Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 00:09
I have a dream : Mybettane+desseauve déclarait leur flamme aux Tronches de Vin épisode 2

Avant tout il faut que je vous avoue qu’avant de tomber dans les bras de Morphée, et les draps tout court, j’avais glosé et carburé toute la soirée aux old GCC dans le terrier d’altitude de Ménilmontant ; un truc à chambouler tous les codes de la bienséance des dégustateurs ayant pignon sur rue : pensez-donc, introduire dans la cantine d’altitude vouée aux vins nus des châteaux blanchis sous le bois et les dorures c’est un peu comme postuler au Grand Tasting pour faire une Masters Class sur les vins de Gérard Marula ou de Floréal Romero.

 

C’était un rêve genre roman-photo des années 60, déjeuner sur l’herbe avec nappe à carreaux et panier d’osier, cuisses de poulet, bouteilles rafraichies dans le ruisseau, femmes en jupe vichy et débardeur échancré, hommes en futals pat d’eph et sabots suédois, les petits oiseaux chantaient, le soleil brillait, je me régalais en feuilletant ma tablette. Ô grande surprise Mybettane+desseauve déclarait sa flamme aux Tronches de Vin épisode 2. Je me disais que ce brusque retournement de chemise était la conséquence de l’attribution du 7 d’or du meilleur blogueur par l’odieuse RVF au naturiste débridé Antonin Iommi-Amunategui.

 

Et puis patatras, surgissant de nulle part, juché sur son scooter, l’homme préposé aux petites œuvres de la maison en question, mise en plis déstructurée au vent, richelieu lustrées, lançait à la cantonade : « Les tronches de vins, le guide des vins qui puent de la gueule… »

 

J’aurais dû m’en douter, le coup de pied de l’âne, alors toute affaire cessante j’ai relevé le gant pour laver l’insulte faite aux 6 blogueurs du vin « indépendants et réputés », ce n’est pas moi qui l’écrit mais la dame du 4ième, de couverture bien sûr.

 

5 gars et une fille, une saine parité, pas blasés du buccal ni inféodés au grand capital, des manieurs de missile sol-verre comme l’écrit Nossiter le grand révolutionnaire de notre époque post-moderne en mal d’appellations sulfureuses, des alternatifs aux antipodes des « critiques professionnels établis… empêtrés dans des contraintes financières et publicitaires », des tenants de la contre-culture du vin, des picoleurs coudes sur table aussi, « libres, humbles, passionnés et désintéressés » sic le Jonathan, à mon avis d’ex-enfant de chœur bons pour la béatification.

 

Trêve de vannes, j’ouvre les vannes de mon éminente fonction de critique autoproclamé. Qu’ai-je à déclarer sur ce second opus :

 

  1. Y’a mes découvertes à moi : l’Alonso, Alice et Olivier de Moor, Thomas Pico, Philippe Valette, Catherine Bernard, Vincent Caillé, les Puzelat, Sébastien Poly, Gérard Marula… etc. ce qui, vu mon grand âge, est la preuve irréfutable que j’ai piqué du nez, sans le savoir comme Mr Jourdain, dans les vins à poils depuis un petit bout de temps.

​2. Y’a plein de vignerons que je ne connais pas ce qui est la preuve indéniable de l’extrême faiblesse de ma culture naturiste. J’ai décidé de me soigner.

 

3. Que je suis bien incapable de dire qui a écrit sur qui sauf pour Pascal Simonutti car Antonin à l’œil rivé sur Brigitte Lahaie et Jean Van Roy brasserie Cantillon car Patrick lorsqu’il quitte son officine prescrit de la lambic sans ordonnance.

 

4. Que je me suis toujours demandé si un blogueur répondant au doux nom de Nicolas-Brion pouvait avoir une once de crédibilité pour vanter les mérites de vins roturiers produits en infime quantité pour le plus grand plaisir des nez aimant le poulailler.

 

5. Que la vallée de la Loire est le plus grand berceau des belles quilles nues avec comme nounou la belle Eva qui a eu la drôle d’idée de nous quitter pour crécher à Angers la ville du roi René.

 

6. Qu’Olivier habite Pontarlier où je ne suis jamais allé et Philippe la Vendée où j’ai usé mes fonds de culotte d’écolier… Ce qui vous fait une belle jambe mais vous donne une info sur leur terroir d’origine. 

 

7. Que je suis bien emmerdé car mes chers collègues de la presse officielle, ceux qui pratiquent le journalisme de promenade et leurs adorateurs, affublés de pseudo prétentieux ou la con, qui sont venus barbouiller du commentaire culturel chez moi, vont me taxer de copinage.

 

8. Que je vais me racheter de toutes les fautes que j’ai commises aux yeux de la corporation paysanne menée par son héraut bordelais : l’intraitable Bernard Farges de CNAOC&CIVB réunis, en choisissant dans la cuve de mes amis les vins nus : Vincent Ginestet, un nom qui sonne encore aux oreilles des maîtres des Chartrons et du Médoc profond.

 

9. Ce choix, pour ne rien vous cacher, me permet aussi de faire fructifier ma petite entreprise qui ne connaît pas la crise, en vous plaçant 2 chroniques où la parole était donnée à feu Bernard Ginestet.

 

 

« …je préfère me référer aux analyses d’un négociant de la place, fort pertinent et impertinent : feu Bernard Ginestet dans sa Bouillie Bordelaise datée de 1975. En effet, la bonne question est de savoir identifier les causes de ce grand écart, d’oser se demander : ça vient du haut, ça vient du bas avant d’en tirer des conclusions qui se veulent définitives mais qui ont de fortes chances d’être caduques à courte échéance. Le CIVB vient de rendre public, le 19 juillet dernier, son plan « Bordeaux demain » : la reconquête... Je prends le temps de le lire : 120 pages et je me permets de conseiller à mes chers « confrères » de tenter de sortir le nez de leur verre pour nous délivrer leurs commentaires.

 

La plume à Bernard Ginestet, voilà 35 ans déjà... à mon sens un millésime encore plein de fraîcheur et de vigueur, à méditer...

 

« Lorsqu’un homme du cru, Bernard Ginestet, ici d’un grand cru puisque les Ginestet furent les propriétaires du Château Margaux (de 1950 à 1977), après avoir trempé sa plume dans la fameuse « Bouillie Bordelaise » en 1975 se glisse dans la peau du romancier pour brosser le portrait de l’archétype du courtier bordelais du milieu des années 60, c’est l’assurance pour le lecteur de savourer un texte dans lequel la fiction n’est qu’une manière élégante de mettre en scène la réalité. Son héros, « Edouard Minton est l’un des plus illustres représentants de cette caste privilégiée de la bourgeoisie bordelaise, enracinée depuis des siècles dans le quartier qui porte son nom : les Chartrons. » Bernard Ginestet qui fut maire de Margaux de 1973 à 1995, pur médocain, grand dégustateur est décédé le 29 septembre 2001.

 

Revenons à Vincent Ginestet, « … médocain pur fruit ! De ceux qui marchent dans la campagne en levant les yeux au ciel pour observer ce vol d’oiseaux, ou le regard rivé devant ses bottes, afin d’être certain d’identifier les traces de lièvre dans la terre brune. Chasseur, pêcheur sans doute, bon vivant, hâbleur parfois, comme savent l’être les Bordelais certains jours, mais nourri de cette atmosphère propre au Médoc, où la pierre blanche de l’Histoire côtoie les palombières. »

 

I have a dream : Mybettane+desseauve déclarait leur flamme aux Tronches de Vin épisode 2

Château Boston, appellation Margaux, connais pas !

 

Pour cause c’est un château en devenir sis « sur l’un des plus beaux terroirs de Margaux. Un lieu unique, une lentille de graves formée par les dépôts du fleuve ancien. Il faut le parcourir à pied pour se rendre compte que l’endroit est hors du commun. »

 

Vincent Ginestet renoue le fil d’une histoire « en 1826, il (ce terroir) figure au cadastre napoléonien. Douze ans plus tôt, le général Palmer s’était porté acquéreur de ce qui allait devenir un 3e GCC en 1855. Plus tard, en 1938, la crise et la guerre se profilant, accélèrent le destin du secteur, jugé trop éloigné de château Palmer et vendu à un maquignon, qui s’empresse d’arracher les vignes, pour y faire pâturer ses vaches. »

 

C’est dans le début des années 2000 que Vincent Ginestet acquière ce lieu et dès 2002 il le replante, 12 ha, en cabernet et merlot. Pour en savoir plus vous vous rendez ICI  le camarade Philippe vous dira tout sur ce Boston.

 

« Si l'ensemble est planté à 80% de cabernet sauvignon (notons qu'une des plus belles parcelles de Château Margaux, la croupe Campion, ressemble fort à ce terroir de Boston et est aussi planté de ce cépage), les 20% restant le sont de merlot, qui a parfois du mal à trouver sa place dans un terroir si reposé et généreux. Pas de cabernet franc, qui se plaît davantage dans les zones argilo-calcaires, plus proches de la rivière. En moyenne, les rendements ne dépassent pas 40 ou 41 hl/ha. »

 

« Dégustation minimaliste au domaine d'un échantillon du millésime 2012, que Vincent Ginestet considère d'ailleurs peu représentatif (sic!), mais qui propose cependant une belle dynamique. A revoir donc, dans d'autres circonstances peut-être!... »

 

Tronches de Vin le seul guide de vins qui vous propose un château qui n’a pas de vin à vendre c’est un luxe que ne peuvent pas se payer B&D !

 

J’adore !

 

Je plaisante bien sûr j’ai trouvé un site proposant du château Boston OFFRE SPÉCIALE -20% : 23.20€ TTC la bouteille 75CL. (29.00€) Offre valable jusqu’au 30 septembre 2014 inclus, dans la limite des stocks disponibles. 

 

 

I have a dream : Mybettane+desseauve déclarait leur flamme aux Tronches de Vin épisode 2

L’opus de la bande des 6 sera en librairie le 13 mars et aujourd’hui disponible ICI 

 

Après avoir fait ma BA je suis retourné au lit en espérant faire de beau rêves plein de vins nus…

 

Ne cédant pas à la facilité du blogueur obsédé d’au-delà des Pyrénées, qui adore les gros nénés, vous n’aurez pas droit à la poitrine dénudée de Brigitte Lahaie… Prière de s’adresser à Vindicateur !

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Eva 03/03/2015 11:29

Merci Jacques, hâte de te voir dans la plus belle région du monde :)

Patrick Böttcher 03/03/2015 09:03

Chez moi la prescription de la Cantillon sur ordonnance est gratuite, on ne paye que le produit ! (Et encore)... mais du coup, ça fait quand même de moi... un prescripteur !
Merci Jacques, pour ces mots toujours si savoureux.

patrick axelroud 03/03/2015 08:04

Dans cette cacophonie, proche des guerres de religions nous sommes en pleine guerre gargantuesque telle la guerre picrocholine opposant les gros boussiens des petits boussiens ( tout ça pour ça ! ) Marre de ces Va de la Gueule et de leurs anathèmes qu'ils prennent pour un dogme proféré en tout temps et en tout lieu comme des Forts en Gueules qui ne savent rien brailler d'autre, braire devrait on dire pour être exact. Si vous n'aimez pas ça, n'en dégoutez pas les autres. Goutez, dégustez sans préjugé alors que ce sont les oreilles des autres qui dégustent avec vos litanies. Et si vous avez du goût et de l'esprit, laissez vous allez et chantez maintenant... à bon escient.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents