www.berthomeau.com

    Vin&Cie,

             l'espace de liberté

berthomeau1.jpg

Un peu de douceur, de convivialité, de plaisir partagé, dans ce monde de brutes...

Pour recevoir mes chroniques chaque matin abonnez-vous à la newsletter, colonne de droite, c'est gratuit. 

Merci pour votre fidélité et n'hésitez pas à faire des commentaires.

Bonne journée à tous, ceux qui ne font que passer comme à ceux qui me lisent depuis l'origine de ce blog.   

 

 

 

 

 




 

Mardi 18 novembre 2014 2 18 /11 /Nov /2014 00:09

Innovation, innovation, tel est le mot d’ordre au sein de la rédaction de la RVF pour capter l’intérêt languissant des lecteurs vieillissants ! Classer les vins c’est bien beau mais ça ne suffit pas au sieur Lubot le DG délégué du groupe Marie-Claire, faut du people les cocos !


Alors nous avons eu droit aux 200 personnalités de l’année et au Grand Prix des hommes de l’année pour animer le Mondovino de l’hexagone.


2013 un couple de beaux hommes : Gérard Perse&Hubert de Boüard de Laforest décrochait la timbale.


2014 un couple inattendu : Audrey Bourolleau et Joël Forgeau pour Vin&Société remportait la coupe.


Cependant l’innovation de l’année 2014 fut, sans conteste, la création d’un nouveau prix celui récompensant le blog de l'année, et ce fut, pour son site La Pinardothek, Sandrine Goeyvaerts qui décrocha le titre envié par toute la blogosphère de winebloggueuse de l'année.


Alors, comme s’interrogeait déjà Lénine, « Que faire ? » pour qu’en 2015 la belle cérémonie des Césars du Vin Français sorte du petit cercle confiné des amateurs de vins ?


Je tairais le nom de celui qui, au sein de la rédaction, a suggéré 2 noms qui ont fait du bruit dans le Landerneau du vin en cette année 2014 finissante : Isabelle Saporta avec son brûlot VinoBusiness et Emmanuel Giboulot pour son front du refus face à la cicadelle.


10339346_721701224558340_4635203596385008318_o.jpg

 

Il y eut un grand blanc, profond et puissant, un ange est passé. Même que certains ont imaginé que ce couple infernal postula au podium suprême. Quel buzz ! Un coup à se faire le Petit Journal de Canal+, des reprises dans la presse internationale, une vraie tuerie comme disent les jeunes.


I have a dream!


Imaginez une seule seconde la tête de notre cher Hubert ?


Inimaginable, impensable, un truc à se mettre encore notre cher Stéphane Fouks sur le dos…


Nul n’osa rebondir sur cette infernale suggestion mais le ver était dans le fruit, le mal était fait, ne pas profiter d’une telle aubaine serait contraire à une saine gestion des réseaux sociaux, doper les ventes languissantes.


10660081_1518069111768420_296797905813601781_n.jpg

 

Depuis, ça phosphore sec du côté d’Issy-les-Moulineaux afin de trouver un nom de baptême à un nouveau prix et, comme j’ai l’âme d’un bon samaritain, ce matin je lance un appel à suggestion.


Chers lectrices, chers lecteurs ouvrez les vannes de votre imagination !


Pour ma part j’ai bien ma petite idée sur la question mais, vu ma cote de popularité du côté du sieur Lubot de Marie-Claire, ce serait tuer dans l’œuf le clou du grand prix 2015 des hommes de l’année…


Affaire à suivre…


1780698_1429816593927006_1744915501_n.jpg

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Lundi 17 novembre 2014 1 17 /11 /Nov /2014 00:09

B2kpoxFCAAA6XHi.png

 

Je n’y suis pas allé cette année vu le traitement de bétail entassé que les organisateurs avaient réservé l’an dernier à la piétaille. La vente ne m’a pas manqué, c’est toujours un peu lassant et surtout depuis le grand show de Lucchini ses successeurs sont riquiqui et tombent dans une surenchère qui n’est pas à la hauteur d’une vente de charité. Ça sent le biseness à plein nez.


Moi ce que j’aimais le jour de la vente c’était la conférence de presse salle des pôvres. On s’y gelait gentiment les glaouis mais on se réchauffait en écoutant Louis-Fabrice Latour officier au pupitre, virtuose, négociant jusqu’au bout de ses analyses, un vrai bourguignon, dévidant des chiffres, des hausses, des baisses, des pays, des pourcentages, des millésimes, formant des vœux, des souhaits, cravate style Valls de guingois, du grand art quoi ! Moi qui ne prends jamais de notes j’étais comme à l’opéra et je me sentais capable de restituer la partition de tête comme on dit.


Mais le boss du négoce bourguignon a passé la main à un jeunot, certes plein de promesses, mais un peu trop manager à l’américaine à mon goût. Je n’ai donc aucun regret. Je suis resté au chaud à écrire mes petites chroniques.


B2jV-lbIYAAMAwa.jpg

Louis-Fabrice loin du pupitre me semble bien songeur sur cette photo.

 

 

D’un œil distrait je surveillais les infos sur la vente depuis le compte Twitter de François Desperriers le gentil stakhanoviste bourguignon de l’information, lorsqu’une de mes gorges profondes balançait sur mon mail une bombe : Claude Chevallier, le boss du BIVB montait sur ses grands chevaux, accusait Christie’s d’orchestrer la flambée des prix…


CLAUDECHEVALIERMETLEFEU2.jpg

 

Du lourd quoi !


Et pendant ce temps-là Albéric Bichot faisait le beau auprès d’Adriana après s’être offert le tonneau de charité pour 220 000 euros !


2200000EUROS.jpg

 

« Cela ressemble à une déclaration de guerre. Moins de 48 heures avant la 154e Ventes des Vins des Hospices de Beaune, Claude Chevalier, le Président du bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne, interrogé par Creusot-infos et Le Parisien / Aujourd’hui en France, a décidé de mettre le feu : «Je sais que je ne vais pas me faire que des amis, mais ce n'est pas grave, j'assume...»


Depuis quelques années, les prix des pièces mises aux enchères, ont flambé de façon irraisonnée. Une flambée des prix constatée depuis l’ouverture sur le monde que la maison Christie’s a offert, il est vrai, à la vente des vins des Hospices.


Les négociants et les professionnels du vin bourguignon ont perdu la main. De 2009 à 2013 le prix moyen d’une pièce a plus que doublé, en passant de 6189 euros à 12.868 euros l’année dernière. +100% en quatre ans, cela ne peut pas se justifier de façon rationnelle et certainement pas au nom de la qualité.


Alors, jusqu’à quand les prix vont-ils continuer de flamber ? C’est la question que se posent les membres de l’interprofession et les négociants un peu dépités par des années d’augmentation.


«Trop c’est trop» s’alarme Claude Chevalier le président du BIVB (bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne). «Dimanche on attend de la stabilité au niveau des cours, si on ne veut pas affoler les marchés», déclare-t-il tout d’abord, interrogé par nos soins. Un discours en forme de refrain car répété tous les ans. »


La suite ICI La suite ICI link

 


Le torchon brûle ! « On n’est donc pas loin du divorce entre l’interprofession et la maison Christie’s »


«Il faudra sans doute arriver à deux ventes. Une privée ouverte au monde entier et à toutes les enchères même les plus folles. Et une vente publique dans le respect des traditions» déclare Claude Chevallier.


Pour un non-initié il peut paraître étrange que l’équivalent de 200 000 bouteilles pèse lourdement sur la fixation des prix de 200 millions de cols. La vente fut très longtemps un signal pour le marché, est-ce toujours le cas ? Certes l’on peut comprendre le souci de « l’interprofession de vouloir envoyer un signe fort de stabilité, en tout cas de fin des hausses. Les déréférencements sont trop nombreux pour que le frein à la hausse des prix soit impératif. » note un fin analyste du marché.


Quant à l’aspect caritatif  du produit des ventes la seule bonne question à se poser, hors le tonneau de charité dont le produit de la vente va à des associations, c’est : est-ce que l’hôpital de Beaune en tire le meilleur profit pour ses patients ?


Si les Bourguignons ont besoin d’un médiateur le boss du BIVB, et son ange-gardien du négoce Louis-Fabrice Latour, savent où me trouver. Ils me lisent au quotidien. J’ai connu pire situation par le passé. J’attends le coup de fil !

 

Crédit photos :

 © Aurélien Ibanez, Bourgogne Live Production, Creusot-infos et infos-Dijon

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Billet
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Dimanche 16 novembre 2014 7 16 /11 /Nov /2014 07:00

La vengeance est un plat qui se mange froid. L’impétueux, l’éruptif, le petit agité ne s’est pas précipité, plutôt que de céder au désir, qui a dû être grand, d'attaquer Fillon, de le tuer, il a préféré réserver ses coups à l'Élysée, et, à travers son secrétaire général, à François Hollande. Ainsi a-t-il trouvé enfin, à quelques jours du congrès qui doit le porter à la présidence de l'UMP, un terrain sûr : l'unité du parti, thème toujours assuré du succès dans un mouvement politique, surtout au moment où la division y est reine. Ses adversaires politiques au pouvoir et ses frères ennemis de l'opposition ne pouvaient pas mieux s’y prendre pour le remettre en selle. Amère leçon d’une histoire de corne cul, cette affaire Jouyon  « Tapez vite, tapez vite! Jean-Pierre, tu as bien conscience que si vous ne tapez pas vite, vous allez le laisser revenir. Alors agissez! » Le problème n'est pas que Fillon ait tenu ces propos autour d’une bonne table, mais qu'aux yeux de certains de ses « amis » de l'UMP il aurait pu les tenir, tant les rapports entre lui et talonnettes agité se sont dégradés au fil du temps. S'il ne l'a pas fait, sans doute l'a-t-il pensé trop fort. Le mal est fait. « C’est du pain bénit  pour le petit Iznogoud, qui ne peut que se draper dans sa dignité outragée, parler de bain de boue en pensant à la rivière de sang qu’il provoquera lorsqu’il accrochera au croc de boucher ceux qui lui ont manqué. Xavier Bertrand le «bon à rien», le «petit assureur», le «médiocre», l’ingrat, pose la bonne question «À force de critiquer tout le monde, une question se pose: qui est-ce qu'il aime, à part lui?» La cruauté est la marque de fabrique de Sarkozy. Il attend son heure pour éliminer ceux qui encombrent son résistible retour. Et Jean-Pierre Jouyet dans cette affaire quel rôle joue-t-il celui de Gaston Lagaffe ou celui d’« un personnage intrigant » qui «manipule tout le monde» ? Mon groin de vieux fouineur me fait pencher du second terme de l’alternative. Jouyet entretien des relations « troubles » avec la droite et avec sa vraie fausse manœuvre il donne des gages à Sarkozy. « François Fillon m’a fait part de sa grave préoccupation concernant l’affaire Bygmalion. Il s’en est déclaré profondément choqué (...) Il a également soulevé la question de la régularité du paiement des pénalités payées par l’UMP pour le dépassement des dépenses autorisées dans le cadre de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy »


Qu’il l’ait dit ou non à ce tordu de Jouyet, lors de ce fameux repas, Fillon a raison de craindre le blitzkrieg du petit nabot. Sûr de lui, ce type ne pratique que ce genre de stratégie : il créé des brèches, s’enfourne dans les failles de ses adversaires, bouscule, renverse et occupe la position gagnée. Face à une telle frénésie il faut avoir des nerfs. Attendre. Le laisser se couper de ses lignes arrière, faire que l’intendance ne suive pas, et de le voir ainsi risquer de manquer de carburant. Sarko a besoin d’avoir en face de lui un adversaire réactif sur qui taper à bras raccourci. L’esquive, l’évitement, sont la seule défense qui fasse que ses coups fusent dans le vide. Juppé l’a compris. Le petit le sent et ça l’énerve alors il fait des rodomontades « il sera élu président de la République en 2017 car c'est simple. « Hollande est mort » « Fillon, c'est fini », et Alain Juppé, idem, même si ça se voit moins : « On me dit que la primaire sera difficile face à Juppé. Qu'on le dise, qu'on le répète, ça m'arrange ! Juppé, c'est le candidat de la gauche et des journalistes. On verra s'ils iront voter Juppé à la primaire. » Ben oui mon lapin Duracell survitaminé, cause toujours tu ne nous intéresse pas car y’a que Juppé ne parait décidé à se laisser enfermé dans le système Sarkozy. Dans son entretien accordé aux « Inrocks », il assume ce que Sarkozy ne veut pas assumer. « Sans ambiguïté, et sans drague des militants sympathisants du mouvement catho-pétainiste de la Manif pour tous, Juppé énonce clairement que la loi instituant le mariage pour tous ne sera pas abrogée, qu'il maintiendra l'accès à la PMA tel qu'il est encadré aujourd'hui et que le régime juridique français de la GPA restera l'interdiction. Juppé ne promet pas de faire ce qui existe déjà, comme Sarkozy, et il s'offre même le luxe de se prononcer pour l'adoption par des couples de même sexe. Là où Sarkozy tergiverse depuis un mois, cachant la réalité de ses intentions auprès des fans de militants/sympathisants de la Manif pour tous qui fréquentent ses meetings, les entourloupant avec un discours dont le sous-titre est suffisamment homophobe pour les rendre hystériques comme ils aiment, Juppé va droit au but, ce qui a été fait ne sera pas défait, prenant ce même courant de pensée à rebrousse-poil. Bref, Juppé ouvre son jeu au centre droit, centre gauche, à vitesse maximum, le tout dans le journal de la branchitude de gauche. Autrement dit, Juppé fait objectivement l'impasse sur le soutien de la Manif pour tous et ses hordes de militants et sympathisants sur-mobilisés. »


B2aiBvUIQAAfEew

 

Ma cote était au zénith dans la Grande Maison comme à Matignon, j’étais l’homme de la situation. Pour autant je ne changeais en rien ma façon de vivre. « Émilie c’est toute ma vie, c’est mon rayon de lumière, je suis sur mon petit nuage et je n’ai pas l’intention de le quitter » avais-je répondu au petit cercle politique du catalan qui me pressait de m’installer rue de Varenne. Ça les avait un peu surpris mais pas vraiment étonnés, Émilie avait fait une forte impression sur le Premier. Sous la couette elle lisait Winter Journal  de Paul Auster. J’aimais ses pieds nus. Un de mes collègues  des VO me téléphonait pour me demander d’accompagner Manuel Valls lors de sa visite ce vendredi à la coopérative la Chablisienne. Ma réponse le laissa pantois « Je ne peux pas j’accompagne Émilie à son jardin sur les toits… Dis au boss de bien tenir son verre par le pied…» Je nourrissais Émilie de fromages ; elle adorait les fromages. Avec elle je vivais dans une sorte d’apnée amoureuse, incapable que j’étais d’exprimer ce que je ressentais. Tout en elle m’allait. J’envoyais un e-mail au PM citant Max Weber qui, le premier, fait état d'une éthique de responsabilité. À méditer et à utiliser « Dans de nombreuses démocraties matures, un homme politique empêtré dans tant de scandales, dont les plus fidèles collaborateurs ou soutiens politiques sont aux prises avec la justice dans des proportions là encore sans doute jamais atteintes, ne pourrait pas prétendre exercer à nouveau la fonction suprême. A défaut de l'être pénalement, Nicolas Sarkozy s'est en quelque sorte rendu moralement inéligible ». En cliquant sur envoi je pensais « Émilie je l’aime » et c’était la première fois qu’un tel sentiment m’habitait vraiment.

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Roman
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 16 novembre 2014 7 16 /11 /Nov /2014 00:09

Non je ne suis pas né à Marseille…


Non, je n’ai jamais affirmé que les sardines bouchaient l’entrée du Vieux Port…


Oui Antoine Aréna je barbotte dans les eaux chaudes de la Corse du Sud loin de Patrimonio.


Oui fille altière de la Castagniccia je fais trempette avec les barracudas  à Tiuccia…


barracuda2

 

Certes, ils sont tout petits mais lorsque je plonge les barracudas sont là bien au chaud…


« Poisson du large et chasseur redoutable, le barracuda s’approche des côtes au début de l’été...


barracuda4

 

Le barracuda ou « bécune, brochet de mer »


Clairin Deïnes ancien pêcheur du Brusc Var écrit :


« Le brochet de mer, ici ça s’appelle la bécune. Il a la tête du brochet, un petit peu le corps. On le prend surtout quand il pleut à terre. Dans le golfe, il y a un « gour » où il y a un ruisseau qui déverse. De suite, quand il pleut, l’eau est un peu douce. Ça finit par se mélanger mais quand ça arrive, c’est là que tu risques de marquer* de bécunes.


Malgré tout, c’est pas un poisson de roche. Il vivrait dans des fonds plutôt mous. Il n’y a pas de poissons de race. Tout fond fait son poisson… »


Jean Marty pêcheur sous-marin acquiesce :


« Le barracuda, j’en attrape de temps en temps mais c’est plutôt l’été, ça ; l’hiver on les voit pas. Je le vois là où il y a des rejets d’eau douce. Au parc de la Cride, là où il y a la falaise à l’Aïgue-Douce, tu as une source mais elle s’est tarie, hein… Avant, quand tu passais, tu te mettais à côté, presque  ça te poussait ; maintenant, tu sens presque plus rien. Avec le masque tu n’as plus le trouble, tu sais, quand l’eau douce se mélange à l’eau de mer. »


«  À peine piégé, le brochet de mer est brillant, très rigide, l’œil noir vif. Avec le temps, il pâlit et se ramollit. C’est un poisson excellent avec peu d’arêtes, et beaucoup plus goûteux que son homologue d’eau douce. Il s’apprête de multiples façon : au court bouillon, grillé, frit, au four, à l’étouffée ou même en aïoli ou en couscous. »


Toute ma science sur le barracuda je la tire d’un livre plein de ressources « Poissons histoires de pêcheurs, de cuisiniers et autres… » d’Élisabeth Tempier chez Libre&Solidaire.


barracuda

 

« Notre littoral est encore peuplé de ces petits bateaux artisans qui larguent l’amarre bien avant l’aube pour aller piéger quelques poissons dont nous avons oublié parfois les noms et les saveurs. Réglés sur la nature, plus familiers de leur jardin maritime que nos règles sociétales, héritiers souvent de codes archaïques si ce n’est primitifs, ces hommes singuliers nous dévoilent un univers coloré, fortement emprunt d’humanité, aux antipodes des images médiatiques de ravageurs d’océans… »


« Le pêcheur en sa barque trace au petit jour des lignes effacées, contours de notre histoire, et la mer restitue toutes ces figures de proue qui glissent sur l’eau salée comme l’encre sur le papier »

 

* marquer : réussir une pêche


barracuda5.jpg

barracuda3.jpg

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Billet
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Samedi 15 novembre 2014 6 15 /11 /Nov /2014 00:09

img-0703.jpg

 

Que va-t-il encore nous pondre ce matin ? La modestie n’étant pas son fort comment peut-il s’aventurer sur ce terrain qui n’est vraiment pas le sien. Je vous le concède sans aucune restriction. La fausse modestie est le début de l’orgueil et n’a rien à voir avec l’humilité.


Dans notre vocabulaire châtré il est peu courant de faire référence aux humbles aux gens modestes, aux gens de peu. Et pourtant, il est un héroïsme du quotidien qui vaut beaucoup mieux que celui de nos héros modernes.


Cette courte introduction pour vanter le génie des promoteurs des cépages modestes.


Avec ce qualificatif ils suggèrent une forme d’effacement pudique, d’humilité, de simplicité, je n’ose écrire dans notre monde du vin de sobriété…


Ils ne roulent pas des mécaniques ces cépages modestes mais dans l’ombre ils constituent une forme de résistance au paraître uniformisé de notre société post-moderne. Les combats obscurs sont les plus beaux, l’armée des ombres, le Saint-Côme, le fel, le bernadou, le noual, le mouyssaguès, le Négret de Banhars, le Négret de la Canourgue, le Brunq noir, le malpé, le baral, le moural, le tarabassié, le valdiguié pissaïre, le négret du Tarn, le douce noire, le romorantin, le prunelart, le chouchillonx cépages oubliés, menacés de disparaître face à la domination de grands cépages internationaux qui ne représentent qu'une infime partie de la biodiversité de la vigne.


saint-come_000.JPG

 

Les Rencontres des cépages modestes, à Saint-Côme d'Olt, en Aveyron, sont l’anti-bling-bling, diamétralement opposées à ce qui se passe à la même époque à la Villa d’Este, le soi-disant Davos du vin plein de paillettes, de gens présumés importants. Le plus drôle dans cette symétrie c’est que la presse nationale, et même internationale, donne un bon écho aux modestes dédaignant les hauts placés. Ça devrait donner à réfléchir aux sponsors.


Pour les 4e Rencontres, dans la mesure où mon grand âge ne me permet plus de me transporter dans des contrées reculées pour assister à des débats où je serais à la peine eu égard à mon allergie native aux questions techniques, j’ai confié mes intérêts au sieur Jacques Dupont du Point qui aime beaucoup la vie au grand air.link


Comme c’est as de la vidéo voilà ce qu’il m’a rapporté et en bonus Conférence sur les cépages de l'Isère et du Gier :



Quatrièmes "rencontres des cépages modestes" par LePoint

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Billet
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Vendredi 14 novembre 2014 5 14 /11 /Nov /2014 00:09

10606278_10203418330834262_915930614354186072_n.jpg 1505356_10203418320954015_3528647080470467479_n.jpg

 

L’éditorialiste anonyme de Vitisphère, dont tout le monde connaît le nom et le prénom, déclarait récemment que Berthomeau avait encore frappé parce que j’avais estimé dans une chronique que la vente du vin par Internet en France n’avait guère bouleversé le paysage du secteur.


« La part de marché du Net, certes conséquente, n’a rien d’extraordinaire, d’autant plus que les plus gros sites de ventes sont aussi présents physiquement avec des magasins ou sont des généralistes qui ont ajouté le vin à leur offre Ventes Privées et Cdiscount bâtis sur le modèle GD. Enfin, cette même GD emboîte la tendance et ouvre des sites de vente via Internet, c’est le cas de système U. »


Ce n’était de ma part qu’un simple constat, non une critique de la pertinence de ce mode de commercialisation du vin.

 

Je posais 2 questions simples :


-         L’e-commerce a-t-il en France étendu la part de marché du vin ?


-         L’e-commerce génère-t-il de la valeur pour les vignerons ?

 

Bien évidemment elles n’ont reçu aucune réponse de la part de ceux qui estiment que je ne suis qu’un vieux ronchon qui ne comprend rien à la magie du Net.


Sauf que ma petite entreprise est sur le Net depuis 10 ans, qu’elle s’est développée sans publicité ni moyens autres que ma persévérance, que je ne me suis pas vendu à un grand groupe de presse. Je fais du commerce à ma manière et j’ai acquis une bonne connaissance des attentes et des demandes de mes « clients ». Je crois donc à la force et à la puissance de la Toile, mais encore faut-il ne pas se contenter d’y croire, d’avoir la foi, mais de mettre en œuvre une  stratégie adaptée  au but que l’on s’est fixé.


Pour chroniquer, je m’informe et je tente de comprendre les ressorts profonds de ce que l’on nomme d’un terme générique : le marché.


Celui du vin visé par l’Internet en est un qui attire de plus en plus d’intervenants puissants. Phénomène normal qu'il faut quantifier en volume, en valeur pour savoir s'il agit sur le niveau global de la consommation.


Pour preuve les Vignerons Indépendants s’y mettent à leur tour : ils ont profité de l’ouverture de leur Salon de Reims pour annoncer l’ouverture de leur site de vente en ligne à partir de janvier 2015.


Il s’agira, selon Jean-Jacques Jarjanette le Directeur Général du syndicat, de la plus importante plate-forme de vente en ligne de vins en France. L’objectif n’est pas de prendre la relève des salons visités chaque année par  près de 600 000 amateurs mais au contraire de poursuivre ce lien avec les exposants, vignerons eux-mêmes présents. Il faut prendre acte de l’évolution du marché. Aujourd’hui, la vente en ligne de vins représente 5 % des ventes, demain ce sera 20 % !


500 à 600 vignerons seront présents sur le site à l’ouverture. Ils proposeront chacun 5 à 6 vins et tous les vignobles français seront représentés de façon équilibrée.  Les commandes seront traitées dans un centre logistique installé à Mâcon en Bourgogne et surtout en bordure de l’axe autoroutier Nord-Sud. Les clients bénéficieront d’une seule livraison quels que soient les vins commandés.


Le site www.vigneron-independant.com  a une vocation européenne. Il sera ouvert en 5 langues dans un premier temps avant de passer à 10 fin 2015. L’objectif de chiffre d’affaires à moyen terme est de 60 millions €. »


Affaire à suivre de près par le boss de Vitisphère et par les cavistes indépendants…


Dans le même ordre d’idée, horreur, malheur, j’osais aussi écrire : « Tous ensemble, têtes baissées, c’est la ruée dans l’océan rouge de la vente du vin sur la Toile, on baptise allègrement start-up des boutiques créées par de jeunes gens qui se contentent de faire financer leur business par des braves acheteurs qui payent d’avance des box qui ne cassent pas 3 pattes à un canard et qui, à l’instar de 1855, lèvent des fonds pour assurer disent-ils leur fabuleuse croissance. Moi je veux bien tout ce que l’on veut mais je ne suis pas convaincu, ni de la novation, ni du modèle économique. »


Je ne croyais pas si bien dire :


-         Et voilà que le petit Nicolas sort lui aussi sa BOX link


  p1413191863.jpg

p1412764586.jpg

p1410333891.jpg

 

-         Y’a aussi la méthode Coué ceux qui se tresse des couronnes de lauriers genre Phileas Wineclub : le plus beau catalogue de vin du web


« Il sort de sa box. Et mérite la pleine lumière.


Dans l'offre -plutôt touffue- du vin en ligne, Phileas, l'avatar-gentleman-œnophile du site Phileas Wineclub, fondé par le duo franco-italien Castelli-Foradori, propose une vision différente, pointue, ambitieuse. Et hautement buvable.


Ce qui le classe à part ?


Le plus beau catalogue du web ! Des vins rares (ce qui ne veut pas dire chers), des vins 'étrangers' autant que français, des prix tirés proches du prix à la propriété, une souplesse d'achat grâce aux possibilités d'abonnement (type box) ou d'achat simple façon e-caviste. »link

 

Y’a de la rumba dans l’air !


Le marché domestique va-t-il se réveiller sous l’effet de l’e-commerce et de la vente par abonnements ?


« Un marché français atone ? demande-t-on à Bernard Farges le président du puissant CIVB (Le budget annuel du CIVB oscille entre 35 et 40 M€ en fonction des cotisations volontaires obligatoires réglées par les membres.) link


Réponse de l’intéressé : « Pardon, mais non ! Il a beaucoup bougé. La consommation en bag in box est une évolution fondamentale, celle du rosé est une révolution. Le rosé a dépassé le blanc, c'était inenvisageable il y a quelques années et Bordeaux cherche à progresser sur ce marché. Les bars à vins se multiplient. Les jeunes reviennent dans ces lieux, ce qui était moins le cas il y a dix ans. »


Mais pourquoi diable Bernard Farges ne parle-t-il pas du boom de la vente de vin en ligne ? Michel Remondat ne va pas être très content…


J’oubliais le discours en défense : l’Internet du vin n’en est qu’à ses débuts en France, il faut laisser du temps au temps, ça prête un peu à rire, mais admettons, cependant je ne vois pas en quoi la simple prise de commandes via le Net, tout comme un nouveau contenant type Bag-in-Box, où l’explosion du rosé, constitueraient des facteurs permettant l’extension du domaine du vin en France. Ils contribuent surtout à une moindre dégradation mais il ne s’agit que de strictes substitutions qui ne boostent pas la demande. La facilité d’accès à une offre très large et diversifiée c’est pratique mais la grande majorité des portefeuilles des acheteurs potentiels ne sont pas extensibles et le nouveau vieillit si vite.


À mon sens c’est sur les marchés neufs en développement qu’il nous faut utiliser à plein la force du Net.


La bataille de la prise de contrôle de l’e-commerce sur le marché domestique va faire rage. Il va y avoir de la casse, c’est dans la logique d’un marché en construction : à la phase des 1000 fleurs succède celle de la cueillette par les dominants…


Affaire à suivre… 

 

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Jeudi 13 novembre 2014 4 13 /11 /Nov /2014 00:09

10675768 10203407742009548 8808346325229684510 n

 

Suite à ma récente virée naturiste aux Subsistances de Lyon c’est une très bonne question.


En effet, dans toute trajectoire personnelle, à un moment ou à un autre, il n’est jamais inutile de faire le point : d’où viens-je ou suis-je ou vais-je ?


Virer sa cuti, est une locution, dont le sens premier est médical (1) : avoir une réaction positive à un test cutané (cuti-réaction) qui comme très souvent a donné naissance à un sens plus familier : changer radicalement de mode de vie, de comportement...


cuti-reaction.jpg

 

Ai-je changé mon comportement d’achat et de consommation de vins ?


La réponse est oui.


Pour autant je n’ai pas viré ma cuti.


Je m’explique.


C’est très simple : mon approche, mon analyse du monde du vin n’ont rien à voir avec mes goûts personnels de consommateur. Je ne suis, et je n’ai jamais été adepte d'une chapelle, militant d’une cause, sauf celle de l’extension du domaine du vin vecteur de convivialité, de bien vivre ensemble. Avec plus ou moins de réussite je m’efforce toujours de me placer à ce que j’estime être la bonne distance et de m’y tenir.


N’étant ni expert, ni critique patenté, je me contente  de chroniquer sur le vin, le monde du vin, mais pas que… je suis aussi et surtout un amoureux des bons produits.


Si j’ai exprimé un réel enthousiasme à propos du salon « sous les pavés la vigne » de Rue 89 aux Subsistances à Lyon c’est que j’y ai trouvé tous les ingrédients, au-delà de l’aspect marchand, tout à fait normal, d’une façon d’être qui me convient. Loin des chichis, du paraître, d’une communication soit filandreuse, soit en béton armé, j’ai tout au long de ces deux journées croisé, observé, écouté, dans les travées, un public concerné, attentif, pas ramenard pour deux sous. Que du bonheur !


Au-delà des polémiques récurrentes, des postures, des faux-débats, des oukases, comme je suis un vieux cheval blanchi sous le harnois j’étais très heureux de voir une vraie génération aimant le vin pour ce qu’il est et non pour des raisons liées à son étiquette, à sa prétendue notoriété ou à sa fonction de marqueur social. C’était plein de vie, de vraie vie, bien loin de l’ambiance d’autres salons officiels où j’ai le sentiment d’assister à une course au savoir.


Ceci écrit, je ne suis pas idolâtre, je me suis tapé tout le « débat » animé, de manière bien conventionnelle, par Dominique Hutin. Pas de débat, pas d’échanges avec l’auditoire, peu de contradictions entre les intervenants. Gentiment chiant, sauvé par les interventions de Lilian Bauchet, les illuminations de Denny Baldin et l’envie de mettre de l’ambiance du camarade Dominique Derain. Sans faire un mauvais jeu de mots c’était bien conventionnel dans cet univers de joyeux naturistes.


debat.jpg

 

Voilà, c’est dit. Je ne sais si je me suis fait bien comprendre mais je n’ai ni à justifier ou défendre ou tenter d’imposer mes goûts personnels, même si bien sûr il m’arrive parfois, pas très souvent, de faire référence aux vins que j’aime.


Au risque de décevoir certains de mes lecteurs le vin n’est pas toute ma vie, loin de là, écrire une chronique quotidienne n’implique pas une immersion totale. Je suis bien plus éclectique et, si je puis l’écrire, je suis avant tout un amateur du vin social. Je ne le détache pas de son environnement. Je ne le place pas sur un piédestal. Mes causes et mes engagements vont en priorité vers la cité, vers ce qui nous aide à vivre et nous fait vivre ensemble. Le vin y tient une place privilégiée bien sûr mais sans occuper tout l’espace.


Pour les petites louves et les petits loups qui n’ont jamais connu le vaccinostyle des médecins scolaires un petit résumé de ce qu’était la cuti-réaction.


985_001.jpg

 

(1) La cuti-réaction était naguère très utilisée pour connaître la réponse d'un sujet à la tuberculine ou, en allergologie, pour explorer les dermites de contact.


image_Plume_Vaccinostyle_large.jpg

 

La peau scarifiée, généralement sur la face externe du bras et à l'aide d'un vaccinostyle, était mise en contact avec une préparation de tuberculine. Une bague à multipunctures dont les dents étaient imprégnées de tuberculine a ensuite remplacé la cuti-réaction.


Un test négatif (absence de réaction cutanée locale) indique que le sujet n'a jamais été en contact avec le bacille tuberculeux.


Un test positif (rougeur et induration locale de 2 millimètres au moins) signifie que le sujet a été en contact, à un moment de sa vie, avec le bacille tuberculeux, qu'il s'agisse d'une primo-infection naturelle ou d'une vaccination par le B.C.G.

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Mercredi 12 novembre 2014 3 12 /11 /Nov /2014 00:09

2846_72952222012_5925724_n.jpg

 

Hubert, le nôtre, l'unique, l'irremplaçable, pas Hubert Bonnisseur de la Bath, excellemment campé par Jean Dujardin dans le film le Caire nid d’espions de Michel Hazanavicius :


 - Hubert : Vous voyez ce groupe de musiciens folkloriques ?

- Larmina : Traditionnel.

- Hubert : Je connais pas le terme arabe. Comment s’appelle cette guitare en forme de gros tourteau fromager ?

- Larmina : ... L’al-aoud...


Hier, sur Face de Bouc, alors que je m’étais contenté de relayer l’ire de Vincent Pousson à l’endroit de notre Hubert de Boüard de Laforest qui, sur les bords du lac de Côme, lors d’un pince-fesses de grands amateurs éclairés, s’en était pris à un sans-grade l’ayant gentiment brocardé via une caricature, je fus moi-même pris à partie par l’un de ses adorateurs.link


Verdict : je cultiverais la haine, aigre et bilieux que je suis comme tous les anciens rocardiens.


Brocarder Hubert, se moquer de ses travers, de son goût du paraître, oser mettre le doigt là où ça lui fait mal, relèverait de la pure vindicte d’envieux, de bilieux, d’aigres,  de ratés quoi !


Moi je veux bien tout ce que l’on veut mais je trouve la parade un peu courte.


Au cours de ma longue vie professionnelle : 47 ans de cotisations, 5 caisses de retraite MSA, Régime Général, AGIRC-ARCCO, IRCANTEC, j’ai croisé des grands patrons : Antoine Riboud, Georges Besse, Pierre-Louis Dreyfus, Jean-Noël Bongrain… j’ai eu de grands patrons Bernard Auberger, Thierry Jacquillat… j’ai dialogué avec de grands syndicalistes agricoles : Bernard Lambert, Bernard Thareau, Michel Teyssedou, Raymond Lacombe… j’ai eu la chance de rencontrer de grands dirigeants de ce monde tel Olof Palme, Indira Ghandi… je compte parmi mes amis de grands patrons tel Pierre Pringuet… j’ai eu aussi le grand bonheur de servir pendant 10 ans Michel Rocard…


Cette énumération simplement pour vous dire que j’ai de quoi étalonner la grandeur des grands de ce monde et que le respect, l’admiration ne se jaugent pas au statut des gens. Les gens de peu sont tout aussi admirables dans leur courage et leur fierté au quotidien.


J’ai aussi croisé dans ma vie professionnelle, dans le privé comme dans le public beaucoup de courtisans, de quémandeurs, de ceux qui pensent que tout s’achète et tout se vend, eux y compris, que chaque homme à un prix, de ceux qui exigent, qui profitent de leur position pour mêler joyeusement affaires privées et soi-disant intérêt général. Les conflits d’intérêts ils ne connaissent pas ces gens-là. La lecture du courrier adressé à un Ministre est une bonne école pour mesurer l’importance réelle ou supposée de ceux qui disent avoir le bras long.


Alors vous pensez bien que je suis vacciné et immunisé contre cette engeance. Mon dédain à leur égard n’est pas de la haine, sentiment qui m’est étranger.  Ce n’est qu’un juste retour des choses dans un océan de flagornerie.


Je préfère les chiens qui aboient, c’est leur manière de s’exprimer, à ceux qui se couchent. Avoir la dent dure avec Hubert ce n’est pas médire sur le monde du vin, car Hubert, ne lui en déplaise, il n’en est pas le phare.


Ma vésicule biliaire, ma prostate et autres organes sont au dernier bulletin annuel de santé au mieux de leur forme. Je fais chaque jour du vélo avec casque, je me nourris sainement, bois gentiment, suis d’un naturel enjoué, j’ai plein de belles amies avec qui je ris comme un vieil homme indigne.


Je n’ai rien à envier à qui que ce soit, je suis très bien dans mes Veja et  jamais au grand jamais, pour tout l’or du monde, je ne troquerais ma vie pour celle d’Hubert, la réciproque est sûrement vraie, c’est mieux ainsi, chacun dans son pré et les vaches seront bien gardées…


 

Hubert [à Slimane] : Pour célébrer notre amitié, je... Je vais te donner quelque chose. [Il lui tend une carte postale avec la photo de René Coty] Regarde, c'est notre Raïs à nous. C'est monsieur René Coty. Un grand homme, il marquera l'histoire. Il aime les Cochinchinois, les Malgaches, les Marocains, les Sénégalais... C'est donc ton ami. Ce sera ton porte bonheur.

 


846_38947922012_6217_n.jpg

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Mardi 11 novembre 2014 2 11 /11 /Nov /2014 09:50

 

Ce matin, le sieur Pousson, taille un costard sur-mesure à la star des cloches, Norbert Le Forestier, en goguette du côté du lac de Côme pour un bouzin qu’il sponsorise via sa Fleur. Ça se voulait le Davos du vin selon son promoteur. Avez-vous avez lu une ligne sur ce machin dans la presse internationale ? Au mieux, vous aurez droit au CR habituel du valet cireur de pompes du Mondovino, invité aux frais de la princesse comme il se doit. Ça attise l’objectivité bien sûr !


Re_my_Bousquet.jpg

 

Donc, je cite Vincent Pousson « L'offusqué du lac de Côme, avec sa vindicte de petit-bourgeois, concentre en lui toute la morbide tristesse, toute la médiocrité plaqué or d'un univers qu'il a la prétention de croire parfait. »


La suite ICI link


Pour tous renseignements complémentaires prière d’appeler le 22 à Asnières.

 

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Billet
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 11 novembre 2014 2 11 /11 /Nov /2014 03:57

josenteur.jpg

 

Mon cher tonton,


Comme tu le sais je ne suis pas un gars très futé. J’ai tendance à prendre des vessies pour des lanternes et je me brûle.


Quand en avril dernier tu m’as dit au téléphone que le premier lot de 200 hectos que t’avais présenté aux gars chargés de le goûter avait été jugé non conforme par eux car présentant un défaut non critique qui était présence d'acescence, j’ai entravé que dalle.


Je t’ai rétorqué : « C’est quoi un défaut non critique tonton ? »


-         Un truc à la con !


-         Ha, bon ! Et l’acescence tonton donne-moi la définition ?


Silence.

 

-          Tu marches sur des oeufs tonton...

 

-           ...


Comme je suis un bon garçon je n’ai pas insisté. Pour te faire plaisir je me suis contenté de parler de la pluie et du beau temps. Tu m’as simplement dit « on va retravailler les lots. »


Dans ma petite Ford intérieure j’ai pensé « Tonton va encore toucher le gros lot ! »


Malgré ma vue basse, je n’avais pas tout faux  puisque t’as représenté, en juin, un gros lot de plus de 1 000 hectos et un petit  lot de 45 hectos.


Le gros est passé comme une lettre à la poste alors que le tout petit s’est encore vautré dans l’acescence.


T’es bon tonton ! Le meilleur car t’avais encore le droit de retravailler ta petite cuve tonton.


Tu ne l’as pas fait. T’as préféré prendre le mors aux dents pour envoyer baller tout ce petit monde qui venait te chercher des poux sur la tête.


Même si je ne suis pas très futé tonton j’ai bien saisi la manœuvre : c’est l’histoire du pâté d’alouette « Pour faire du pâté d’alouette, prenez un cheval et une alouette… »


-         Pourquoi tu tousses tonton ?


-         J’ai avalé de travers…


-         À cause du vinaigre ?


-         …


-         T’as poussé loin le bouchon tonton !


-         …


-         Pour t'éviter de m'envoyer des noms de "volatile" je vais te chanter une chanson ça te déridera tonton ?

 

PS. Pour ceux qui n'auraient rien compris, ils peuvent appeler le 22 à Asnières...


Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Billet
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés