Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 00:09
Le donneur de recettes adore les poissons droitiers comme les poissons gauchers et il n’en fait pas tout un plat
Le donneur de recettes adore les poissons droitiers comme les poissons gauchers et il n’en fait pas tout un plat

Je suis droitier mais ambidextre sur le clavier, ne pratique jamais le ni-ni en politique, ai toujours pensé que le centrisme était un simple cache-sexe pour les mous et comme le soutenait, à contre-courant, dès 1954 dans son livre La Droite en France, René Rémond, je crois toujours que la dualité gauche/droite structure la vie politique française, que la droite comme la gauche est plurielle, que la droite est composée de trois familles nées de la Révolution : le légitimisme droite contre-révolutionnaire, l’orléanisme droite libérale et le bonapartisme droite césarienne. La gauche, depuis la scission du Congrès de Tours, pendant très longtemps se scindait en communiste et non-communiste, cette dernière, après un long temps d’émiettement, s’assemblait autour du PS avant que l’émergence des extrêmes menace son leadership. Le même phénomène menace la droite traditionnelle, avec la renaissance et la montée en puissance du FN héritier du nationalisme et populisme qui avait pris corps, dès 1882, dans le mouvement antisémite, xénophobe, antidreyfusard. Rien de nouveau sous le soleil d’Austerlitz !

Le donneur de recettes adore les poissons droitiers comme les poissons gauchers et il n’en fait pas tout un plat

Tout ça pour vous causer des poissons plats droitiers et gauchers.

 

Dans les océans et les mers, comme en Angleterre et sur le continent, il est des poissons qui conduisent à gauche et d’autres à droite. Je plaisante à peine, en effet si l’on observe attentivement certains d’entre eux, on voit que les soles donnent toujours l’impression de regarder à droite, tandis que d’autres, semblent regarder à gauche.

 

Pourquoi ?

 

Tout simplement parce que leurs yeux changent de place.

 

« Ces poissons naissent comme les autres, avec une symétrie bilatérale verticale et donc un œil de chaque côté de la tête. Mais quand le jeune poisson plat atteint de 1 à 2 cm de long, l’un de ses yeux se met à migrer par-dessus sa tête pour se rapprocher de l’autre, et il doit alors nager sur le côté pour maintenir les deux yeux vers le haut.

 

Ensuite, la forme du poisson s’aplatit progressivement et ses nageoires se structurent tout autour du corps, de sorte que ses flancs droit et gauche – à la naissance – deviennent sa face « dorsale », qui porte les yeux, et sa face « ventrale », qui est devenue aveugle.

 

En outre, la pigmentation du poisson se différencie : elle prend une teinte foncée, souvent bariolée ou tachetée au-dessus, et claire et unie au-dessous, ce qui assure au poisson un bon camouflage, aussi bien sur les fonds marins, que lorsqu’il est vu du dessous, nageant sur le fond clair du ciel. »

 

Le mystère c’est que ce basculement du corps au cours de la croissance se fait, d’un côté ou de l’autre selon les familles : les Scophthalmidés (environ 8 espèces) le turbot, la barbue et la cardine qui regardent à gauche, et les Soléidés (environ 130 espèces) la sole, le céteau, les Pleuronectiformes (60 espèces environ) la limande, la limande-sole, la plie, le carrelet, le flet, le flétan, qui regardent à gauche.

Le donneur de recettes adore les poissons droitiers comme les poissons gauchers et il n’en fait pas tout un plat

Toute ma science je la tire de la somme d’Henriette Walter et Pierre Avenas « la fabuleuse histoire du nom des poissons » chez Robert Laffont

Le donneur de recettes adore les poissons droitiers comme les poissons gauchers et il n’en fait pas tout un plat

Ce phénomène est vraiment extraordinaire.

 

« Cette perte du plan de symétrie de la naissance chez les poissons plats est un phénomène unique, non seulement parmi les poissons, mais aussi parmi les vertébrés : on ne connaît pas de cas semblables, ni chez les mammifères, ni chez les oiseaux, ni non plus chez les reptiliens et les amphibiens. »

 

Mon goût va vers les poissons droitiers : sole et céteau mais j’aime aussi le turbot et la barbue

Le donneur de recettes adore les poissons droitiers comme les poissons gauchers et il n’en fait pas tout un plat

Table le restaurant où le produit est roi propose une magnifique sole de roche de l’Ile d’Yeu.

 

J’y mange de temps à autre à midi au bar pour 25€ entrée + plat + dessert

 

Buvez avec ça un vin de Paul Reder par exemple Grigri : vin postmoderne

Le donneur de recettes adore les poissons droitiers comme les poissons gauchers et il n’en fait pas tout un plat
Le donneur de recettes adore les poissons droitiers comme les poissons gauchers et il n’en fait pas tout un plat
Le donneur de recettes adore les poissons droitiers comme les poissons gauchers et il n’en fait pas tout un plat

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

patrick axelroud 01/03/2015 08:52

Clin d'oeil au Taulier. quelques soient les sentiments qu'on lui porte ,les yeux de merlan frit ne sont pas de mise.En tous les cas, merci de nous ouvrir les yeux,à chaque fois, avec des propos aussi amusants qu'instructifs.Ce blog s'apparente souvent, avec bonheur, à un véritable cabinet de curiosité.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents