Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 09:43
La culture c’est comme la confiture moins on en a plus on l’étale : Robert Parker : « Le vin est une boisson culturelle, la France l'a oublié » en collaboration avec Michel Rolland

Le duo a du charme, le mano a mano dans le Figaro du riant Michel Rolland, qui ne manque jamais d’oxygène, et de Robert Parker, le verre-étalon de l’expert déposé au Pavillon de Sèvres, a de quoi vraiment réjouir : ils ne prennent pas de gants pour parfaire leur belle image de gourous du vin. Ce sont de vrais artistes à la mode d’un certain art contemporain où la cote se bâtit, se cultive, pour le plus grand triomphe des mercantis. Nos deux larrons ont inventé l’or rouge, le fleuve rouge qui s’écoule entre les 2 rives de l’estuaire. Qu’ils s’en congratulassent avec gourmandise, rouerie, espièglerie quoi de plus compréhensible, je les vois mal se battre la coulpe et se flageller pour expier les fautes qu’ils auraient commises contre le « bon goût ».

 

Leur jouissance me plaît, elle a un petit côté strauss-khanien, une forme de lubricité hautaine, de libertinage sympathique, qui leur permet de se congratuler, de briller tels les gros bijoux de la place Vendôme, d’exhiber tel l’ostensoir pendant les processions des Rogations : « le goût Parker »

 

Le chiffon rouge, la muleta, la provocation à deux balles pour faire luire leur image de marque. C’est du grand art, des Paganini de l’exécution d’un opéra-bouffe surjoué pour le plus grand plaisir des buveurs d’étiquette.

 

Bravo les « artistes », tout y est, pas une fausse note, et il n’y a plus d’après, non pas à Saint-Germain des Prés mais aux vins « parkérisé»

 

Allez Bob j’accorde un 100/100 à l’échange qui suit où se glisse un troisième larron Jeffrey Davies, négociant à Bordeaux.

 

R. P. - La question est de savoir s’il existe un goût international ? Oui, en principe, car c’est une question de qualité intrinsèque. Bien sûr, l’éducation, la formation sont différentes, mais, quand les consommateurs du monde entier boivent, par exemple, Château Pavie, ils lui trouvent le même goût.

 

M. R. - Il y a tout de même une évolution du goût à travers le temps. Je vais aller un peu plus loin : avant Robert Parker, il y avait le goût anglais !

 

R. P. - Étonnante évolution. Quand j’ai débuté, les vins étaient un peu minces, secs et astringents. Et lorsque j’ai dégusté la première fois avec Michel Rolland, j’ai compris. Voilà un homme qui cherche le fruit et qui n’a pas oublié cette évidence : le vin est un produit issu du fruit. La viticulture est devenue plus soignée, la vinification plus contrôlée. Si davantage de personnes aiment le vin, c’est parce qu’il donne plus de plaisir que dans les années 1950 ou 1960. Quelle est l’explication des grands millésimes comme 1947, 1949, 1959, 1961 ? Une seule : les raisins étaient mûrs.

 

J. D. - Oui, c’est la compréhension de la maturité. Aujourd’hui, les grands vins sont bons à l’écoulage, en barrique, à la mise en bouteille, et longtemps après. La plage de plaisir s’est élargie.

 

Tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes mondialisé…

 

Pourquoi pas, c’est ce qui a fait la fortune de Coca-Cola ou de Nike, nous sommes dans un autre univers où le process prime sur la main de l’homme, une viticulture soignée au sens pharmaceutique et une vinification maîtrisée et contrôlée par des Diafoirus modernes. Tous cousins germains comme la gueule des bagnoles post-modernes !

 

Bonjour tristesse !

 

« Beauté » sur papier glacé avec Photoshop !

 

Antoine Gerbelle ‏@AGerbelle Twitte il y a 3 minutes Paris, Ile-de-France

 

« Tjrs #LeFigaro hier Itrw auto congratulation de Bob #Parker & M. Rolland par... sa compagne Isabelle Bunisset #cirage »

 

Celle-ci pourtant tente une molle relance : « Puisque tant de défauts ont été corrigés, n’est-il pas plus difficile d’établir une échelle de qualité ? »

 

Les retours sont mollassons, plus exactement lourdingues, on sent que la ventripotence des deux compères prendre le dessus, comme un coup de vieux :

 

R. P. - Le niveau de qualité moyenne est très haut. Les écarts se resserrent. Le grand défi d’aujourd’hui est d’expliquer les nuances entre un bon vin et un très bon vin.

 

M. R. - Les principaux vainqueurs sont les consommateurs, qui n’en ont jamais bu d’aussi bons qu’en ce moment.

 

R. P. - Une génération de consommateurs gâtés ! Je me souviens de la médiocrité des vins en 1966, en 1978. Michel a tout changé. Il a eu la plus grande influence sur la qualité du vin dans le monde, tant auprès des étudiants que des professionnels. Voilà pourquoi il est tant critiqué, comme moi, d’ailleurs.

 

Mais le pire était au tout début lorsque les compères nous ont gratifiés de leur petit numéro culturel à deux balles non remboursé par la Sécurité Sociale.

 

Michel ROLLAND. - La France, pourtant berceau de la production mondiale et référence de qualité, a voté les lois Évin, scélérates et stupides. Voilà la grande différence avec les États-Unis, qui considèrent le vin comme un produit culturel.

 

R. P. - Le vin est une boisson culturelle, une boisson de modération. La France, je pense, l’a oublié.

 

C’est ça Bob, tu sais ce qu’elle te dit la France ?

 

Devine !

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Aredius 06/03/2015 14:27

Je viens de découvrir sur la Toile :
http://le-tampographe-sardon.blogspot.fr/2014/09/petit-rouge.html

et pour le feuilleton du dimanche:

https://saintyrieixlaperche.wordpress.com/2015/03/05/etonnant-aller-visiter-une-fabrique-de-vestes-a-limoges-pour-soutenir-des-candidats-aux-departementales/

http://le-tampographe-sardon.blogspot.fr/2014/09/injures-trotskistes.html

Pascal Hénot 06/03/2015 11:12

J’ai beaucoup de respect, voire d’admiration, pour nos 3 protagonistes, mais je ne peux m’empêcher de penser que cette interview sonne comme un testament. Celui de 3 acteurs en fin de parcours : Bob a vendu son business, il ne viendra plus aux Primeurs ; Michel R a vendu ses propriétés et n’est guère plus présent dans son labo Pomerolais et J. Davis met son négoce en vente… Assurément une page qui se tourne…

patrick axelroud 06/03/2015 11:45

Ben v'la une nouvelle qu'elle est bonne ! Bien qu'elle sonne comme le glas et a le ton d'un faire part. Allez yop la boum ! Place est ainsi faite aux nouveaux clowns qui ne manqueront
pas d'éclore ces prochains temps. The show must gone ! ( révérence parlée, bien sur car par ailleurs , je respecte tout a fait l'admiration professée ci dessus par P.H. - sans la partager, on l'aura compris)

patrick axelroud 06/03/2015 10:23

Que j'aime ces chroniques roboratives. Les pugilats des bas fonds de barriques. C'est du lourd, cela rappel les matchs de poids lourds quand FRAZIER, ALI et FOREMAN s'en mettaient plein la tronche.Ici c'est J.B contre Les 3 Baudets ! Il faut bien cela pour faire face à la suffisance et l'arrogance de ces gougnafiers et autres galapiats dont le seul fait d'arme et la façon magistrale dont ils savent assurer leur autopromotion à coup d'oukase , de prétention, de moi je sais - connus pour leur seule célébrité disait le philosophe.
Bravo Taulier tu sors vainqueur haut la main. On ne peut que regretter qu'il n'y ait pas assez de justes pour ,tel l'enfant devant le cortège royal déclare que le roi est nu ! Alors que ,quand on sait lire entre ligne il est clair que beaucoup de fin dégustateurs et/ou amateurs ainés déplorent que les vins ne sont plus ce qu'ils étaient en diversités. Gommé le terroir, le cépage, le vigneron. Vive LA QUALITE SUIVIE ou le règne du CAPRICE DES DIEUX et autres chefs d'oeuvres industriels. Mais ont peut les comprendre, il y a autre chose à faire en ce bas monde que de lutter contre des moulins à vent dont la vocation, justement n'est que de brasser du vent. Autre chose à faire comme, entre amis, partager, découvrir un vin et en parler et s'en réjouir tout autant qu'être simplement réunis...

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents