Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 mai 2018 3 09 /05 /mai /2018 06:00

KIR

KIR

« Bref, sonnant bien, un vrai coup de clairon. »

 

« Le dictionnaire n’accepte pas le chanoine Kir au chapitre des noms propres ? Il en force la porte au chapitre des noms commun. »

 

La dernière soutane au Palais Bourbon (1945-1967) : élu pendant 22 ans au suffrage universel direct.

 

 

« Allez au  Sénat ?

 

Pourquoi pas dans une maison de vieux ? »

 

Entre en politique à 69  ans.

 

À méditer par le sénateur Mélanchon (1986-2010) entré au Sénat à  35 ans au scrutin indirect de liste : 24 ans de mandat.

 

 

La soutane : « Client d’un magasin dijonnais à l’enseigne du Pauvre Diable, le chanoine Kir fait couper sa soutane dans du bon drap. Imaginez Don Camillo en civil… Le chanoine Kir c’est une silhouette inoubliable. Assez courte, la soutane laisse apparaître les bottines qui montent haut jusqu’au mollet. Ajoutez le béret, en bataille sur les mèches folles de sa tête, ou tournoyant au bout de son index pointé en l’air les jours de manifestations populaires. »

 

« Bon Dieu, si je n’avais pas ma soutane ! » s’exclame-t-il quand les enfants du club de gymnastique Les Marsouins de la Bèze quad ils ne parviennent pas à faire un mouvement.

 

Né dans l’AUXOIS « cette terre de bœufs d’embouche dont les taches blanches fleurissent le paysage uniformément vert, peuplé de fourrés, d’arbres et de haies vives. »

 

« Un enfant au caractère affirmé et à l’intelligence vive. »

 

« Si vous croyez qu’il est facile de mettre un Bourguignon dans une bouteille, et de poser un bouchon dessus, venez donc faire l’essai ici ! »

Le supérieur du grand séminaire de Dijon.

 

« … il montre un tempérament quelque peu vaniteux, hâbleur. Il doit à tout prix se distinguer des autres. »

 

« Aimez-vous le chant grégorien ?

  • Je préfère le Chambertin.

 

« Il incarne même toute la Résistance, lui qui n’a jamais pris part à un réseau, à un groupement. Il est un héros spontané. Il se fera photographier un peu plus tard sur un char et ce cliché sera reproduit d’élection en élection : le chanoine Kir libérant Dijon ! »

 

 

« À tout le monde il répète : je m’occupe de votre affaire. »

 

« En septembre 1945 il est élu conseiller général du canton à droite toute de Dijon-Ouest avec 60% des suffrages exprimés. Et le 21 octobre il devient député de la Côte-d’Or, les Indépendants remportant 48,5% des suffrages exprimés. »

 

« Maire de Dijon, le chanoine Kir sera réélu en 1947, en 1953, en 1959 et en 1965. »

 

En 65 il a 89 ans.

 

« Son coffre de voiture est bourré de bouteilles de vin. Il distribue les saluts, interpelle les cantonniers et leur apprend qu’il a aussi cassé des cailloux… »

 

 

« Au Palais Bourbon, le chanoine Kir sera longtemps une figure dont les interventions vident plus sûrement la buvette qu’un débat budgétaire. »

 

« Khrouchtchev ! dit-il, un homme très délicat, très intelligent, et humain, et spiritualiste… »

 

« Le général de Gaulle, président de la République française, est en visite à Dijon. Tout le monde se retrouve devant le monument aux morts. Le chanoine Kir juge trop longue la cérémonie de celui qu’il nomme « le grand pistolet ». Il s’en va. On se précipite à la portière de sa voiture pour lui rappeler que le général de Gaulle doit obligatoirement quitter les lieux le premier. « Je m’en fiche, dit-il en faisant claquer la portière. Il a de grandes jambes, il nous rattrapera. »

 

 

« L’habileté du chanoine Kir face au corps électoral s’apparente au charme du fascinateur. Rencontre miraculeuse et républicaine d’un homme et d’un peuple, d’une manière de grand homme pour un petit peuple. Rencontre exceptionnelle de deux tempéraments, le collectif et l’individuel, ne pouvant se détacher l’un  de l’autre par la force des choses, la nostalgie du passé, les lois de l’habitude et la crainte confuse du lendemain. Le chanoine incarne si bien le Bourguignon que ce dernier éprouve l’impression grisante de se plébisciter lui-même en accordant largement ses suffrages au chanoine. L’élu ne transcende pas les aspirations d’une population, il les incarne, tout bonnement, en chair, en jovialité, en pure simplicité. »

 

Citations du chanoine Kir sans garantie de véracité.

 

« Si je ne me suis pas marié, c’est pour ne pas être cocu comme toi. »

 

« Ton Bon Dieu, tu nous en parles tout le temps, mais après tout on ne l’a jamais vu ! »

  • Et mon cul, tu ne l’a jamais vu. Et pourtant il existe ! »

 

« D’ailleurs, avec une gueule comme la tienne, on ne parle pas : on pète ! »

 

« Si je pardonne quelquefois, je n’oublie jamais. »

 

Pour en finir avec le chanoine Kir rappelons que le KIR a fait son entrée dans le Petit Larousse en 1976. Le chanoine était mort en 1968. Consécration rapide. Peut-on citer un autre nom propre devenu un nom commun en France depuis quelques dizaines d’années ? »

 

« Pas plus qu’Amerigo Vespucci n’a inventé l’Amérique, le chanoine Kir n’a inventé le blanc-cassis. L’invention est à coup sûr bourguignonne, dijonnaise ou proche de la cité des ducs. »

 

Alors qui, quand et pourquoi la paternité en a été attribué à un drôle de curé ?

 

Les réponses dans :

 

Le chanoine Kir

La vie fantastique d’un homme politique en soutane

Jean-François Bazin

Armand Colin

 

 

KIR

FÉLIX KIR (1876-1968), LE CHANOINE « RINCE-COCHON »

« Trinquer est un plaisir fort sage
qu’aujourd’hui on traite d’abus… »

Béranger

Inclassable personnage que ce chanoine dijonnais au verbe rabelaisien : homme politique atypique, ecclésiastique controversé, éponyme d’un célèbre apéritif sans en être vraiment l’inventeur…

La suite ICI

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 09/05/2018 07:54

Sauf erreur le droit canon interdit à un prêtre d'exercer un mandat politique (mais il y a tellement d’accommodement avec le ciel ! )En revanche,l'inverse n'est pas vrai : la république laïque n'interdit pas à un prêtre cet exercice. Le fantasque Chanoine dont le verbe allait souvent plus vite que sa pensée fut à l'origine d'une belle querelle juridique entre la maison Lejay-Lagoutte et l'autre liquoriste bien connu l'Héritier-Guyot. Le premier avait obtenu par le Chanoine,en 1952,le droit d'utiliser seul le nom de KIR, utilisé communément par les cafetiers pour qualifier ce qui jusqu'alors s'appelait blanc cassis qui serait apparu en 1910 par un prédécesseur de Kir, le maire Barabant. Par la suite KIR donnât l'autorisation à d'autre liquoriste.Une bataille juridique de 12 ans, s'en suivi donnant raison au premier.
Aujourd'hui le nom est galvaudé ( comme la recette ) Vous demandez un KIR ou vous décline immédiatement un liste de liqueur pour le composer. Quand vous préciser que seul le " blanc cass" a droit a cette appellation, vous n'êtes pas compris et si par hasard vous rajouter " bien rouge s'il vous plait " vous passez pour l'emmerdeur de service. La précision est pourtant indispensable si on ne veut pas voir arriver verre contenant un breuvage de la couleur d'un mauvais rosé d'été alors que la recette d'origine est de 1/3 cassis 2/3 d'Aligoté ( aujourd'hui on enseignerait, à l'école hôtelière 1/5 cassis 4/5 vin blanc - et oui, l'Aligoté ce n'est même plus la peine d'y penser) Du rab à présent : essayez le "Kir vin rouge" nommé Cardinal avec du pinot noir et Communard avec du Beaujolais ( toujours dans les même proportion. ) Santé Taulier !

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents