la même manière, elle est plus ciblée, chaque vin s'adresse à des tribus, ou groupes de consommateurs attachés à des valeurs identiques, avec des réseaux commerciaux spécifiques.

olivier de moor 15/04/2015 08:12

Bonjour Jacques, et bonjour à tous,

Le dernier lien est super: "Un ennemi du peuple" de Ibsen. C'est aussi la question, celle que j'ai posée. Alors que les critiques n'invoquent que leur droit de jugement sur le vin. Rien que sur le vin.
Point d'animosité, ni d'acrimonie. " faites montez l'aventure au dessus de la ceinture"; "je passe pour une caravane pour un chien qui n'en démord pas"; " Mensonge aux foules assagies dans une gigantesque hémorragie dans laquelle plus personne ne réagit Bel opium du peuple devenu simple tabagie"...

Dernier salon, à Sestre Levante: trop proche pour ne pas aller dans le Cinqueterre. Cinq villages multicolores à flanc de montage plongeant dans la mer. L'accès en voiture est interdit pour la protection du site. On s'y rend à pied. De loin c'est magnifique avec ce bleu vert turquoise, ces citronniers et ces orangers qui portent encore leurs fruits, et cette vigne en pergola qui dans bien des cas n'est même pas alignée. J'ai horreur des alignements :-). C'est superbe sauf que sur les bords de sentier vous avez des détritus partout et la vigne est dans une zone FD ce qui oblige à sa protection pour sa survie. Précision en pergolata, elle pousse seule. Les dernières plantations en rang pour plus "d'aisance" dans ce travail de fou doivent être irriguées.

Considérer le vin seul, c'est comme voir une carte postale de cette cote ligure. Au 500 mm.

Je ne dénonce rien, je veux uniquement que nous nous donnions les moyens de résoudre les problèmes.

Bonne journée

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents